Mobilité électrique : EDF lance un nouveau plan stratégique - L'EnerGeek

Mobilité électrique : EDF lance un nouveau plan stratégique

mobilite-electrique-edf

A l’instar des principaux opérateurs énergétiques français, le groupe EDF considère le transport comme un axe de développement majeur, et s’évertue depuis plusieurs années déjà à déployer un réseau de bornes de recharge à la fois dense et interopérable. Désireux d’intensifier son action en la matière pour devenir à terme le leader du marché en Europe, l’électricien français a dévoilé mercredi 10 octobre 2018 un nouveau plan en faveur de la mobilité électrique. Explications.

Faisant suite au Plan Solaire de décembre 2017 et au Plan Stockage Electrique présenté lui en mars 2018, le troisième Plan du groupe EDF en faveur de la transition énergétique concerne cette fois-ci la mobilité électrique dans sa définition la plus large. L’électricien français qui vise à devenir dès le 2022 « le leader incontesté de la mobilité électrique » en Europe, selon les déclarations de son PDG Jean-Bernard Lévy, prévoit dans ce cadre d’investir massivement sur ses quatre grands marchés européens ou « pays coeur », à savoir la France, la Belgique, l’Italie et le Royaume-Uni.

Offres intégrées et bornes de recharge intelligentes

EDF entend s’affirmer dans un premier temps comme le premier fournisseur en électricité pour véhicules électriques et se fixe pour objectif d’alimenter en électricité pas moins de 600.000 véhicules électriques dans les cinq prochaines années, soit 30% de parts de marché dans les quatre pays concernés. Pour ce faire, l’électricien proposera dès 2019 « des offres totalement intégrées » comprenant à la fois la fourniture d’électricité bas carbone, une solution de recharge pour tous les clients disposant d’une place de parking, et des services pour l’optimisation de la recharge et l’usage de la batterie du véhicule. Rappelons que le groupe propose d’ores et déjà depuis avril 2017 deux offres de ce type en France comprenant fourniture d’électricité bas carbone et solutions de recharge.

Concernant les réseaux de recharge, EDF affiche là aussi des ambitions élevées afin de devenir à moyen terme le premier exploitant de réseau de bornes électriques en Europe. Il compte pour cela sur sa filiale Sodetrel, déjà bien implantée sur ce secteur, et se fixe comme objectif de déployer 75.000 bornes d’ici à 2022, et d’exploiter 4.000 bornes « intelligentes » dès 2020. Ces bornes nouvelle génération permettront de mettre les batteries des véhicules à disposition des réseaux comme autant de centres de stockage décentralisés, et ainsi contribuer à leur équilibre pendant les périodes de forte consommation (Smart charging).

Pour réussir un tel pari, EDF s’évertue à construire « un écosystème d’acteurs innovants au travers de partenariats stratégiques qui permettront de déployer à grande échelle les meilleures technologies au service de ses clients », explique le groupe. Plusieurs acteurs du secteur automobile ou électrique sont en effet présentés comme des partenaires stratégiques indispensables à la bonne mise en marche de ce plan. On peut citer ici par exemple les constructeurs Renault, Toyota et Nissan ou le spécialiste de l’électrification moyenne ou haute tension Valeo.

Crédits photo : Steveabc

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 6 Mar 2017
En tant que source d'opportunités économiques pour les entreprises, la transition énergétique pour une croissance verte doit être soutenue et rendue davantage accessible. Dans un rapport publié jeudi 2 mars dernier, le Conseil général de l'économie, dépendant du ministère de…
ven 20 Jan 2017
Si les conditions météorologiques particulièrement froides de ces deniers jours mettent tous les consommateurs à contribution dans un souci de stabilité du réseau d'approvisionnement, adopter des habitudes de consommation énergétique plus responsables est nécessaire tout au long de l'année, pour…
jeu 16 Avr 2015
Accélérer le développement des réseaux électriques intelligents, les fameux "smart grids", dans les collectivités territoriales. C'est un des objectifs prioritaires des ministères de l'Énergie et de l'Économie dans le cadre de la transition énergétique et de la croissance verte. Afin…
ven 6 Juil 2018
L’île de la Martinique est actuellement en pleine réflexion pour définir son futur modèle énergétique. Une réflexion qui a pris la forme d’une consultation populaire jusqu'au 6 juillet 2018, et qui doit déboucher sur une toute nouvelle Programmation pluriannuelle de…

