Les renouvelables couvrent près de 22,1% de la consommation d'électricité en France

Les renouvelables couvrent près de 22,1% de la consommation d’électricité en France

Le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité (Enedis) a publié jeudi 21 septembre 2017, en collaboration avec RTE et le syndicat des énergies renouvelables, la dernière édition du panorama de la production d’électricité durable en France. Cette nouvelle édition, consacrée aux évolutions enregistrées durant le deuxième trimestre de l’année en cours, présente un état des lieux à fin juin 2017 très positif. La puissance du parc de production d’électricité renouvelable (hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies) s’élève en effet à plus de 46.853 MW et atteint désormais 91 % de l’objectif 2018 entériné par la Programmation pluriannuelle des investissements (PPI).

Si la France accuse toujours un certain retard sur ses objectifs 2020 en termes d’énergie renouvelable, les réseaux de transport et de distribution continuent d’évoluer pour permettre l’intégration de la production d’électricité renouvelable tout en garantissant la sécurité et la sûreté du système électrique, et répondre ainsi aux objectifs de la transition énergétique, de porter à 40 % la part des énergies renouvelables dans le mix électrique en 2030.

Lire aussi : La croissance des énergies renouvelables s’essouffle en France

Selon le Panorama de l’électricité renouvelable publié chaque trimestre par les gestionnaires de réseaux RTE et Enedis, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et l’association des distributeurs d’électricité (Adeef), les énergies renouvelables (hydroélectricité, éolien, solaire, biomasse) ont couvert 22,1% de la consommation d’électricité au deuxième trimestre en France, grâce principalement à l’installation de nouvelles capacités éoliennes et solaires.

Lire aussi : Nicolas Hulot réaffirme sa “foi absolue” dans les énergies renouvelables

Le deuxième trimestre 2017 a enregistré en effet une forte progression du nombre de raccordements avec 417 mégawatts (MW) de nouvelles capacités renouvelables installées entre mars et juin, dont 94% d’énergies éolienne et solaire. Dans l’éolien, le parc atteignait au 30 juin 12.341 MW, avec 200 MW raccordés au réseau au second trimestre. La filière a atteint 82,3% de ses objectifs pour 2018, soit 15.000 MW. Dans le solaire, 194 MW ont été raccordés au deuxième trimestre, portant le parc à une puissance totale de 7.064 MW, soit 69,3% de l’objectif de 2018, à savoir 10.200 MW. Les bioénergies électriques enfin représentaient quant à elles, une puissance installée de 1.934 MW, avec 12 MW installés au deuxième trimestre.

Crédits photo : Tafe SA Tonsley

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 2 Oct 2013
Mme Martine Ouellet, Ministre des Ressources Naturelles du Québec, a lancé le 4 juillet dernier une vaste campagne de consultation publique baptisée "Commission sur les enjeux énergétiques du Québec". Ces séances, où est récolté l'avis des citoyens québécois, serviront à…
jeu 22 Sep 2016
La semaine dernière, France Energie Eolienne organisait la septième édition de son colloque national, au parc Floréal, sur le thème : « L'éolien, pionnier d'une révolution industrielle et sociétale ». A cette occasion, l’association professionnelle a publié l’édition 2016 de son observatoire de l’éolien,…
lun 24 Fév 2014
Lors de la conférence de ce week-end sur l’énergie à Oran (Algérie), le mot d’ordre était  « énergie renouvelable ». Les participants ont unanimement considéré les énergies vertes comme un choix stratégique pour l’avenir de l’Afrique. L'un des plus importants potentiels renouvelables se situe au nord…
jeu 17 Nov 2016
Le groupe pétrolier Total poursuit sa stratégie de diversification vers les filières renouvelables et développe progressivement son potentiel de production solaire. Après le rachat du fabricant américain SunPower en 2011, Total a annoncé mardi 15 novembre le lancement d'un programme…

COMMENTAIRES

  • suite:
    2- La production d’énergie renouvelable provient essentiellement des centrales hydrauliques, qui ont, elles l’avantage d’être stockables et programmables.

    De plus, l’éolien et le solaire n’étant pas garantis, ces installations sont la cause du recours à des centrales utilisant des combustibles fossiles, donc d’émissions de CO², mauvaisez pour le climat.

    Répondre
  • Le titre de l’article et la photo qui l’accompagne laissent supposer que les 22% de production d’électricité proviennent les energies éoliennes et solaires. La realité est différente puisque 60% proviennent de l’hydraulique.

    Répondre
  • Nous sommes en retard dans les renouvelables (qui n’ont nul besoin de recours aux centrales thermiques mais fonctionnent bien mieux avec une part de stockage), d’où la dépendance aux énergies fossiles qui stagne depuis près de 25 ans et qui était de 49% fin 2016 soit près de 50 milliards d’euros d’importations par an.

    Il y a beaucoup à faire aussi dans le domaine de la chaleur renouvelable (20,4 % de la consommation de chaleur en France) où la part biomasse (54,6%) est bien trop importante comparé au reste et notamment au solaire particulièrement efficient.

    http://www.environnement-magazine.fr/article/49901-la-chaleur-renouvelable-represente-20-4-de-la-consommation-de-chaleur-en-france/

    Répondre
  • (suite)

    Aujourd’hui, il y a plus de chaleur perdue pendant la production d’électricité en Europe qu’il n’en faut pour chauffer tous les bâtiments du continent !!!

    Il existe donc un énorme potentiel d’amélioration dans le secteur du chauffage, ce qui signifie qu’en collectant les énormes quantités de chaleur résiduelle des industries et de la production d’électricité et en les distribuant avec des réseaux de chauffage urbain intelligents, il serait possible d’économiser la totalité du gaz naturel actuellement utilisé pour le chauffage des bâtiments en Europe. Cela se traduirait non seulement par des économies monétaires, mais aussi par une réduction considérable des émissions de CO2.

    L’objectif de la Heat Roadmap Europe (HRE) est de créer les preuves scientifiques nécessaires pour soutenir la décarbonisation du chauffage et du refroidissement en Europe et de reconcevoir ce secteur, en combinant la connaissance des conditions locales de chaleur résiduelle, les économies potentielles et l’analyse du système énergétique.

    La carte interactive de Heat Roadmap Europe

    http://www.heatroadmap.eu/Peta4.php

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.