La bio-raffinerie Total de La Mède démarrera bien à l'été 2018 - L'EnerGeek

La bio-raffinerie Total de La Mède démarrera bien à l’été 2018

raffinerie_la_mede_total

Malgré l’interdiction éventuelle de l’huile de palme dans les biocarburants produits en Europe, le groupe français Total entend mener son projet de bio-raffinerie à son terme. La transformation de la raffinerie de La Mède dans les Bouches-du-Rhône, entamée en 2015, se poursuit et devrait donner lieu dès cet été à la mise en service d’une bio-raffinerie nouvelle génération.

Fermée en 2015 (son exploitation n’était plus rentable), la raffinerie de La Mède dans les Bouches-du-Rhône, fait l’objet d’un vaste programme de transformation vers des activités plus « durable » pour un coût global de 275 millions d’euros. Après le dépôt pétrolier, le parc solaire et le centre de formation, c’est bientôt une bio-raffinerie qui ouvrira ses portes sur l’ancien site de Total. Problème, cette nouvelle installation doit utiliser de 30 à 40% d’huiles alimentaires usagées (huile de friture) et d’huiles résiduelles (graisse animale, huiles issues de l’industrie papetière ou résidus de palme…), et surtout de 60 à 70% d’huiles végétales dont l’huile de palme (mais également de soja, colza, tournesol).

Vers une interdiction de l’huile de palme dans les biocarburants

Or, l’huile de palme est régulièrement mise en cause par des associations écologistes pour les conséquences de son exploitation sur la nature (en termes de déforestation notamment) et son utilisation pourrait être interdite sur le continent européen dans les années à venir. Le Parlement européen a donné son feu vert en janvier 2018 à une suppression progressive de l’huile de palme dans les biocarburants d’ici 2021. Ce vote, qui n’est pas contraignant, doit maintenant faire l’objet d’une négociation avec le Conseil européen et la Commission.

De son côté, Total a réagi à ce premier avertissement en affirmant que les huiles végétales utilisées seraient certifiées durables. « Ce projet va se faire, les autorités françaises au plus haut niveau de l’Etat le soutiennent », a assuré Patrick Pouyanné, PDG du groupe, lors d’une conférence de presse. « L’unité démarrera à l’été 2018 et bien évidemment en respectant les règles », a-t-il ajouté.

Crédits photo : Total

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 14 Oct 2017
Si le gouvernement a fait de la rénovation des passoires énergétiques un des axes majeurs de la transition énergétique, les efforts consentis jusqu’à présent semblent insuffisants et le nouveau ministère de Nicolas Hulot tarde à dévoiler des mesures à la…
mer 3 Mai 2017
Le géant pétrolier français a annoncé mardi 2 mai 2017 avoir démarré la production du projet Badamyar, situé en mer à environ 220 kilomètres au sud de Yangon dans la République de l’Union du Myanmar (Birmanie). Ce projet permettra notamment…
mar 7 Fév 2017
Le groupe bancaire allemand Deutsche Bank a annoncé mardi 1er février sa volonté de ne plus financer d'activités liées au charbon conformément à son engagement de ne pas soutenir des infrastructures incompatibles avec l'accord de Paris sur le climat. Une…
ven 18 Mai 2018
Troisième groupe français (après les groupes automobiles PSA et Renault) et premier pétrolier occidental à être revenu en Iran après la levée des sanctions en janvier 2016, le groupe Total pourrait finalement ne pas donner suite à l’accord signé avec…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.