Au Japon, Tepco pourra bientôt redémarrer deux réacteurs nucléaires

Au Japon, Tepco pourra bientôt redémarrer deux réacteurs nucléaires

Kashiwazaki_Kariwa_Ncentrale_nucléaire_Japon

Quelques mois seulement après avoir relancer officiellement son cinquième réacteur (le 6 juin 2017), le Japon poursuit lentement mais surement son retour sur la voie du nucléaire. L’autorité japonaise de régulation (NRA), seule apte à autoriser le redémarrage des réacteurs, a donné mercredi 4 octobre son feu vert technique pour la remise en service des tranches 6 et 7 de la centrale de Kashiwasaki-Kariwa dans le nord-ouest du pays. Une première pour l’opérateur Tepco, propriétaire de la centrale de Fukushima victime d’un tsunami en 2011.

Si ce feu vert n’est pas synonyme de relance immédiate, plusieurs autorisations politiques étant encore nécessaires, il constitue néanmoins un pas décisif sur le plan technique pour la compagnie nippone Tokyo Electric Power (Tepco), en grande difficulté depuis l’accident de Fukushima. Les nouvelles réglementations de sûreté et de sécurité imposées par la NRA, considérées comme faisant partie des plus sévères au monde, imposent en effet de longs programmes d’optimisation technique, et la validation des deux réacteurs de la centrale de Kashiwasaki-Kariwa apparaît logiquement prometteuse pour l’exploitant nucléaire.

Lire aussi : Japon : un cinquième réacteur nucléaire en cours de redémarrage

3On s’attend à ce que l’autorisation gouvernementale de redémarrer les réacteurs soit officiellement accordée au début de l’année prochaine, ou peu de temps après, à la suite de commentaires publics et d’un avis du responsable du Ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie (METI) sur l’éligibilité de Tepco en tant qu’opérateur”, a écrit sur son site internet le Forum des industries atomiques japonaises (Jaif). Mais Tepco devra également obtenir les autorisations politiques des élus de la région, et notamment celle du gouverneur de la préfecture de Niigata sans laquelle aucun des réacteurs de Kashiwasaki-Kariwa ne pourra être relancé.

Lire aussi : Combustible nucléaire MOX : New Areva renforce son partenariat avec le Japon

Outre ce premier signe encourageant pour Tepco, c’est surtout la première fois que la NRA donne son feu vert à des réacteurs dits à eau bouillante (REB ou BWR), de même type que ceux de Fukushima daiichi, alors que les cinq réacteurs en activité actuellement au Japon étaient tous de type à eau pressurisée (PWR ou REP).

Crédits photo : Triglav

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 30 Sep 2022
Actuellement chargé des opérations internationales chez Schneider Electric, Luc Rémont devrait prendre la succession de Jean-Bernard Lévy à la tête d’EDF. La passation de pouvoir est prévue pour le printemps prochain.  En attendant, d’après le Figaro, Luc Rémont a été…
La date butoir du 31 décembre 2022 n’est plus. Edictée dans la loi, outre-Rhin, elle fixait le seuil à partir duquel les centrales nucléaires devaient cesser de fonctionner en Allemagne. Le chancelier Olaf Scholz vient de confirmer que cet obstacle…
ven 1 Mar 2024
À Bure, un tournant technologique promet de révolutionner la gestion des déchets radioactifs. Des robots prennent le relais pour veiller sur notre héritage le plus durable, mais aussi le plus dangereux.     Des robots à 500 mètres sous terre…
lun 28 Nov 2022
Il ne faudrait pas s’inquiéter autant des risques de coupures d’électricité cet hiver, d’après la présidente de la Commission de régulation de l’énergie. Qui est beaucoup plus préoccupée par l’hiver 2023. Interviewée par BFM Business, Emmanuelle Wargon, présidente de la…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.