Les investissements mondiaux renouvelables repartent à la hausse

Les investissements mondiaux dans les renouvelables repartent à la hausse

Après une année 2016 en demi-teinte, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables sont repartis à la hausse en 2017 portés par un marché du solaire chinois plus dynamique que jamais. Selon le dernier bilan annuel réalisé par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), ces investissements auraient atteint 333,5 milliards de dollars l’an dernier, soit une hausse de 3% par rapport à 2016.

Deuxième meilleure performance jamais observée, l’année 2017 a été celle du retour en force pour les énergies renouvelables. Les investissements dans les énergies vertes ont connu une progression significative atteignant 333,5 milliards d’euros, en grande partie grâce au « boom extraordinaire des installations photovoltaïques chinoises ». Selon BNEF, le géant asiatique aurait battu son record d’investissements avec un total de 132,6 milliards de dollars (dont 86,5 milliards dans le solaire), en hausse de 24% sur un an, et validé l’installation de 58 GW supplémentaires, soit 20 GW de plus que les prévisions.

Des investissements mondiaux inégaux selon les filières

Au niveau mondial, le solaire a attiré 160,8 milliards de dollars d’investissements en 2017, en hausse de 18% par rapport à 2016. Un regain d’intérêt d’autant plus remarquable que les coûts de l’énergie solaire n’ont cessé de baisser depuis l’année dernière. Cette baisse des prix des équipements qui expliquait en grande partie le repli des investissements observés en 2016 n’a donc pas eu le même effet sur les investisseurs. Derrière le photovoltaïque, l’éolien a vu ses investissements baisser de 12% à 107,2 milliards de dollars sur un an, après une bonne année 2016, tandis que les autres énergies renouvelables (biomasse, géothermie, petite hydroélectricité, etc.) ont attiré toujours moins de 5 milliards de dollars par type d’énergie.

D’un point de vue géographique, outre le Chine qui domine les débats, les Etats-Unis sont arrivés en deuxième position, avec 56,9 milliards de dollars d’investissements, en hausse de 1% malgré le discours moins favorable aux énergies vertes du nouveau gouvernement. L’Europe a quant à elle marqué le pas, avec une baisse globale de 26% de ses investissements en 2017 (57,4 milliards), dont un repli particulièrement notable en Allemagne (-26%) et au Royaume-Uni (-56%), du fait du changement des politiques publiques de soutien dans ces deux pays.

Crédits photo : Petr Kratochvil

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 24 Fév 2016
D’après une étude du cabinet Xerfi, l’éolien terrestre en France va progresser de 50% d’ici 2020. A cette date, il représenterait alors 17 GW de puissance installée sur le territoire nationale, une capacité qui serait toutefois inférieure à celle fixée par…
lun 24 Avr 2017
A l'instar du groupe EDF en 2016, le français Engie se lance lui aussi sur le marché des énergies renouvelables chinois. L'énergéticien a annoncé avoir signé mardi 18 avril à Shanghai, un accord pour une prise de participation à hauteur…
mar 13 Mai 2014
Une opération d’une ampleur aussi importante que la vidange d’un grand barrage se prépare longtemps à l’avance sur tous les plans, y compris sur celui de la gestion environnementale. Dès 2012, EDF,  l’exploitant du barrage de Sarrans (Aveyron), a crée un groupe…
jeu 14 Avr 2016
La Banque mondiale a annoncé, jeudi 7 avril dernier, le lancement d'un plan d’électrification visant à assister les pays en développement, via l’installation de 30 GW d’énergies renouvelables, une capacité pouvant alimenter environ 150 millions de ménages. Ce plan d’action…

COMMENTAIRES

  • Même Trump passe au vert ;o))

    “L’administration Trump travaille ” assez agressivement ” à accroître l’utilisation des énergies renouvelables aux États-Unis dans le cadre des plans du président pour renforcer l’indépendance énergétique américaine”, a déclaré à Copenhague Vincent DeVito, le conseiller en énergie du ministre de l’Intérieur Ryan Zinke. “Nous espérons poursuivre notre solide expansion de l’éolien offshore aux Etats-Unis.”

    “Les américains viennent étudier au Danemark notamment les meilleures pratiques, la technologie éolienne et se renseigner sur certains protocoles administratifs “.

    Ce pays abrite le plus grand fabricant d’éoliennes au monde, Vestas Wind Systems A/S, et Orsted A/S, le plus grand exploitant de parcs éoliens offshore au monde.

    “Il a établi un record l’an dernier en obtenant 43,4 % de son électricité de l’énergie éolienne. Son gouvernement veut maintenant que les énergies renouvelables couvrent 50 % de la consommation énergétique totale du pays d’ici 2030 et qu’il abandonne complètement les combustibles fossiles d’ici 2050.”

    Pendant son séjour au Danemark, DeVito a déclaré que l’administration Trump augmentait le montant des fonds fédéraux disponibles pour les investissements éoliens offshore et que son choix de sources d’énergie serait dicté par les seules considérations de marché. Trump avait promis de renflouer les producteurs de charbon américains pendant la campagne électorale.

    La capacité actuelle de production d’énergie éolienne en mer des États-Unis est située au large du Rhode Island et atteint environ 30 mégawatts. Le Danemark totalise 1,3 gigawatts. Interrogé sur la question de savoir si les États-Unis prévoyaient d’aménager davantage de parcs éoliens en mer au-delà du Rhode Island, M. DeVito a déclaré: “Il existe des groupes de travail sur l’énergie renouvelable avec divers États et nous travaillons très activement à l’élaboration de ces protocoles et de ces collaborations.”

    La visite de M. DeVito fait suite à un accord de partage d’informations signé par le ministre danois de l’énergie, Lars Christian Lilleholt, lors d’une visite aux États-Unis l’année dernière.

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-01-16/u-s-working-hard-to-boost-wind-energy-adviser-says-in-denmark

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.