Bruxelles donne son accord au rachat d'Areva NP par EDF - L'EnerGeek

Bruxelles donne son accord au rachat d’Areva NP par EDF

areva-activite-reacteurs-edf

La Commission européenne a autorisé lundi 29 mai 2017 la reprise par l’électricien français EDF de la majorité d’Areva NP. Bruxelles a en effet considéré ici que l’opération ne soulevait pas de problèmes de concurrence, et n’a donc assorti cette autorisation d’aucune condition.

Entérinée par la signature d’un contrat de cession le 16 novembre 2016 entre Areva et EDF, la restructuration du groupe nucléaire français et son besoin de recapitalisation restait soumis jusqu’à présent à l’approbation de la Commission européenne. Ce plan de sauvetage d’Areva prévoyait notamment la cession de 51% à 75% de son activité réacteurs (Areva NP) à EDF et le recentrage du groupe sur les activités liées au cycle du combustible, logées dans la nouvelle société NewCo.

Lire aussi : Le japonais MHI pourrait investir 335 millions d’euros supplémentaires dans Areva

Le 10 janvier 2017, la Commission européenne avait déjà donné son autorisation de principe au plan de restructuration d’Areva, autorisant l’Etat français à contribuer à hauteur de 4,5 milliards d’euros à des augmentations du capital de NewCo d’un total de 5 milliards d’euros. “La cession complète de l’activité réacteurs d’Areva réduira sensiblement les opérations du groupe dans le secteur nucléaire et limitera ainsi les distorsions de concurrence induites par l’aide publique. La compétitivité d’Areva contribuera également à garantir la sécurité de l’approvisionnement en uranium de l’Europe”, avait expliqué la Commission pour justifier sa décision.

Lire aussi : Le Français Assystem pourrait prendre une participation de 5% dans Areva NP

Ce feu vert européen restait néanmoins soumis à deux conditions indispensables avant de pouvoir envisager ce plan de restructuration dans son ensemble : la cession d’Areva NP à EDF en vertu des règles européennes sur les concentrations devait également être validée (feu vert obtenu ce lundi 29 mai donc), et les essais destinés à démontrer la conformité de la cuve du réacteur EPR en chantier à Flamanville doivent être concluants. Un dernier point sur lequel les groupes EDF et Areva se disent confiants mais qui nécessitera d’attendre les conclusions de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) annoncées pour la fin du premier semestre.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 16 Fév 2017
Lancé depuis plusieurs années dans le sud de la France, le projet expérimental ITER repose sur l’espoir de créer une centrale d’un nouveau genre basée sur la fusion nucléaire. Par son envergure, ce projet est considéré comme le plus ambitieux projet énergétique au monde. Trop…
ven 21 Fév 2014
EDF a détaillé, jeudi 20 février, les coûts de son plan « grand carénage » qui doit permettre la prolongation de la durée d’exploitation des centrales nucléaires du parc EDF au-delà de 40 ans. Les centrales seront mises aux nouvelles normes de…
jeu 12 Sep 2013
François Hollande en a fait l’une des ses promesses de campagne : fermer la centrale de Fessenheim, en vue de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité française de 75 à 50% d’ici 2025. Mais un rapport publié mercredi…
lun 2 Mar 2015
La centrale de Fessenheim ne produit plus d’électricité depuis samedi soir. Alors que son unité 2 fait l’objet depuis vendredi d’un arrêt programmé pour maintenance et rechargement de combustible, un imprévu a contraint EDF à arrêter également le réacteur 1…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.