Nord Stream 2 : accord de financement signé entre Gazprom et ses partenaires européens Nord Stream 2 : accord de financement signé entre Gazprom et ses partenaires européens

Nord Stream 2 : accord de financement signé entre Gazprom et ses partenaires européens

Considéré comme un projet non prioritaire par Bruxelles qui y voit surtout le moyen pour la Russie de renforcer son poids dans l’approvisionnement européen en gaz, le projet de gazoduc Nord Stream 2 avance progressivement. Le groupe russe Gazprom et ses cinq partenaires européens (dont le Français Engie), ont signé lundi 24 avril 2017 l’accord de financement de ce projet destiné à relier la Russie et l’Allemagne via la mer Baltique.

Eviter l’Ukraine, là est tout l’intérêt du gazoduc Nord Stream 2 qui reliera la Russie à l’Allemagne et doublera les capacités du premier gazoduc existant avec 55 milliards de m3 supplémentaires. Le projet défendu par Berlin divise néanmoins les pays membres de l’UE dans un contexte de tensions politiques accrues avec Moscou depuis l’annexion de la Crimée en 2014 et le conflit ukrainien qui en a résulté. Certains pays de l’Est de l’Europe comme la Pologne y sont même farouchement opposés.

Lire aussi : La Méditerranée orientale, une nouvelle alternative au gaz russe en Europe ?

En août 2016, l’Autorité de la concurrence polonaise avait rendu un avis défavorable au projet, rendant impossible la création du consortium Nord Stream 2 AG tel que l’avait imaginé les industriels (Gazprom devait détenir 50% de cette co-entreprise et chacun des autres partenaires 10%). Mais Gazprom n’entend pas y renoncer pour autant et prévoit désormais d’être le seul actionnaire d’un projet évalué à 9,5 milliards d’euros. Ses partenaires (le Français Engie, les Allemands Uniper (ex-EON) et Wintershall (BASF), l’Autrichien OMV et l’Anglo-néerlandais Shell) en financeront quant à eux la moitié à parts égales, soit près de 950 millions d’euros chacun. La nouvelle structure de financement proposée « permet de répondre aux objections des autorités de la concurrence polonaise« , explique Gérard Mestrallet, président du conseil d’administration d’Engie.

Lire aussi : Gaz : la sécurité d’approvisionnement française est-elle menacée ?

Très critiqué par Bruxelles, le projet Nord Stream 2 n’est toutefois pas prêt de se concrétiser, et devra avant tout nouveau développement, obtenir les autorisations nationales des autorités des pays dont il traversera l’espace maritime, comme le Danemark, la Finlande ou la Suède.

Crédits photo : Gazprom

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 22 Mar 2016
Le groupe international d’ingénierie et de conseil en innovation, Assystem, affiche de bons résultats en 2015, entre autres grâce à ses activités dans l’énergie. L’entreprise française est engagée dans le nucléaire avec ITER et l’EPR, mais elle a aussi renforcé…
lun 1 Mai 2017
Victime de coupures de plus en plus fréquentes et d'une hausse des prix sur le marché national du gaz, l'Australie a annoncé jeudi 27 avril 2017 son intention d'imposer aux compagnies gazières une limitation des exportations. L'objectif du gouvernement est…
ven 9 Déc 2016
Encore relativement chers, les biocarburants ne permettent pas de proposer une alternative durable aux combustibles fossiles, bien moins onéreux. Un défi économique que les groupes Suez et Total pourraient bien relever en valorisant les huiles alimentaires usagées. Les deux groupes français ont annoncé mardi 6…
lun 6 Oct 2014
L'énergéticien canadien SaskPower a inauguré ce jeudi 2 octobre 2014, dans le sud de la province du Saskatchewan, la première centrale au charbon équipée d'un système de capture du carbone. Cette technologie encore inédite à cette échelle au niveau international a…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *