EDF publie ses résultats annuels 2016 et confirme ses objectifs pour 2017 EDF publie ses résultats annuels 2016 et confirme ses objectifs pour 2017

EDF publie ses résultats annuels 2016 et confirme ses objectifs pour 2017

EDF

Fort d’une performance conforme à la trajectoire annoncée en 2016 et d’une bonne tenue des activités opérationnelles, le groupe français EDF devrait poursuivre sa stratégie et confirmer ses objectifs pour l’exercice en cours. Malgré un Ebitda (excédent brut d’exploitation) en légère baisse, les résultats annuels publiés par le groupe ce mardi 14 février dénotent en effet « d’une performance solide » de l’électricien, selon les termes de son PDG Jean-Bernard Lévy, dans un contexte de marché difficile.

Des résultats 2016 proches des objectifs 

Selon les chiffres des résultats annuels publiés ce matin, le groupe français EDF a réalisé en 2016 un bénéfice net de 2,9 milliards d’euros, en hausse de 1,7 milliard d’euros par rapport à 2015, du fait des moindres pertes de valeur en 2016 par rapport à 2015, et d’un allongement de la durée d’amortissement de certains réacteurs nucléaires en France.

Lire aussi : EDF a atteint l’ensemble de ses objectifs en 2015

Le chiffre d’affaires a diminué pour sa part de 5,1% à 71,2 milliards, tandis que l’Ebitda a reculé de 6,7% à 16,4 milliards d’euros pour un résultat net courant en baisse de 15,3% à 4,1 milliards. Anticipés dans les derniers objectifs révisés du groupe, ces résultats s’expliquent notamment par la chute des prix de gros de l’énergie en France et au Royaume-Uni dans un marché de plus en plus concurrentiel, et par une faible disponibilité des réacteurs nucléaires français du fait des contrôles de sûreté supplémentaires organisés cette année.

La production du parc nucléaire du groupe a en effet reculé de 7,9% à 384 térawattheures (TWh) en France (restant toutefois dans le haut de la dernière fourchette estimée par le groupe), alors qu’elle battait sur la même période des records au Royaume-Uni avec 65,1 TWh, soit la plus forte production outre-Manche depuis 2003, en hausse de 4,5 TWh par rapport à 2015. En matière d’énergies renouvelables, l’année 2016 aura vu la mise en service par EDF Energies Nouvelles de 1,2 GW bruts d’éolien et de solaire, auxquels s’ajoutent actuellement 1,8 GW de capacités en construction.

Un plan de performance efficace

Si l’endettement du groupe reste malgré tout important, à 37,4 milliards d’euros, il est aujourd’hui stabilisé et son ratio dette nette sur l’Ebitda restera en-deçà des limites à 2,3 fois contre 2,5 fois projeté pour 2017, affirme EDF. L’énergéticien a d’ailleurs mis en place cette année plusieurs mesures dans le but d’améliorer sa situation financière. Il a entamé une réduction des investissements et poursuivi son plan de cession de ses actifs non stratégiques dans le but d’alléger cette dette et de recentrer ses activités dans les filières de production bas carbone. Les opérations signées ou réalisées jusqu’à présent s’élèvent désormais à 6,7 milliards d’euros, soit 67% de l’objectif final de 10 milliards d’euros.

« Les résultats 2016 d’EDF prouvent que nos fondamentaux sont solides. La transformation du groupe est bien engagée, grâce à la mobilisation constante et aux efforts des salariés. La stratégie CAP 2030 se déploie à un rythme soutenu et le plan de performance se déroule selon la trajectoire annoncée, signe que l’entreprise s’adapte et va de l’avant », explique dans un communiqué Jean-Bernard Lévy.

Lire aussi : En Hongrie, EDF finalise la cession de sa filiale Démasz pour 400 millions d’euros

EDF a également réduit de 0,3 milliard d’euros ses charges opérationnelles durant l’exercice, avec pour objectif d’atteindre une réduction de 0,7 milliard en 2018 et d’1 milliard en 2019 (par rapport à 2015). Ces premiers efforts lui permettent aujourd’hui d’appréhender l’année 2017 avec sérénité et de réaliser en parallèle l’augmentation de capital de 4 milliards d’euros évoquée ces dernières mois et votée en conseil d’administration ce lundi. « Notre plan de performance s’exécute solidement et conformément à nos attentes. Nous voyons que 2017, comme prévu, sera une année encore difficile, mais que 2018 sera l’année du rebond », a confié à l’AFP M. Lévy.

Le développement de projets bas carbone

Outre ce plan de performance, le groupe prévoit également une normalisation de la production nucléaire dès cette année, qui lui permettra à compter de 2018 de retrouver la voie d’un Ebtida en progression à 15,2 milliards d’euros selon les dernières prévisions d’EDF (contre 13,7 – 14,3 milliards en 2017). La production nucléaire devrait s’établir pour cela entre 390 et 400 TWh en 2017 à laquelle s’ajoutera une production renouvelable en constante augmentation.

Lire aussi : EDF va doubler ses capacités de production renouvelable en Europe d’ici à 2030

Malgré la volonté de faire face aux lourds investissements prévus dans les prochaines années (comme le rachat de l’activité réacteurs d’Areva par exemple ou le programme du Grand carénage), le groupe n’entend pas pour autant réduire les efforts entrepris dans le développement des énergies renouvelables et des services d’efficacité énergétique. « Nous poursuivons cette dynamique en 2017 avec le lancement de nouvelles offres et des services innovants pour nos clients, avec le développement de projets bas carbone, et en ciblant les marchés hors d’Europe pour y exporter nos savoir-faire », ajoute Jean-Bernard Lévy.

Crédits photo : EDF

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 10 Sep 2014
Selon le quotidien Nikkei, le Premier ministre japonais Shinzo Abe aurait fait part de sa volonté de démanteler une douzaine de réacteurs nucléaires dont la mise en conformité aux nouvelles normes de sûreté ne paraît pas envisageable. Une initiative ou…
jeu 11 Juin 2015
Les énergies renouvelables sont souvent critiquées pour l’intermittence de leur production : pour pallier ce problème, les expérimentations de stockage de l’électricité se multiplient. Dans l’Aube, la plus grosse batterie de France métropolitaine, baptisée Venteea, vient d’être installée par une association de…
lun 30 Nov 2015
Avec son réacteur de troisième génération (AP 1000), Westinghouse fait figure d’acteur majeur du nucléaire. Alors que son patron, Danny Roderick, affirme qu’il dirige une « entreprise globale », il évoque également son envie de collaborer avec EDF, le premier exploitant nucléaire…
jeu 4 Avr 2013
Un arrêté ministériel paru mercredi 3 avril au Journal Officiel instaure un nouveau tarif d’achat, plus élevé, pour la filière éolienne ultramarine. Les départements et territoires d’outre-mer, non-connectés au réseau électrique national connaissent des difficultés pour assurer leur approvisionnement énergétique.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *