Rosatom va construire quatre réacteurs nucléaires en Chine

Rosatom va construire quatre réacteurs nucléaires en Chine

Rosatom-accords-nucleaires-chine-russie

Tous deux très actives sur le marché du nucléaire international, la Russie et la Chine sont aussi partenaires sur de nombreux projets en cours et devraient renforcer leur coopération dans les années à venir. Selon un paquet d’accords dans le nucléaire signés vendredi 8 juin 2018 à Pékin, le conglomérat public nucléaire russe Rosatom a été sélectionné pour la construction de quatre réacteurs nucléaires supplémentaires.

Avec plus d’une trentaine de réacteurs nucléaires en opération et presque autant en construction, la Chine s’est imposée en l’espace de quelques années seulement comme un des leaders de l’énergie nucléaire. Ses grandes ambitions en la matière offrent de fortes perspectives de croissance pour les compagnies nationales, et attirent logiquement de nombreux groupes internationaux désireux d’investir sur le marché chinois. C’est notamment le cas de l’agence russe Rosatom qui vient de signer plusieurs contrats inédits avec la Chine. « Les responsables du nucléaire russes et chinois ont signé le plus important ensemble de contrats dans l’histoire du partenariat nucléaire entre les deux pays », a déclaré Rosatom dans un communiqué, sans préciser les échéances ni les montants des contrats.

Quatre réacteurs nucléaires en projet par Rosatom

Signés vendredi 8 juin 2018 à l’occasion d’une visite du Président russe Vladimir Poutine à Pékin, ces contrats prévoient notamment la construction de quatre unités munies de réacteurs Gen 3+ VVER-1200, d’une capacité de 1.200 mégawatts, dont deux à la centrale nucléaire existante de Tianwan et deux à celle de Xudabao, actuellement en construction. « Nous avons développé un cadre pour la conception et la construction conjointes sur le site de Tianwan par des spécialistes russes et chinois. Nous continuons à construire ensemble les unités Gen 3+ les plus modernes de Chine », a ajouté l’agence russe. Un autre contrat prévoit la fourniture par la Russie d’équipements, de carburant et de services pour un projet chinois de réacteur rapide.

A l’instar de la France (via le groupe EDF et le chantier du réacteur EPR de Taishan par exemple), la Russie coopère dans de nombreux projets nucléaires chinois, et confirme ainsi son rôle de premier plan sur le marché du nucléaire chinois. Symbole de cette coopération, la centrale nucléaire de Tianwan serait à ce jour « la plus grande installation utilisée dans la coopération économique russo-chinoise », selon Rosatom.

Crédits photo : Rosatom

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 25 Sep 2013
Selon les Echos, à l’occasion d’un comité central d’entreprise tenu en septembre, EDF a précisé les conditions des travaux qui doivent permettre de prolonger la durée de vie du parc nucléaire français de 40 à 60 ans. Cet ensemble de…
jeu 6 Mar 2014
L’EPR (european pressurized reactor), le réacteur nucléaire développé par Areva, est parfois jugé trop cher compte-tenu des retards et des coûts réévalués des deux tranches en construction à Flamanville (Manche) et à Olkiluoto (Finlande). Même si ces imprévus sont en…
ven 8 Juin 2018
Après le lancement, au mois de mai 2018, de la première centrale nucléaire flottante par la Russie, de nombreux pays ont fait part de leur intérêt pour cette nouvelle technologie. En Asie du Sud-Est, l’une des seules régions au monde…
ven 27 Mai 2016
Afin de poursuivre l’exploitation de son parc nucléaire en toute sûreté, EDF a engagé un programme d’investissements baptisé « grand carénage », qu’il présentait à la presse jeudi 19 mai dernier.        Le groupe EDF souhaite continuer d'exploiter, en toute sûreté,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.