Nicolas Hulot veut booster les énergies marines renouvelables - L'EnerGeek

Nicolas Hulot veut booster les énergies marines renouvelables

De passage à Brest dans le Finistère vendredi 21 juillet 2017, le ministre de la Transition écologique et solidaire s’est déclaré largement favorable au développement rapide des énergies marines renouvelables. Critiquant ouvertement les nombreux recours déposés contre les projets de parcs éoliens marins notamment, Nicolas Hulot a estimé qu’on ne pouvait pas “être contre tout” si on souhaitait réussir la transition énergétique en cours.

Lors d’une visite du pôle de compétitivité Mer Bretagne, à Brest, le ministre de la Transition écologique a saisi l’occasion de son passage pour évoquer le cas des énergies marines renouvelables et leur faible développement dans l’Hexagone. En effet, malgré un potentiel prometteur le long des côtes françaises, les énergies marines accusent encore un certain retard en France du fait de procédures administratives complexes et de recours juridiques pas toujours justifiés selon le ministre.

Lire aussi : Parc éolien offshore de Fécamp : la justice rejette les recours des associations

On est freiné dans le développement de cette filière par un certain nombre de verrous administratifs, juridiques, parfois économiques ou financiers (…) C’est bien beau de se fixer des objectifs dans une loi, mais après, il faut développer des stratégies (…) Dans les verrous, il y a parfois des contentieux qui s’éternisent, des craintes qui sont justifiées ou non”, a déclaré le ministre. “Le premier message que je veux faire passer, c’est que, dans la transition énergétique, on ne peut pas être contre tout”, a ajouté M. Hulot, visant ici de manière explicite les recours des associations qui ralentissent les projets de parcs éoliennes marins prévus sur la façade Manche-Atlantique, au motif qu’ils seraient en contradiction avec l’environnement marin.

Pour remédier à cette lenteur administrative, le ministre veut faire en sorte de dynamiser la filière tout en assurant le respect des océans et des écosystèmes. “Maintenant, on va rentrer dans la phase opérationnelle (…) 0n a jusqu’en fin 2018 pour mettre en place des plans de bataille mais, après, on va vraiment booster la filière de l’économie bleue”, a précisé le ministre. Pour rappel, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit d’attribuer jusqu’à 6.000 mégawatts (MW) de projets pour l’éolien en mer posé d’ici à 2023, en plus des 3.000 MW qui devraient être en service à cette échéance.

Crédits photo : Nicolas Hulot (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 8 Août 2017
Et si nos chaussures pouvaient assurer l'indépendance énergétique de nos appareils électriques nomades ? L'idée, qui peut paraitre un peu saugrenue, est pourtant le résultat de plusieurs années de travail effectuées par les chercheurs de l'Université de Wisconsin-Madison : ces…
mar 15 Mar 2016
Le groupe français Engie a signé début mars un protocole d’accord avec les Suisses de Susi Partners. Les deux entreprises s’intéressent effectivement au stockage de l'électricité, considéré par beaucoup comme une technologie de rupture. (suite…)
jeu 3 Oct 2013
Il est possible de produire de l'électricité avec l'énergie solaire autrement qu'avec le photovoltaïque. Cette électricité est produite en centrale solaire thermodynamique à concentration. A l'aide de miroirs, les rayons solaires sont concentrés vers un point unique qui chauffe un…
mar 26 Déc 2017
Alors que plus de 20.000 foyers en France pratiquent déjà l'autoconsommation individuelle d'électricité (un chiffre en constante augmentation), la forte baisse des prix des équipements photovoltaïques et les nouvelles technologies numériques offrent de nouvelles opportunités aux consommateurs dans le cadre…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.