Le schéma éolien breton lui aussi annulé par la justice Le schéma éolien breton lui aussi annulé par la justice

Le schéma éolien breton lui aussi annulé par la justice

Après le Poitou-Charentes, dont l’annulation du schéma éolien a été confirmée par la cour d’appel administrative de Bordeaux le 4 avril 2017, c’est au tour de la région Bretagne d’être rappelée à l’ordre par la justice. Le schéma régional éolien breton, contesté par plusieurs associations anti-éoliennes, a été annulé lui aussi par la cour d’appel administrative de Nantes en seconde instance suite au recours formulé par le ministère de l’Environnement.

Répondant à un recours du ministère de l’Ecologie, la cour d’appel administrative de Nantes a confirmé ici un premier jugement du tribunal administratif de Rennes, considérant que les exceptions retenues dans le cadre de ce schéma éolien « ne sauraient tenir lieu de critères suffisants pour identifier les parties du territoire régional favorables au développement de l’énergie éolienne », et estimant que le préfet avait donc « commis une erreur de droit » environnemental.

Lire aussi : Le Schéma éolien de Poitou-Charentes annulé par la justice

Le texte, adopté par arrêté préfectoral à l’automne 2012, prévoyait notamment l’implantation, d’ici à 2020, sur le territoire breton, de 2.500 éoliennes pour atteindre une production de 2.500 mégawatts, soit environ un dixième de la consommation annuelle d’électricité dans la région. Problème, ce schéma ne définissait pas, selon l’association Vents de Folie (qui regroupe une vingtaine d’associations bretonnes opposées à ce schéma régional éolien), les zones à préserver incompatibles avec la présence d’éoliennes en raison de leur caractère exceptionnel, et laissait ainsi le champ libre aux industriels. Hormis un vaste périmètre autour des zones d’aviation civile et militaire, et du Mont Saint-Michel, situé en Normandie mais tout proche de la Bretagne, le SRE n’interdisait pas l’implantation d’éoliennes dans de nombreux paysages emblématiques comme les Monts d’Arrée, les mégalithes de Carnac ou le cap Fréhel, par exemple.

Lire aussi : Ségolène Royal prépare un nouvel appel d’offres dans l’éolien terrestre

Si d’autres régions, comme l’Île-de-France ou l’Aquitaine, ont déjà vu leur schéma régional éolien annulé par la justice pour vice de procédure par exemple, « le tribunal administratif de Rennes est le seul à avoir annulé un schéma régional éolien sur le fond », se félicite Sébastien Collet, avocat de Vents de Folie.

Crédits photo : Hans

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 9 Juin 2017
Malgré l’annonce du retrait américain de l’accord de Paris, les Etats-Unis pourraient tout de même s’impliquer dans le combat climatique par l’intermédiaire des villes ou des Etats. Le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, a assuré mardi 6 juin…
mer 14 Jan 2015
Selon le 12ème Observatoire Énergie Solaire Photovoltaïque, publiée lundi 12 janvier par le groupe de réflexion France Territoire Solaire, le secteur français de l'énergie solaire a poursuivi sa reprise en 2014. Toutefois, les bons résultats signés l'année dernière ne rassurent…
mer 29 Oct 2014
Une toute nouvelle génération d'éolienne devrait bientôt être installée sur le centre de formation de la Garde nationale du Michigan, près de Battle Creek aux Etats-Unis. Cette dernière a en effet investi plus de 1,5 millions de dollars dans deux…
mar 20 Déc 2016
Akuo Energy, premier producteur indépendant français d’énergie verte, et GE Renewable Energy ont annoncé le 16 décembre dernier, la finalisation du financement et le lancement de la construction du parc éolien de Rocksprings aux Etats-Unis. D'une puissance de 150 MW, cette…

COMMENTAIRES

  • Ces très minoritaires la plupart extrêmistes ont déposé des recours partout en France depuis l’origine, ce qui ne fait qu’augmenter le prix de l’éolien, retarder le rattrapage du grand retard de la Bretagne, accroître la pollution, et alors que l’on sait qu’il faut un mix d’environ 1/3 de solaire et 2/3 d’éolien pour une compensation optimale en France de ces 2 énergies et la nécessité de relayer le réseau européen entre le Sud et le Nord pour une très bonne stabilisation du réseau.

    A noter le repowering des anciennes éoliennes onshore et offshore avec le système d’Ampyx Power (captation des vents entres 250 et 450 m) qui permet une réduction de 90% de la matière première, un recyclage total, un entretien facile et minimal, pas d’infrasons et un prix de revient de l’éolien dérisoire pour une quantité équivalente ou supérieure d’énergie :

    https://www.youtube.com/embed/5azHRiZyC4U

    Les anti-éoliens devraient y réfléchir à 2 fois sur les avantages de cette technologie et de ses évolutions avant de vouloir lui nuire bêtement systématiquement.

    Répondre
    • Compensation optimale, vous dites ? Il faut être bien crédule pour l’affirmer. https://transparency.entsoe.eu/generation/r2/dayAheadGenerationForecastWindAndSolar/show?name=&defaultValue=false&viewType=GRAPH&areaType=BZN&atch=false&datepicker-day-offset-select-dv-date-from_input=D&dateTime.dateTime=24.04.2017+00:00|CET|DAYTIMERANGE&dateTime.endDateTime=24.04.2017+00:00|CET|DAYTIMERANGE&area.values=CTY|10YFR-RTE——C!BZN|10YFR-RTE——C&productionType.values=B16&productionType.values=B18&productionType.values=B19&dateTime.timezone=CET_CEST&dateTime.timezone_input=CET+(UTC+1)+/+CEST+(UTC+2)

      Répondre
          • Je maintiens ce que je dis, et connais déjà ces graphiques. La complémentation affichée est une moyenne mensuelle (ou saisonnière) et est une illusion car celle-ci ne reflète en rien une complémentarité instantanée. Observez attentivement les courbes en temps réel des différentes sources de production sur RTE ou ENTSOE et vous ne pouvez pas objectivement en conclure une complémentarité régulière; seulement dans de rares cas. Malgré les références que vous citez, il n’y a pas d’automaticité entre les fluctuations du solaire qui seraient compensées de manière complémentaire par l’éolien.
            De plus, je dois faire remarquer que les exportations nationales d’électricité, faute de stockage suffisant et quelquefois pour des raisons d’opportunités commerciales, dépassent souvent, en volume, l’ensemble des productions solaires et éoliennes.
            Dans vos commentaires, les références au FN me semblent incongrues dans ce type de débat.
            Un article résume ce sujet : https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-168009-la-complementarite-entre-nucleaire-et-enr-variables-merite-exegese-2075103.php

          • Nous avons déjà maintes fois évoqué ce sujet, documents techniques à l’appui C02, vous ne semblez pas lire ce que l’on vous transmet ni apprendre, aussi on perd un peu son temps et vous me présentez un article généraliste de retraité alors que je suis scientifique et travaille sur ces sujets depuis pas mal d’années, donc on peut passer son temps à répéter et répondre à chaque question 36 fois, preuves à l’appui mais si vous n’avancez pas et pire revenez chaque fois en arrière je ne vois pas l’intérêt.

            Je ne peux que vous conseiller d’assister aux conférences spécialisées sur l’intermittence, lors de congrès sur l’énergie, c’est souvent ouvert au public et vous constaterez de vous même que l’on en n’est plus à l’intermittence elle-même mais aux meilleures technologies à utiliser et qui ne manquent d’ailleurs pas dans le monde.

            Je pense que vous serez rassuré sur le sujet et pourrez passer à des aspects plus avancés.

            Je me répète donc rapidement, l’intermittence n’a jamais posé de problèmes et déjà en 2012 (et même bien avant) lors de questions au Sénat que vous pouvez retrouver, les opérateur de réseau confirmaient que la part d’énergies renouvelables sur le réseau classique non évolué d’alors ne leur posait pas de problème avant au moins 40% d’énergies renouvelables. On en est encore loin. Ensuite on utilise différentes gammes de stockage les plus appropriés selon les pays comme anticipe EDF entre autres. Et même si l’on passait à 100% de renouvelables (plus d’une dizaine d’études de différents organismes ont été réalisées sur le sujet), on constate que la part de stockage n’est pas énorme pour avoir un réseau équilibré (20% maxi).

            La question se pose à tous les pays du monde, donc nous ne sommes pas les seuls à travailler sur ce sujet, si on se heurtait à une impasse technique infranchissable çà se saurait et ce n’est pas le cas.

            Pour faire vite vous oubliez que les pics de consommation correspondent déjà à des écart énormes qu’il y a lieu de traiter car ils ont plein d’inconvénients.

            Que l’arrêt soudain de quelques réacteurs nucléaires qui peut toujours arriver aurait des conséquences bien plus ingérables.

            En outre personne n’a jamais constaté de problème ni coupure de réseau avec l’intermittence des renouvelables même dans des pays plus avancés.

            On dispose de plus de 30 ans de données dans certains pays qui sont à votre disposition sur internet (base Emhires etc)

            Dans mon schéma vous constatez que la suppression de l’éolien pose évidemment problème mais qu’à l’inverse la production de ces 2 énergies est très stable.

            Sur une base quotidienne ou hebdomadaire on fait intervenir le stockage tout comme pour le nucléaire avec les pics de consommation bien plus énormes.

            Vous voyez bien que les hypothétiques absences de vent ou de solaire pendant des mois comme l’avancent certains ne trouvent aucune confirmation chez Météo France et dans la pratique et ce depuis plus d’un siècle que l’on enregistre les données.

            Sur une base de moins de 3 jours par exemple, les volants d’inertie donnent une finesse de gestion du réseau exceptionnelle toutes énergies confondues d’où les investissements d’EDF dans ce domaine avec Stornetic entre autres. Ensuite les modes de stockage les plus appropriés varient selon les pays et les prix n’ont rien d’excessif comme tous les graphiques sur ce sujet et comme le marché le confirme.

            Concernant le FN et Marine le Pen, cela n’a absolument rien d’incongru, au contraire, de souligner dans un site consacré à l’énergie que son programme ne tient absolument pas la route quand pour des raisons électoralistes il tire un trait sur l’éolien pour lequel Marine le Pen tient des propos absurdes et complètement incompétents, je vous laisse les retrouver, c’est édifiant.

            Si vous n’avez pas perçu que c’était grave c’est que vous ne comprenez rien aux problèmes d’énergie.

            J’ai souligné plus bas l’aspect d’équilibre du réseau européen souligné par les opérateurs du réseau Entso-e eux mêmes à qui l’on ne peut pas reprocher un manque de qualification et qui sont les mieux placés pour donner un avis professionnel et éclairé.

            On peut ajouter plein de raisons comme mon autre schéma de complémentarité avec le solaire le démontre.

            Ajouter l’importante ressource éolienne française (2e européenne) onshore et offshore supérieure à celle de l’hydrolien dont nous disposons et dont il serait absurde de se passer.

            Les évolutions techniques de l’éolien encore importantes, tout comme sa forte compétitivité et baisse de prix qui n’est pas finie et donc ses conséquences favorables pour l’économie, l’environnement, l’indépendance énergétique et la sécurité.

            L’économie à terme de plus de 500 TWh par l’optimisation du réseau européen qui s’y prête particulièrement.

            Je vous laisse faire le calcul de ce que représente le fait d’empêcher l’optimisation du réseau européen comme le souligne Entso-e et donc de faire une croix sur 500 TWh par an alors que nous consommons environ 425 TWh par an.

            Pour mémoire la France est au Centre du réseau Nord-Sud et par ailleurs Est.

            Marine le Pen préfère faire venir des gens du FN à Amiens pour faire le buzz moins de 15 minutes et faire croire à des gens licenciés, je cite, que l’Etat va nationaliser un entreprise de sèches-linge, comme si l’Etat avait comme spécialité et vocation de gérer la vente de sèches linge et alors que plusieurs centaines d’entreprises ferment régulièrement en France et d’autres se créent.

            Si vous trouvez çà incongru, je trouve au contraire qu’il nécessaire de dénoncer l’imposture majeure en particulier dans le domaine énergétique et éolien.

            On se souvient des conséquences redoutables du changement de politiques trop soudain et brutal de Sarkozy sur le secteur solaire après les Grenelle de l’Environnement et avoir voulu pousser à fond ce secteur. Changement impactant lourdement les entreprises et en conséquences des emplois comme on l’a vu au lieu d’avoir adopté une politique plus raisonnable et plus stable.

            Marine le Pen recommence par populisme la même chose en oubliant que l’éolien en France c’est déjà quelques 800 entreprises et plus de 15.000 emplois, et très largement dans les régions qui votent FN si vous recoupez les cartes de l’Observatoire de l’éolien et des votes. Cà mérite d’être souligné quand des politiques se fichent autant de leurs propres électeurs :

            Constatez vous-même la contradiction avec la carte de développement de l’éolien au Nord, à l’Est et au Sud, là ou les gens votent le plus pour le FN et alors que le programme FN met l’éolien à l’écart et en parle comme une énergie inopérante alors qu’il fait largement ses preuves dans plus de 170 pays au monde actuellement et ce depuis parfois plus de 30 ans avec succès :

            http://fee.asso.fr/actu/industrie-economie-et-emploi/observatoire-de-leolien-2016/

            .

          • La démarche scientifique exigerait de s’incliner devant les faits et les données de production affichées, mais, apparemment, vous avez choisi une autre voie.

          • Je ne me réfère qu’au faits et données scientifiques c’est mon job, votre argument est un peut court !

          • Un peu court, vous-ai-je dit. Ce ne sont que des moyennes mensuelles et je suis d’accord. Mais avez-vous regardé les valeurs instantanées qui, seules, sont utiles pour la régulation du réseau, coté complémentarité ?

  • Et pour citer lui-même l’opérateur de réseau Entso-e dont vous mettez le lien :

    Ce afin de démontrer, ce qui est grave, que des gens comme Marine le Pen et le FN se plantent complètement comme d’habitude en faisant une croix sur l’éolien et la position géographique de la France qui permet un réseau européen optimisé et l’économie à terme de plus de 500 TWh par an (soit plus que la consommation électrique annuelle de la France de quelques 425 TWh par an).

    Comme quoi le secteur de l’énergie ainsi que beaucoup d’autres demande des compétences et n’est pas compatible avec des intérêts électoraux et arguties populistes ou autres agités qui survolent les dossiers.

    Voir étude :

    http://www.e-highway2050.eu/results/

    D6.3_Modular plan over 2030-2050 for the European transmission system a complete analysis of costs and benefits

    Page 43 : je cite

    « In an isolated country, the variability of wind generation might be a real challenge. However, thanks to the smoothing effect of the different European wind farms, European wind generation is rather stable. The high level of interconnections helps to take advantage of this asset: wind power creates a rather limited need for flexibility. As shown in Figure 22, at the European scale, the wind capacity factor never varies more than 2 % from one hour to the next. »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *