L'UE et la Suisse veulent unir leur marché du carbone - L'EnerGeek

L’UE et la Suisse veulent unir leur marché du carbone

marche-carbone_CO2_centrale_thermique

Peu efficace jusqu’à présent en raison d’un large excès de quotas et d’un prix de la tonne trop bas, le marché du carbone européen se rêve pourtant plus grand. Alors qu’un projet de réforme est en cours de négociations au Parlement européen, la Commission européenne n’a jamais caché de son côté sa volonté de promouvoir ce système chez ses voisins et partenaires internationaux, à commencer par la Suisse. La Commission a adopté mercredi 16 août 2017, deux propositions destinées à finaliser et ratifier l’accord attendu prochainement entre l’UE et la Suisse, et dont le but sera de créer des passerelles entre leur marché d’échange de quotas d’émissions de carbone respectif.

Le système de quotas d’émissions (dit SEQE ou ETS en anglais pour European Trading Scheme) est destiné à exercer une pression financière sur les grands émetteurs afin qu’ils réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre, en investissant dans les énergies renouvelables, dans les technologies vertes ou de captage du carbone. Le but à long terme étant de modifier progressivement leurs moyens de production, d’encourager la recherche et le développement de nouvelles énergies, et le démarrage d’entreprises vouées au développement durable.

Lire aussi : La réforme du marché du carbone européen se dessine enfin

Concrètement, ce marché doit permettre de plafonner les émissions et de réduire ce plafond au fur et à mesure, forçant ainsi les grands industriels à payer plus pour continuer à polluer ou à réduire leurs émissions pour payer moins. Les entreprises qui ne dépassent pas leur plafond peuvent quant à elles vendre le CO2 non utilisés aux émetteurs qui dépassent la limite permise. Ces entreprises peuvent ainsi engendrer des revenus supplémentaires et investir dans des énergies et technologies renouvelables.

Lire aussi : Climat : un rapport d’économistes plaide pour une hausse du prix du carbone

Or, pour la première fois depuis la création de ce système, “les participants du marché ETS de l’UE seront (bientôt) en mesure d’utiliser des allocations issues du système suisse pour se mettre en conformité, et vice versa”, a expliqué la Commission européenne dans un communiqué. Selon un accord prévu avant la fin de l’année et applicable à l’horizon 2019, l’Union européenne et la Suisse devraient en effet lier leur marché du carbone respectif et s’engager ensemble dans la voie du développement durable. “En tant que plus gros système de plafonnement et d’échange au monde, nous avons toujours œuvré à promouvoir la croissance du marché international du carbone“, s’est félicité Miguel Arias Canete, commissaire européen à l’Action pour le climat, cité dans le communiqué. “C’est une très bonne étape qui montre notre détermination à combattre le changement climatique ensemble“, a renchéri lors d’un point presse à Bruxelles une porte-parole de la Commission, Annika Breidthardt.

Crédits photo : Ministère de l’énergie

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 30 Nov 2016
Marc Benayoun, directeur général de la compagnie Edison, a évoqué lundi 28 novembre lors d'une rencontre avec la presse parisienne, ses nouvelles ambitions sur le marché national italien. La filiale du groupe français EDF entend en effet tripler le nombre…
ven 10 Août 2018
Désireuse de réduire sa trop grande dépendance au gaz russe, l’Union européenne pourrait désormais s’approvisionner davantage aux Etats-Unis. Le GNL américain, dont le Président Donald Trump fait la promotion avec vigueur depuis quelques semaines, est effectivement envisagé par Bruxelles comme…
lun 2 Oct 2017
Après plusieurs mois de baisse consécutifs (- 4,3% en juillet, -0,8% en août, stables en septembre), les tarifs réglementés du gaz devraient repartir à la hausse au mois d’octobre 2017. Selon un communiqué officiel de la Commission de régulation de…
lun 3 Juil 2017
A l’instar de la Pologne qui inaugurait récemment sa première livraison de gaz naturel liquéfié (GNL) américain, la Lituanie conteste elle-aussi la mainmise de la Russie sur l’Europe en matière d’approvisionnement gazier et souhaite réduire à terme sa dépendance au…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.