Biométhane : deux nouveaux sites sur le réseau de GRTgaz

Biométhane : deux nouveaux sites sur le réseau de GRTgaz

biomethane-GRTgaz

Le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTgaz a officialisé, jeudi 4 janvier 2017, le raccordement de deux nouveaux sites d’injection de biométhane. Situés à Noyen-sur-Seine en Seine-et-Marne, et aux Essarts-en-Bocage en Vendée, ces deux nouvelles installations produiront dès cette année un total de 59 millions de kilowattheures/an de gaz renouvelable, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 4 800 logements chauffés au gaz ou de 260 bus roulant au gaz.

Si la loi de transition énergétique a fixé comme objectif d’atteindre 10% du gaz consommé en France d’origine renouvelable d’ici 2030, contre une part encore marginale aujourd’hui, la production de biométhane produit par méthanisation reste toujours insuffisante et progresse très lentement. A ce jour, seuls 44 sites de méthanisation injectent du gaz renouvelable dans les réseaux de l’Hexagone, la plupart étant reliés au réseau de distribution, notamment géré par Grdf, une autre filiale d’Engie. GRTGaz ne comptabilise quant à lui que trois installations dont les deux nouveaux sites raccordés cette semaine.

Un potentiel prometteur selon les réseaux gaziers

Ces deux projets baptisés respectivement Bassée Biogaz pour celui de Noyen-sur-Seine, et Bioloie pour celui de Vendée, constituent donc seulement les deuxième et troisième sites raccordés au réseau de transport de GRTgaz, après celui de Chagny en Saône-et-Loire. Une proportion relativement faible mais qui reste prometteuse pour le gestionnaire du réseau. Ces nouveaux projets « illustrent le potentiel du biométhane et son impact positif pour le développement de l’économie circulaire dans les territoires et l’agriculture », explique GRTgaz dans un communiqué. Ralentis du fait de lenteurs administratives et financières, plus de 28 projets d’injection de biométhane serait actuellement en file d’attente pour un raccordement sur son réseau, à des stades divers de développement, ajoute le gestionnaire.

A l’instar des autres opérateurs de réseaux gaziers, GRTgaz estime même qu’il est possible de porter à 30 % la part du gaz renouvelable dans la consommation française en 2030, et d’offrir ainsi à l’ensemble des consommateurs de gaz français (industriels, consommateurs domestiques, stations de gaz naturel carburant) un gaz renouvelable aussi facile d’accès et d’utilisation que le gaz naturel.

Crédits photo : Julien Schmit – GRTgaz (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 27 Sep 2017
Le marché de l’énergie continue de s’ouvrir toujours davantage à la concurrence avec l’arrivée prochaine d’un nouvel acteur de taille. Le groupe Butagaz, très populaire dans la distribution de bouteilles de gaz propane et butane, a en effet annoncé, jeudi…
mar 8 Oct 2019
Le Commissariat général au développement durable a publié début octobre 2019 les chiffres des dépenses publiques en Recherche & Développement en énergie pour l'année 2018 en France. La reprise des investissements est notamment tirée par les filières du nucléaire et…
lun 20 Fév 2017
Si la majeure partie de l’électricité produite par les particuliers est toujours réinjectée dans le réseau électrique, l’électricité renouvelable (photovoltaïque principalement) est de plus en plus compétitive, et l’autoconsommation représente aujourd'hui une alternative de poids dans le développement des énergies…
mar 27 Juin 2017
Si certaines tranches au charbon bénéficient d’un programme complet de modernisation et de reconversion, comme au Havre ou à Cordemais par exemple, la majorité des anciennes centrales thermiques du groupe EDF, ont déjà fermé ou fermeront prochainement. Inadaptées aux nouvelles…

COMMENTAIRES

  • Pourquoi LENERGEEK ne parle pas du prix de rachat, largement subventionné, de ce gaz et qui participera au renchérissement du prix au consommateur ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.