Production d'énergie : les émissions mondiales de CO2 ont stagné en 2016 - L'EnerGeek Production d'énergie : les émissions mondiales de CO2 ont stagné en 2016 - L'EnerGeek

Production d’énergie : les émissions mondiales de CO2 ont stagné en 2016

charbon

Si les émissions globales de gaz à effet de serre ont battu des records ces dernières années, il est un secteur dans lequel les efforts de la communauté internationale semblent porter leurs fruits. Le secteur de la production énergétique a en effet enregistré une stagnation prometteuse de ses émissions de CO2 à l’échelle internationale pour la troisième année consécutive en 2016, du fait d’une utilisation croissante des énergies renouvelables et du gaz naturel au détriment du charbon.

Selon un nouveau rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié vendredi 17 mars dernier, les émissions mondiales de gaz carbonique liées à l’usage de l’énergie ont stagné pour la troisième année de suite, atteignant 32,1 gigatonnes l’an dernier. Ces émissions qui regroupent celles liées à la production d’électricité, au secteur de transport ou du bâtiment, seraient de moins en moins corrélées à la croissance économique (+3,1%), du fait notamment du recours croissant à des technologies décarbonées (énergies renouvelables) ou moins carbonées (gaz naturel), des progrès réalisés en termes d’efficacité énergétique, et d’une prise de conscience accrue du changement climatique.

Lire aussi : Climat : les émissions de GES françaises en baisse de 16% depuis 1990

« Ces trois années de stabilité des émissions dans une économie mondiale en croissance marquent l’émergence d’une tendance« , a commenté le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol, dans un communiqué, se refusant toutefois à trop d’optimisme. Il serait en effet « prématuré » selon l’AIE de voir dans cette stagnation le sommet ou le pic des émissions mondiales préalable à une nouvelle phase de diminution. D’autre part, si l’on peut se féliciter de cette limitation de la hausse des émissions mondiales, le niveau atteint aujourd’hui est encore bien trop élevé pour parvenir à limiter le réchauffement climatique à 2°C.

Lire aussi : Baisse des émissions de gaz à effet de serre : où en sommes-nous ?

Dans le détail, les émissions de CO2 sont restées stables en Europe et ont même diminué aux Etats-Unis (-3%) et en Chine (-1%), les deux plus gros émetteurs et consommateurs d’énergie, permettant ainsi de compenser les hausses observées dans d’autres régions du monde. En Chine par exemple, les deux tiers de la hausse de la demande d’électricité (+5,4%) ont été satisfaits par « les énergies renouvelables, principalement hydraulique et éolienne, ainsi que par le nucléaire« , a souligné l’AIE.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 6 Jan 2017
La forêt de Sherwood, dans le comté de Nottinghamshire au Royaume-Uni, célèbre repère de Robin des Bois et de ses acolytes, serait aujourd'hui très convoitée pour ses réserves en gaz de schiste. Des études préliminaires à l'exploitation de la zone…
mer 29 Oct 2014
Une toute nouvelle génération d'éolienne devrait bientôt être installée sur le centre de formation de la Garde nationale du Michigan, près de Battle Creek aux Etats-Unis. Cette dernière a en effet investi plus de 1,5 millions de dollars dans deux…
lun 19 Jan 2015
Grâce, notamment, à l'instauration de nombreuses mesures incitatives, l'énergie solaire s'est largement démocratisée au cours de ces dernières années. En 5 ans, la puissance photovoltaïque installée à l'échelle internationale est passée de 15,8 GW à 137 GW. La baisse des…
ven 25 Oct 2013
Gudmundur Thoroddsson, PDG de la compagnie américano-islandaise Reykjavik Geothermal, a annoncé mercredi 23 octobre la signature d'un contrat de 4 milliards de dollars avec l'Ethiopie. Cet accord porte sur la construction d'une centrale géothermique de 1.000 MW. Cette centrale, située…

COMMENTAIRES

  • Les émissions carbone du système énergétique mondial peuvent être réduites de 70% en 2050 et totalement éliminées en 2060, avec un impact positif sur l’économie, estime l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) dans un nouveau rapport, publié le 20 mars.

    https://www.actu-environnement.com/ae/news/energie-emissions-carbone-fossiles-renopuvelables-emplois-pib-28678.php4

    En combinant énergies renouvelables et efficacité énergétique, le PIB mondial pourrait être accru de 0,8% en 2050 quand, dans le même temps, l’investissement nécessaire est estimé à 0,4% de ce PIB (29 Mds$ d’ici 2050).

    La perte d’emplois dans le secteur des énergies fossiles serait plus que compensée par la création d’emplois dans les renouvelables et l’efficacité énergétique.

    Répondre
  • Un scénario souhaitable, mais la faisabilité est une autre histoire. L’avenir nous dira si la réussite est au rendez-vous. Les économies mondiales le permettront-elle ? L’avenir est tellement plein de surprises !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *