CTE : un tremplin pour la Communauté urbaine d’Arras

Contrat de transition écologique : un tremplin pour la Communauté urbaine d’Arras

Arras-contrat-transition-ecologique

Après neuf mois de concertation entre élus et services de l’État, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès au ministère de la Transition écologique et solidaire, a signé jeudi 11 octobre 2018 le premier Contrat de transition écologique (CTE) avec la Communauté urbaine d’Arras. Prévu dans le cadre du Plan climat de Nicolas Hulot, ces contrats de transition écologique visent à coordonner les énergies et les moyens, dans le but d’impulser des projets concrets de transition écologique dans les territoires.

Lancés en 2017, les contrats de transition écologique ont pour objectif d’accompagner les collectivités dans leurs projets de transition écologique et solidaire en tenant compte particulièrement des impacts économiques et sociaux de chaque initiative. Ils peuvent être signés avec des établissements publics de coopération intercommunale (communautés de communes ou d’agglomération, métropoles) et offrent la possibilité aux régions, aux départements et aux entreprises locales de s’y associer. L’Etat s’engage de son côté à leur fournir un soutien politique, technique, financier adapté à leurs besoins et à leurs spécificités.

Plus de 40 contrats de transition écologique en perspective

Ces contrats peuvent être mis à contribution afin d’accompagner des territoires qui ont connu des difficultés industrielles en lien avec la transition énergétique, et qui nécessitent un accompagnement social, mais également les territoires « vertueux » en avance sur la transition. La communauté urbaine d’Arras par exemple, signataire du premier CTE jeudi 11 octobre 2018, a « cru très tôt dans la capacité de la transition écologique à transformer son territoire » et centralise d’ores et déjà plus d’une quarantaine de projets en lien avec la réduction des consommations d’énergie, la mobilité propre ou le développement des énergies renouvelables. Soutenu par l’Etat à hauteur de 48 millions d’euros, ce premier contrat de transition énergétique à l’échelle nationale permettra notamment à la collectivité de convertir ses bus et bennes à ordure au gaz naturel, de développer des pistes cyclables, de déployer des formations en rénovation énergétique ou encore d’expérimenter un système d’éclairage public intelligent. « Le Contrat de transition écologique signé avec la Communauté Urbaine d’Arras est exemplaire puisqu’il couvre déjà une quarantaine d’actions et à terme une centaine, avec notamment des objectifs d’économie d’énergie et de production d’énergies renouvelables », explique Sébastien Lecornu dans un communiqué.

Outre la Communauté urbaine d’Arras, huit autres territoires français sont actuellement engagés dans des discussions avec le ministère pour signer des Contrats de transition écologique et quatre autres d’entre-elles devraient signer leur contrat d’engagement d’ici la fin du mois, a ajouté le ministère. On retrouve parmi elles la Guyane, l’agglomération de Grasse (Alpes-Maritimes), Briançon (Hautes-Alpes), plusieurs communes du Nord, et les territoires des quatre dernières centrales à charbon françaises (Gardanne, Saint-Avold, Cordemais et Le Havre).

Crédits photo : Sébastien Lecornu (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 17 Déc 2013
DCNS devrait commercialiser prochainement une centrale électrique basée sur la technologie des Énergies Thermiques des Mers (ETM) et s'est lancé en partenariat dans le domaine de la climatisation par l'eau de mer. En Martinique l'industriel français espère également tester un…
mar 6 Mai 2014
AREVA  a mis en activité cette semaine son nouveau dispositif de démonstrateur de stockage d’énergie à sels fondus destiné aux installations solaires à haute concentration. Véritable innovation en matière de stockage de l’énergie, ce système devrait permettre d’accroitre et de…
mer 20 Mar 2013
La limitation des taux de déperdition représente un enjeu crucial dans la production de l’énergie de demain. Parmi l’ensemble des technologies renouvelables, c’est le solaire photovoltaïque qui connaît la plus importante déperdition d’énergie. Les études estiment que les installations photovoltaïques…
mer 10 Déc 2014
EDF Renewable Development a été "légalement, financièrement et techniquement" qualifié par le Bureau américain de la Gestion de l'Énergie Océanique (BOEM) pour répondre à l'appel d'offres portant sur l'installation d'éoliennes offshore aux larges des côtes américaines du Massachusetts. Aux côtés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.