Rénovation énergétique : la filière veut séduire davantage

Rénovation énergétique : la filière veut séduire davantage

renovation-energetique-chauffage

Si les aides financières de l’Etat dédiées à la rénovation énergétique ont largement progressé ces dernières années dans le cadre de la loi de transition énergétique, elles ne sauraient être suffisantes pour permettre d’atteindre les objectifs de rénovation fixés par le gouvernement, et doivent être accompagnées d’une stratégie de communication et de sensibilisation plus large. Selon une proposition de l’association Coénove présentée lundi 19 février 2018, l’application d’une logique marketing à la rénovation énergétique serait ici indispensable pour communiquer efficacement sur les avantages de la rénovation et convaincre davantage de particuliers de s’y engager.

Créer une marque de la rénovation énergétique

Évoqué une première fois en novembre 2017, lors de la publication par le gouvernement du Plan bâtiment durable, le projet de création d’une « marque » de la rénovation énergétique commence à faire des émules. L‘importance de clarifier le discours via la mise en place d’une communication commune à la filière est aujourd’hui partagée par l’ensemble des professionnels qui souhaitent sensibiliser davantage et rappeler les effets positifs des économies d’énergie sur la qualité de vie des Français (confort thermique, baisse de la facture et donc augmentation du pouvoir d’achat, isolation acoustique, etc.). « La multiplicité des objectifs et les différents motifs mis en avant pour justifier cette politique de rénovation ont pu brouiller le message à destination des Français. La transition énergétique doit être rendue désirable pour tous, ce qui ne sera possible que si chacun se l’approprie et qu’elle lui soit accessible. Plus que d’une conscience écologique, les ménages ont besoin de confiance autour d’une démarche abordable, qui leur ressemble et qui rassemble », précise le ministère de la Transition écologique dans le Plan bâtiment durable.

Pour rappel, ce Plan Bâtiment durable vise la rénovation de l’ensemble du parc au niveau BBC d’ici 2050, et propose pour cela 13 actions spécifiques (dont la création d’une marque) dans le but de créer une véritable dynamique de rénovation énergétique des logements en France. Suite à cette publication, l’Ademe a lancé le 12 janvier 2018 une concertation autour de la création de cette marque commune aux travaux de rénovation et d’optimisation énergétique et fait appel à la contribution des professionnels de la filière.

Renforcer l’attractivité de la rénovation énergétique

Désireuse elle aussi de faire évoluer la communication et le marketing autour de la rénovation énergétique, l’association des acteurs de la filière gaz Coénove a répondu présent à l’appel de l’Ademe et proposé lundi 19 février, des pistes de réflexion dans le but de renforcer l’attractivité de la rénovation et de convaincre les Français de s’engager dans ce type de travaux. « Sauf dans de rares exceptions, la baisse de la consommation d’énergie et du poids de la facture seront des bénéfices collatéraux, pas des déclencheurs. N’oublions pas que dans, rénovation énergétique, il y a rénovation, avec tout ce que cela implique comme amélioration du cadre de vie quotidien, du bien-être en luttant contre les effets parois froides, qualité de l’air intérieur, décoration, équipements modernes et connectés… », explique Bernard Aulagne, Président de Coénove.

Pour atteindre l’objectif de massification de la rénovation énergétique tant recherché, la future « marque ombrelle » envisagée devra être « reconnue comme apportant des solutions concrètes, adaptées et probantes » et surtout ne pas se limiter à une simple opération de communication ponctuelle. Coénove préconise dans ce cadre de s’appuyer sur une démarche structurée de qualité, valorisant la complémentarité public/privé et d’organiser la communication de la filière selon trois piliers principaux : l’interpellation du public pour attirer l’attention et donner l’envie, l’explication claire et précise du rôle et des offres des acteurs, et la garantie sur les économies réalisées et la qualité des acteurs afin de redonner confiance.

 

Crédits photo : ASE

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 6 Août 2014
Les pointes de consommation estivales, qui interviennent lors des périodes de canicules, sont près de deux fois moins importantes que les pointes hivernales, qui sont elles principalement imputables au chauffage. Elles sont toutefois toujours surveillées avec une grande attention par le…
ven 12 Sep 2014
En raison des basses températures qui ont caractérisé les mois de juillet et d'août, l'été 2014 est, d'un point de vue énergétique, celui de tous les records. Dans son aperçu mensuel sur l'énergie électrique, la société RTE indique en effet que la fraîcheur estivale…
ven 15 Déc 2017
Alors que le groupe américain s’apprête à licencier plusieurs milliers d’employés au niveau international dans le cadre d'un plan visant à réduire ses coûts structurels d'un milliard de dollars, les créations d’emplois promises lors du rachat de la branche énergie…
jeu 5 Déc 2013
La production d’électricité en Grèce est issue essentiellement des énergies fossiles. Le pays dispose de ressources en charbon (lignite) et, dans une moindre quantité, en gaz naturel, qu'il peut exploiter pour produire de l'électricité. Ainsi, en 2011, ces combustibles ont…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.