EDF EN et Engie présélectionnés pour un projet éolien en Arabie Saoudite

EDF EN et Engie présélectionnés pour un projet éolien en Arabie Saoudite

guadeloupe-parc-eolien

Déjà investis dans plusieurs projets de production d’électricité en Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis, les groupes EDF et Engie confirment leurs ambitions sur le marché des énergies renouvelables au Moyen-Orient. Candidats à l’appel d’offres émis en 2017 par Ryad pour la réalisation d’un parc éolien de 400 MW, les deux entreprises françaises font partie des quatre dernières compagnies sélectionnées mercredi 25 juillet par le ministre de l’Energie saoudien Khaled al-Falih.

Si la quasi totalité de sa production d’électricité est toujours générée à partir du pétrole et du gaz naturel, le gouvernement saoudien n’a jamais caché ses grandes ambitions en matière d’énergies renouvelables, bien au contraire. Son plan d’action pour transformer l’économie du royaume, trop dépendante du pétrole, prévoit de faire de l’Arabie Saoudite un des leaders du secteur, et fixe un premier objectif élevé de 10 gigawatts de capacités éoliennes et solaires d’ici 2023.

Des groupes français plus compétitifs

Pour y parvenir, Ryad a lancé dès 2017 un premier appel d’offres dédié à la réalisation d’un parc éolien de 400 MW, à Doumat al Jandal. Situé dans la région d’Al-Jawf, au nord du pays, il devra alimenter en électricité jusqu’à 70.000 foyers saoudiens. « Ce premier projet éolien à grande échelle du royaume ouvre un nouveau chapitre dans notre quête d’une énergie diversifiée », explique le ministre de l’Energie, Khaled al-Falih, dans un communiqué publié mercredi 25 juillet.

D’un montant de 427 millions d’euros, ce contrat potentiel a logiquement attiré de nombreux candidats internationaux, tous désireux de s’imposer sur un marché des renouvelables très prometteur. Au total, 125 compagnies avaient déposé une offre dont 25 ont été retenues lors d’une première sélection dévoilée en septembre 2017. Parmi elles, seuls quatre consortiums ont encore aujourd’hui une chance de remporter la mise dont les deux groupes français EDF EN et Engie, plébiscités ici pour leur compétitivité. « Les quatre entreprises pré-qualifiées sont les Français EDF Energies nouvelles et Engie, qui ont présenté les budgets les moins élevés dans le cadre de l’appel d’offres, suivis du saoudien ACWA Power et de l’italien Enel Green Power », précise le ministère saoudien. Le nom du lauréat définitif sera connu le 18 décembre prochain.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 11 Sep 2017
Après deux années de croissance soutenue, le nouvel élan des énergies renouvelables éolienne et solaire en France semble légèrement s'essouffler. En effet, si l'éolien et le solaire continuent leur progression, celle-ci s’est toutefois nettement ralentie au 1er semestre 2017 à…
lun 24 Avr 2017
La start-up Sylfen vient tout juste de remporter le Prix de l'innovation Le Monde Smart Cities dans la catégorie Energie. Une consécration pour cette entreprise grenobloise née il y a deux ans et qui en est encore au stade du…
lun 23 Avr 2018
Transition énergétique oblige, la production de biogaz fait désormais l'objet d'une véritable course énergétique. Vu comme une opportunité de fabriquer de l'énergie verte à l'échelle locale, en valorisant des filières de distribution courtes, le biogaz intéresse tout particulièrement Engie qui…
ven 19 Mai 2017
C'est ce qu'on pourrait appeler une prise de taille. La nomination, à la surprise générale, de l'écologiste le plus célèbre de France, Nicolas Hulot, est sans conteste un coup de maître de la part d'Emmanuel Macron. Le nouveau Président de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.