Japon : relance de deux réacteurs nucléaires Tepco

Japon : relance de deux réacteurs nucléaires Tepco

japon-autorite-regulation-japonaise-reacteurs

Plus de six mois après avoir relancer officiellement son cinquième réacteur (le 6 juin 2017), le Japon poursuit lentement mais surement son retour sur la voie du nucléaire. L’autorité de régulation japonaise (NRA), seule apte à autoriser le redémarrage des réacteurs, a annoncé mercredi 27 décembre 2017, avoir donné son feu vert définitif à Tepco pour relancer deux de ses réacteurs de la centrale de Kashiwasaki-Kariwa dans le nord-ouest du pays. Une première pour cet opérateur énergétique, propriétaire de la centrale de Fukushima victime d’un tsunami en 2011.

Si ce feu vert n’est pas synonyme de relance immédiate, plusieurs autorisations politiques étant encore nécessaires, il constitue néanmoins un pas encourageant sur le plan technique pour la compagnie nipponne Tokyo Electric Power (Tepco), fragilisée depuis l’accident de Fukushima. Les nouvelles réglementations de sûreté et de sécurité imposées par la NRA, considérées comme faisant partie des plus sévères au monde, imposent en effet de longs programmes d’optimisation technique, et la validation des deux réacteurs 6 et 7 de la centrale de Kashiwasaki-Kariwa apparaît logiquement prometteuse.

Le dernier mot pour les élus locaux japonais

Cette approbation, intervenant à l’issue de plusieurs semaines d’audiences publiques, vient confirmer un aval préliminaire de la même autorité début octobre 2017, et « revient à décréter que les deux réacteurs en question remplissent les nouvelles normes nationales de sûreté nucléaire », précise l’autorité de régulation nucléaire japonaise (NRA). Un motif de satisfaction pour Tepco qui devra toutefois obtenir les autorisations politiques des élus de la région, et notamment celle du gouverneur de la préfecture de Niigata sans laquelle aucun des réacteurs de Kashiwasaki-Kariwa ne pourra être relancé.

Dotées d’une forte capacité de 1.356 mégawatts chacune, les deux tranches concernées par ce feu vert sont des réacteurs dits à eau bouillante (REB ou BWR en anglais). Ils sont du même type que ceux de Fukushima Daiichi, et sont donc les premiers de cette catégorie à être autorisés dans le pays depuis 2011. Les cinq réacteurs en activité actuellement au Japon sont tous de type à eau pressurisée (PWR ou REP).

Crédits photo : Triglav

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 23 Oct 2018
Si quelques pays occidentaux sont tentés par la dénucléarisation, le Canada a au contraire décidé d'investir dans l'atome. Le pays souhaite faire diminuer sa production de gaz à effet de serre tout en augmentant sa production d'énergie domestique. Pour cela,…
mar 8 Avr 2014
Jeudi dernier, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) a signé un accord stratégique avec Oreka Sud, une start-up connue pour avoir développé le premier logiciel de simulation du démantèlement d’une installation nucléaire en fin de vie. Un produit qui pourrait…
mer 15 Mai 2013
Créée suite à la catastrophe de Fukushima, la nouvelle autorité garante de la sureté nucléaire au Japon devrait, selon les médias nippons, confirmer aujourd’hui la présence d’une faille active sous le réacteur 2  de Tsuruga. En cas de confirmation, ce…
ven 3 Avr 2015
Tout juste frappée par un gigantesque blackout qui a mis en évidence sa fragilité sur le plan énergétique, la République de Turquie poursuit le déploiement de son ambitieux programme nucléaire. Le Parlement a en effet donné, mercredi 1er avril, son aval dans le cadre…

COMMENTAIRES

  • Selon l’Asia Times du 10.12.17 :

    “Le Japon va planifier son nouveau mix énergétique dans le courant de ce premier semestre”.

    Dans un sens à priori plus décarboné.

    “L’énergie solaire et hydroélectrique est considérée comme le meilleur moyen de ralentir la forte croissance des projets d’énergies fossiles, compte tenu notamment de l’avenir sombre du nucléaire dans le pays.”

    “Jusqu’à présent, selon le plan directeur officiel publié il y a deux ans, les énergies renouvelables, y compris solaire et l’hydroélectricité, devraient représenter entre 22 % et 24 % du mix énergétique en 2030, le charbon 26% et le gaz naturel liquéfié 27%.”

    http://www.atimes.com/article/japan-opens-possibility-increasing-renewable-energy/

    Répondre
  • Intéressante forme de stockage d’énergie en continu et à bas prix développée notamment au Japon (qui a par ailleurs comme l’Australie et d’autres un très important programme hydrogène entre autres pour l’exportation) :

    L’acide glycolique (GC = Acide hydroxyacétique ou acide hydroxy-éthanoïque) a une capacité énergétique volumétrique maximale environ 50 fois supérieure à celle de l’hydrogène gazeux, l’un des vecteurs les plus populaires de stockage d’énergie.

    Le GC peut être produit en continu à 60°C par réduction à quatre électrons de l’acide oxalique (OX), acide carboxylique largement disponible.

    Le système développé par l’Université de Kyushu convertit presque 99,8 % de l’OX avec une efficacité de conversion énergétique de 49,6%, qui peut encore être améliorée.

    (en plus le GC est un actif anti-âge et comme les japonais sont âgés çà peut trouver d’autres applications !)

    12.12.2017 Electrochemical Production of Glycolic Acid from Oxalic Acid Using a Polymer Electrolyte Alcohol Electrosynthesis Cell Containing a Porous TiO2 Catalyst

    https://www.nature.com/articles/s41598-017-17036-3

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.