Précarité énergétique : le médiateur prévoit une forte hausse des coupures pour impayés - L'EnerGeek

Précarité énergétique : le médiateur prévoit une forte hausse des coupures pour impayés

précarité énergétique

En constante augmentation ces dernières années, les difficultés rencontrées dans la maîtrise de l’énergie par plusieurs millions de ménages français en situation de précarité énergétique, sont encore plus criantes lors des hivers rigoureux comme ce fut le cas cette année. Le médiateur national de l’énergie prévoit en effet une « forte reprise des coupures » pour impayés dès avril, après la trêve hivernale, et incite les consommateurs en difficulté à l’anticiper en demandant un rééchelonnement de leur dette auprès de leur fournisseur.

Avec plus de 604.000 interventions pour impayés (coupures ou réductions de puissance en électricité) enregistrées en 2016 contre 577.000 en 2015, soit une hausse de 5%, la précarité énergétique continue de progresser dans l’Hexagone, la faute à un hiver plus rigoureux que le précédent. Si les interventions ont été stables dans le secteur de l’électricité, elle ont augmenté de 25% pour la fourniture de gaz, et devraient reprendre de plus belle cette année. Le médiateur Jean Gaubert s’attend en effet à « une forte reprise des interruptions de fourniture d’électricité et de gaz naturel pour impayés« , a-t-il indiqué dans un communiqué.

Lire aussi : 12 millions de Français toujours en situation de précarité énergétique

Il encourage vivement dans un tel contexte tous les consommateurs en difficulté, à se rapprocher de leur fournisseur afin d’éviter la coupure, et rappelle que ses services peuvent être « des soutiens utiles pour rétablir le dialogue » en cas de conflit avec les fournisseurs d’énergie. Outre l’encouragement à demander un étalement de la dette, il conseille aussi aux consommateurs de contacter les services sociaux ou les associations de consommateurs qui peuvent les épauler dans leurs démarches.

Lire aussi : Les ateliers économie d’énergie : EDF apprend à ses clients à réduire leur facture

M. Gaubert demande enfin au gouvernement « que soit examinée une revalorisation du montant du chèque énergie« , prévu pour remplacer les tarifs sociaux dès 2018 sur l’ensemble du territoire, après avoir été expérimenté dans quatre départements. L’Observatoire national de la précarité énergétique avait déjà prévenu lui aussi dans un précédent rapport, que le montant de ce chèque était inférieur aux besoins qu’il faudrait mobiliser pour mettre fin à la précarité énergétique. Rappelons que la valeur moyenne de ce chèque a été évaluée par le ministère de l’Energie à 150 euros, en fonction des revenus et de la composition du foyer. Il pourra être par exemple de 48 euros pour une personne seule et de 227 euros pour un couple avec deux enfants.

Crédits photo : Jean-François Leray – Secours Populaire

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 28 Sep 2016
Le groupe énergétique français Engie a officiellement lancé le jeudi 15 septembre dernier le premier dispositif intelligent de stockage d'énergie dédié au "réglage fréquence" sur le réseau français. Baptisé BattGrid, ce système est mis à la disposition du gestionnaire du…
mar 8 Sep 2015
Le projet SOGRID, réseau électrique intelligent unique au monde, débute sa phase d'expérimentation cette semaine dans l'agglomération toulousaine auprès d'un millier de foyers. Une grande première pour cette technologie de rupture qui souhaite démontrer toute la pertinence du réseau de…
mer 22 Fév 2017
Si l'objectif de la France de réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030 semble encore loin, la tendance à la baisse se poursuit malgré tout depuis le début des années 1990, et…
ven 17 Fév 2017
Selon le dernier bilan annuel publié cette semaine par RTE, le gestionnaire du réseau électrique national, les Français auraient consommé plus d'électricité en 2016 en raison des températures plus froides enregistrées l'an passé, tandis que la production aurait légèrement diminué…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *