Les capacités éoliennes en Europe ont augmenté de 20% en 2017

Les capacités éoliennes en Europe ont augmenté de 20% en 2017

capacites-eoliennes-europe

A l’instar de l’éolien offshore, dont les capacités de production en Europe ont augmenté de 25% l’année dernier, la filière éolienne dans son ensemble a connu une année 2017 exceptionnelle. Selon un nouveau bilan annuel de l’association WindEurope, publié mardi 13 février 2018, les capacités éoliennes européennes ont augmenté de 15,7 gigawatts (GW), soit une hausse record de 20% sur l’année.

L’énergie éolienne a décidément le vent en poupe. Après avoir dépassé le charbon en 2016 en termes de capacités de production, devenant ainsi le second plus grand parc de capacités de production d’électricité en Europe, le parc éolien européen a connu une nouvelle année exceptionnelle. Selon les chiffres du dernier bilan annuel de l’association WindEurope, l’éolien terrestre a crû de 12,5 GW et l’éolien offshore de 3,2 GW, portant le total des capacités européennes à 169 GW. Presque la moitié des nouvelles fermes ont été installées par l’Allemagne avec 6,6 GW, suivie du Royaume-Uni (4,3 GW), de la France (1,7 GW), de la Finlande (577 mégawatts, MW), de la Belgique (476 MW), de l’Irlande (426 MW) et de la Croatie (147 MW).

Une année record en matière d’investissements

Selon WindEurope toujours, 2017 a également été une année record pour les investissements avec 11,5 GW supplémentaires qui devraient voir le jour dans les années à venir. Le montant de ces investissements, 22,3 milliards d’euros, est toutefois inférieur de 19% à ceux de 2016, du fait de « la réduction des coûts qui donne aux investisseurs plus de capacités pour moins cher », explique l’association dans un communiqué.

Enfin, si le président de WindEurope Giles Dickson, s’est félicité de ces résultats, il a aussi déploré le manque de visibilité sur les ambitions des gouvernements après 2020. « L’industrie éolienne n’investira pas en Europe si les perspectives sur le marché ne sont pas là », a-t-il prévenu. Pour rappel, l’éolien a couvert 11,6% de la demande énergétique du continent en 2017 mais les capacités de production restent très inégales selon les pays membres. Par exemple, alors que les turbines ont couvert 44,4% de la demande au Danemark, elles n’ont contribué qu’à 4,8% de la dépense énergétique française, précise l’association.

Crédits photo : WindEurope

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 27 Fév 2017
Fortement pourvue en ressources géothermiques, l’Île-de-France entend bien développer au maximum une énergie à la fois propre, peu coûteuse et stable dans sa production. Dernier projet en date dans la région, l'éco-quartier Clichy-Batignolles, situé dans le nord-ouest de Paris, a…
lun 7 Mar 2016
Solar Impulse, c'est (bientôt) reparti ! L'avion solaire vient en effet de réussir avec succès ses premiers vols d'essais à Hawaï, où il était immobilisé depuis juillet dernier à cause de problèmes techniques. Bertrand Piccard aux commandes, Solar Impulse devrait…
lun 18 Mai 2015
Le 9 mai dernier, Envision Energy, une société danoise spécialisée dans les solutions de Smart Energy, a annoncé qu’elle allait mettre à l’essai un générateur supraconducteur sur l’une de ses éoliennes. Cette technologie qui est à l’étude depuis plusieurs années…
ven 6 Sep 2019
Avec la transition énergétique, on assiste au développement des énergies renouvelables. Une étude publiée par Bloomberg New Energy Finance le 5 septembre 2019 montre que les capacités des EnR au niveau mondial ont été multipliées par quatre en seulement dix…

COMMENTAIRES

  • Il serait bon de rappeler que la capacité de production ne sont pas égale à la production effective. Il fait tenir compte du facteur de charge : 15 à 25 % et de la disponibilité face à la demande. Des notions absentes trop souvent chez LENERGEEK et que j’avais déjà signalées. De quoi induire en erreur, volontairement ou non, les internautes.

    Répondre
    • Sauf que :

      – la pente de baisse des émissions de C02 est plus forte au Danemark que chez nous
      – leur efficacité énergétique est meilleure
      – leur sécurité réseau également meilleure
      – leur émissions importées inférieures
      – leur part d’exportations cleantech proportionnellement supérieure à la nôtre, de même que les emplois concernés
      – les subventions au renouvelables vont bientôt s’arrêter (d”ici 2 à 3 ans selon le gouvernement danois), leur prix d’électricité commence à baisser depuis 2015 et hors taxes (notamment d’efficacité énergétique) ces prix sont inférieurs aux nôtres notamment pour les entreprises (voir Eurostat)
      – ils sont en mesure de produire de l’éolien offshore proche de 45 euros le MWh et moins de 40 euros pour l’onshore, à comparer à plus de 125 euros le MWh pour un EPR.

      Donc essayez d’anticiper un peu et vous allez comprendre quels pays avaient tort et quels pays avaient raison, preuves à l’appui.

      https://data.worldbank.org/indicator/EN.ATM.CO2E.PC?end=2014&locations=FR-DE-DK&start=1960&view=chart

      .

      Répondre
  • Les grands systèmes électriques peuvent très bien faire face à l’augmentation de la part des énergies renouvelables intermittentes en sécurisant d’autant plus leur réseau :

    Denmark (52.8%)

    South Australia (48.4%)

    Uruguay (32.2%)

    Germany (26%)

    Ireland (24.6%)

    Spain (23.2%)

    Texas (18%)

    California (15%)

    The state of Tamil Nadu, India (14.3%)

    http://ieefa.org/study-wind-solar-wont-break-grid/

    .

    Répondre
  • Les parcs éoliens offshore (fixés sur le fond) génèrent 100% de leur capacité entre 45% et 60% du temps.

    Le parc éolien offshore flottant Hywind (Ecosse) surpasse les attentes : en novembre, décembre et janvier derniers il a généré 100% de sa capacité 65% du temps.

    Sachant que jusqu’à 80% des ressources éoliennes offshore se trouvent en eaux profondes
    (+ 60 mètres), l’éolien flottant à de beaux jours devant lui !

    https://cleantechnica.com/2018/02/16/hywind-scotland-worlds-first-floating-wind-farm-performing-better-expected/

    .

    Répondre
    • Et les autres mois ? Et le contenu carbone du KWh sur une année ? Et le cout du KWh payé par les abonnés ? Et les subventions publiques accordées ! Vous ne montrez que ce qui vous arrange !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.