Tarifs réglementés du gaz : forte augmentation à prévoir en juillet 2018

Tarifs réglementés du gaz : forte augmentation à prévoir en juillet 2018

tarifs-reglementes-gaz

Après deux mois de hausse consécutifs (+0,4% en mai et +2,1% en juin), les tarifs réglementés du gaz devraient une nouvelle fois augmenter au mois de juillet 2018. Si le gouvernement suit les recommandations de l’analyse annuelle sur les coûts du gaz publiée lundi 18 juin par la Commission de régulation de l’énergie (CRE), cette augmentation pourrait atteindre 6,5%, soit la plus forte augmentation enregistrée depuis le mois de janvier dernier. 

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc). Ces tarifs réglementés n’incluent pas les diverses taxes, mais comprennent les coûts d’approvisionnement d’Engie comme les prix du gaz sur le marché de gros ou le cours du baril de pétrole.

Une hausse à confirmer par le gouvernement

Révisés mensuellement par le collège de la Commission de régulation de l’énergie depuis la réforme de 2012 afin de mieux tenir compte de l’évolution de ces coûts d’approvisionnement, les tarifs du gaz pourraient augmenter de 6,5% au 1er juillet 2018 par rapport au barème en vigueur au mois de juin. Une hausse non négligeable pour les abonnés, justifiée selon la CRE, par l’augmentation récente de 3% des coûts d’approvisionnement, de 2,5% des coûts des infrastructures, et de 2,6% des coûts commerciaux. « Au regard des coûts d’approvisionnement, des coûts d’infrastructures et aussi des coûts commerciaux, il pourrait y avoir une augmentation de 6,5% du prix du gaz », a indiqué à l’AFP une porte-parole de la Commission.

Selon le dispositif en vigueur, l’avis de la CRE doit néanmoins faire l’objet d’un arrêté ministériel pour entrer en vigueur, et le gouvernement a donc le choix, d’ici la fin du mois de juin, de suivre ces recommandations ou d’alléger la note des usagers en réduisant la part consacrée aux coûts commerciaux. « Le gouvernement a quand même une marge de manœuvre sur les coûts commerciaux. Les coûts d’approvisionnement évoluent eux, selon les prix du marché », ajoute la porte-parole de la CRE.

Crédits photo : Magnascan

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 27 Nov 2019
Une étude publiée par Carbon Brief, ce lundi 25 novembre, révèle que la production mondiale d'électricité à partir du charbon a baissé de 3% en 2019. Une baisse historique et encourageante, mais insuffisante : l'AIE estime que 6% annuels sont…
mer 7 Déc 2016
Dans le cadre de la réforme énergétique lancée en 2013 qui a mis fin au monopole d'Etat dans le secteur pétrolier, le Mexique dévoilait lundi 5 décembre les résultats des quatrièmes enchères portant sur ses gisements de pétrole en eaux profondes. Cette…
mer 3 Avr 2019
Les performances environnementales du charbon plaident en sa défaveur. C'est pourquoi, l’Europe est le continent où les efforts pour se passer de cette énergie sont les plus intenses. Seulement aujourd'hui encore, les centrales à charbon restent indispensables à l'approvisionnement électrique…
Largement salué ces derniers jours pour avoir dépassé les objectifs de la loi de transition énergétique et entériné la "neutralité carbone" en France dès 2050, le plan climat du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot décline une…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.