COMMENTAIRES

  • North Carolina State University : chargeur rapide moyenne tension (MVFC) pour véhicule électrique au moins 10 fois plus petit que les systèmes existants et qui gaspille 60 % moins d’énergie pendant le processus de charge, sans sacrifier le temps de charge.

    Les chargeurs conventionnels de 50 kW à la pointe de la technologie comprennent un transformateur de distribution, qui pèse 1 tonne et un chargeur rapide distinct qui pèse de 200 à 600 kg. Pour supporter le poids ce système transformateur-chargeur doit généralement être installé sur une dalle de béton.

    Le transformateur est ici alimenté par une ligne moyenne tension et abaisse la tension à 480 V afin qu’elle puisse être utilisée par le chargeur rapide. Ce dernier convertit le courant alternatif en continu compatible avec la batterie du véhicule électrique.

    Le MVFC de 50 kW ne pèse qu’environ 100 kg et peut être fixé au mur ou sur poteau. Il fait le travail à la fois du transformateur et du chargeur rapide.

    Cette approche offre 4 fois plus de puissance et réduit les coûts d’installation du système.

    Les chercheurs ont été en mesure de rendre la technologie beaucoup plus petite, en partie parce qu’ils utilisaient des dispositifs semi-conducteurs à large bande. Cela a également rendu la technologie plus éconergétique.

    À l’heure actuelle, les meilleurs postes de transformation et de charge ont un rendement pouvant atteindre 93 % donc au moins 7 % de l’énergie est perdue en raison de la chaleur pendant la charge.

    Le MVFC a un rendement d’au moins 97,5 % donc 4,5 % de puissance supplémentaire est utilisée pour charger le véhicule plutôt que d’être gaspillée en chaleur. Cela permet de réduire les coûts d’exploitation et d’augmenter les revenus sans augmenter les coûts pour les consommateurs. Le gaspillage d’énergie est réduit de plus de 60 %.

    L’équipe de recherche est en train de construire un MVFC de nouvelle génération qui traitera une puissance beaucoup plus élevée, capable de charger plus de véhicules et de les charger plus rapidement.

    Dans la conception d’une station multi-port, une ligne de service public est raccordée directement à un transformateur à semi-conducteurs (SST), qui est un transformateur intelligent basé sur l’électronique de puissance. Le SST alimente ensuite un micro-réseau CC local, avec des systèmes de stockage de batteries et de multiples nœuds de charge dans lesquels les véhicules peuvent se brancher.

    Le MVFC multi-port aura une capacité nominale d’1 MW, chaque nœud de charge pouvant fournir jusqu’à 350 kW de puissance. Le passage de 50 kW à 350 kW permet de charger un véhicule jusqu’à sept fois plus vite.

    “Nous sommes actuellement à la recherche de partenaires industriels pour nous aider à passer de nos prototypes entièrement fonctionnels au marché ” précisent les chercheurs.

    https://techxplore.com/news/2018-10-electric-car-charger-efficient-smaller.html

    .

    Répondre
  • Une approche plus efficiente car environ 8 fois moins de batteries, bien moins de bornes de recharges, bien moins d’impact sur le réseau, moins de ressources, moins de coûts et frais, plus d’autonomie etc (Hanergy solar car et autres Lightyear One, Stella Vie, Stella Lux, SonoMotors, eVe Sunswift, Sunswift Violet, Thyssenkrupp Suncruiser et Sunriser etc) :

    https://www.youtube.com/embed/-HLpSP2x6wE

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.