Au Japon, Tepco pourra bientôt redémarrer deux réacteurs nucléaires

Au Japon, Tepco pourra bientôt redémarrer deux réacteurs nucléaires

Kashiwazaki_Kariwa_Ncentrale_nucléaire_Japon

Quelques mois seulement après avoir relancer officiellement son cinquième réacteur (le 6 juin 2017), le Japon poursuit lentement mais surement son retour sur la voie du nucléaire. L’autorité japonaise de régulation (NRA), seule apte à autoriser le redémarrage des réacteurs, a donné mercredi 4 octobre son feu vert technique pour la remise en service des tranches 6 et 7 de la centrale de Kashiwasaki-Kariwa dans le nord-ouest du pays. Une première pour l’opérateur Tepco, propriétaire de la centrale de Fukushima victime d’un tsunami en 2011.

Si ce feu vert n’est pas synonyme de relance immédiate, plusieurs autorisations politiques étant encore nécessaires, il constitue néanmoins un pas décisif sur le plan technique pour la compagnie nippone Tokyo Electric Power (Tepco), en grande difficulté depuis l’accident de Fukushima. Les nouvelles réglementations de sûreté et de sécurité imposées par la NRA, considérées comme faisant partie des plus sévères au monde, imposent en effet de longs programmes d’optimisation technique, et la validation des deux réacteurs de la centrale de Kashiwasaki-Kariwa apparaît logiquement prometteuse pour l’exploitant nucléaire.

Lire aussi : Japon : un cinquième réacteur nucléaire en cours de redémarrage

3On s’attend à ce que l’autorisation gouvernementale de redémarrer les réacteurs soit officiellement accordée au début de l’année prochaine, ou peu de temps après, à la suite de commentaires publics et d’un avis du responsable du Ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie (METI) sur l’éligibilité de Tepco en tant qu’opérateur”, a écrit sur son site internet le Forum des industries atomiques japonaises (Jaif). Mais Tepco devra également obtenir les autorisations politiques des élus de la région, et notamment celle du gouverneur de la préfecture de Niigata sans laquelle aucun des réacteurs de Kashiwasaki-Kariwa ne pourra être relancé.

Lire aussi : Combustible nucléaire MOX : New Areva renforce son partenariat avec le Japon

Outre ce premier signe encourageant pour Tepco, c’est surtout la première fois que la NRA donne son feu vert à des réacteurs dits à eau bouillante (REB ou BWR), de même type que ceux de Fukushima daiichi, alors que les cinq réacteurs en activité actuellement au Japon étaient tous de type à eau pressurisée (PWR ou REP).

Crédits photo : Triglav

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 27 Nov 2014
Dans la continuité de la campagne nationale d'information “Radioactivité et Santé : et si on en parlait” lancée le 20 octobre dernier à l'occasion de la Fête de la science, le groupe EDF poursuit sa politique d'information en matière de santé, via le…
mer 6 Déc 2017
Délaissé depuis 2015 en raison d'un prix sur le marché de gros de l'électricité plus intéressant, l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique) a connu ces derniers mois un regain d'intérêt de la part des fournisseurs alternatifs. Selon un communiqué…
lun 6 Sep 2021
L’arrêt des dernières activités d’exploitation minière de l’uranium sur le sol français date de 2001.  Les anciens sites miniers font aujourd’hui l’objet d’un suivi et d’une surveillance environnementale poussés, menés par Orano sous le contrôle de l’Etat, et en lien…
mer 18 Mai 2016
Une proposition de loi vient d’être adoptée au Sénat dans le but de délivrer l’autorisation administrative nécessaire à la poursuite du projet Cigéo. Avec ce centre de stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde, la France prépare l’avenir de son industrie nucléaire.…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.