Linky : la justice se prononce en faveur du compteur communicant - L'EnerGeek

Linky : la justice se prononce en faveur du compteur communicant

compteur-linky

Si les rapports successifs de l’ANFR et de l’ANSES (aussi rassurants soient-ils) ne semblent pas suffire pour convaincre les communes encore récalcitrantes à l’idée d’accueillir les nouveaux compteurs Linky sur leur territoire, la justice devrait finalement mettre un terme définitif à la polémique. Le tribunal administratif de Pau a en effet donné raison à l’Etat et à Enedis, dans le cadre d’un jugement rendu jeudi 20 juillet 2017, contre la commune de Tarnos (Landes) qui refusait de procéder à l’installation de compteurs numériques connectés.

Installé un peu partout en France depuis fin 2015, le compteur intelligent Linky équipera à terme plus de 35 millions de foyers. Il permet d’éviter le passage d’un technicien pour relever les compteurs, de mesurer la consommation en temps réel, de transmettre ces données quotidiennement au fournisseur d’électricité, et de proposer en fin de compte, une facturation plus précise que celle basée sur des estimations. Autant d’avantages qui semblent malgré tout encore insuffisants pour certains élus locaux et autres associations d’électro-sensibles, qui s’inquiètent des possibles risques pour la santé liés aux ondes électromagnétiques émises par le compteur, et dénoncent le non-respect de la vie privée des usagers.

Lire aussi : Linky : les communes françaises pour et contre son déploiement

Plusieurs communes ont même annoncé ces derniers mois vouloir refuser l’installation de ces nouveaux compteurs sur la base de simples rumeurs et en dépit des nombreuses études réalisées par l’ANFR (l’Agence nationale des fréquences) et l’ANSES (l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). A Tarnos dans les Landes par exemple, le conseil municipal a pris la décision en mai 2017 de s’opposer au remplacement des anciens compteurs en cours dans la commune. Une décision contestée en justice par le préfet des Landes et l’opérateur du réseau Enedis, en charge de l’installation des compteurs. Ces derniers ont fait valoir pour leur défense, le fait que la commune de Tarnos avait délégué sa compétence en matière de distribution d’électricité à un syndicat mixte communal, ce qui entraînait, selon eux, la délégation de propriété et l’impossibilité pour la ville de refuser le remplacement des compteurs existants. Un argument valable pour le tribunal administratif qui a mis en évidence “un doute sérieux sur la légalité d’interdire le remplacement des compteurs“.

Lire aussi : Linky : un temps critiqué, le compteur communicant finit par convaincre

Comme l’explique dans le magazine Que Choisir, Charles-Antoine Gautier, chef du département Énergie de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), “la plupart des communes ont transféré la compétence du réseau électrique à leur intercommunalité, à leur métropole ou à un syndicat local de l’énergie. C’est cette autorité qui gère la concession de service public, pas la commune”. En attribuant leur compétence au profit d’une autorité organisatrice, les communes comme Tarnos par exemple n’ont plus compétence en la matière et le vote du conseil municipal n’a donc aucune valeur légale.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 4 Mar 2016
[caption id="attachment_21300" align="alignleft" width="300"] Les bâtiments du Data Center NOÉ, Val-de-Reuil[/caption] Depuis la mi-février, l'AFNOR, premier organisme d'évaluation et de certification de systèmes, services, produits et personnes en France, recommande aux entreprises tricolores d’optimiser l’efficience énergétique de leurs infrastructures, afin d’entamer…
mar 3 Avr 2018
Si la conversion en énergie primaire est actuellement utilisée pour calculer la consommation énergétique d’un logement et mettre ainsi en corrélation les différents types d'énergies finales (électricité, gaz naturel, fuel domestique, bois), ce choix n’est pas forcement du goût de…
lun 19 Fév 2018
Les Certificats d’économie d’énergie (CEE), dispositif obligeant les fournisseurs d'énergie à financer des actions d'économie d'énergie sous peine de pénalités, ne font décidément pas l’unanimité. Déjà critiqués par les fournisseurs, qui les jugent peu efficaces au regard de leur coût,…
lun 29 Juil 2013
Le gestionnaire du réseau d’électricité français, RTE (Réseau de Transport d’Electricité), vient d’actualiser ses prévisions concernant l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité pour les cinq prochaines années. Ses conclusions sont préoccupantes, puisque dès 2016, cet équilibre diminue fortement.  …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.