Siemens menace de mettre fin à ses activités en Russie - L'EnerGeek

Siemens menace de mettre fin à ses activités en Russie

Siemens-turbines-gaz-detournees

A la suite de la découverte au début du mois de juillet d’un détournement probable de quatre de ses turbines à gaz vers la Crimée, le groupe énergétique allemand Siemens a annoncé vendredi 21 juillet 2017, son intention de mettre à terme à certaines de ses activités avec la Russie. Siemens avait déjà entamé au début du mois, une procédure en justice conte Moscou et l’entreprise TPE pour non-respect des contrats de livraison et des réglementations européennes, réclamant ainsi le retour des turbines sur leur lieu d’origine ou leur rachat éventuel.

Le géant allemand Siemens semble apparemment sûr de ses sources. Il a réitéré la semaine dernière, ses accusations envers la Russie, les accompagnant cette fois de menaces envers les groupes russes avec lesquels il collabore. Siemens affirme que quatre de ses turbines à gaz livrées ces derniers mois dans le cadre du projet de centrale thermique de Taman, dans la région de Krasnodar en Russie, auraient finalement été détournées vers la Crimée, alors même que l’Union européenne interdit toutes transactions avec ce territoire.

Lire aussi : L’Allemand Siemens voit deux de ses turbines à gaz détournées vers la Crimée

Annexée par la Russie en 2014, la péninsule ukrainienne de Crimée est en effet sous le joue des sanctions économiques de l’UE et ne peut bénéficier d’aucun accord commercial avec une entreprise européenne. De son côté, la Russie n’a jamais caché son ambition de mettre fin à la dépendance énergétique de la Crimée envers l’Ukraine et aurait pu à cette fin, vouloir profiter des équipements livrés par Siemens dans la province voisine. Le groupe allemand affirme en tous cas avoir reçu “des informations crédibles qu’en dépit de tous ses efforts récents et passés, l’ensemble des quatre turbines à gaz livrées à l’été 2016 pour le projet Taman ont depuis été localement modifiées et illégalement déplacées vers la Crimée à l’encontre des engagements contractuels”.

Lire aussi : L’Ukraine veut stopper les importations de charbon russe au profit des Etats-Unis

Face à l’indifférence de Moscou qui réfute pour l’instant ces accusations, l’industriel allemand s’est donc décidé à prendre des mesures de son côté et à limiter ses activités avec la Russie. Siemens a annoncé sa volonté de vendre l’ensemble de ses parts minoritaires dans le groupe russe industriel Interautomatika et de mettre fin à un accord de licence avec des entreprises russes en matière d’équipements pour centrales électriques à cycle combiné. Il prévoit en outre de suspendre jusqu’à nouvel ordre toute livraison d’équipements de centrales dans le cadre de contrats existants avec toute entreprise contrôlée par l’Etat russe, et de mettre en place des contrôles supplémentaires par ses propres employés, qui auront lieu également pour tout nouvel engagement commercial dans le pays.

Crédits photo : Siemens

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 13 Déc 2017
Si l’efficacité énergétique et la gestion durable des matières premières dans le secteur professionnel constituent quelques-unes des clés indispensables pour endiguer les émissions de gaz à effet de serre, investir dans ce domaine reste un pas difficile à franchir pour…
ven 19 Août 2016
La consommation mondiale d'hydrocarbures aurait-elle entamé une phase de déclin ? C'est ce que laisse supposer l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) qui vient de publier une étude portant sur les revenus des pays producteurs de pétrole. Selon celle-ci, les…
mar 19 Fév 2019
Avec l'approche du Brexit, les acteurs de l'économie britannique bouillonnent. La perspective d’une sortie de l’Union européenne sans accord mobilise beaucoup d’énergie, en raison des conséquences très concrètes qui se feraient sentir dès le 31 mars 2019. L’alimentation ou les…
mer 25 Jan 2017
Officiellement en service depuis le 1er janvier dernier, le terminal méthanier de Dunkerque a reçu cette semaine sa première cargaison commerciale de gaz naturel liquéfié destinée au marché européen. Le chargement, arrivé lundi 23 janvier jusqu'au terminal de regazéification, se…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.