Climat : l'UE devra fermer ses centrales au charbon d'ici 2030 pour respecter ses engagements Climat : l'UE devra fermer ses centrales au charbon d'ici 2030 pour respecter ses engagements

Climat : l’UE devra fermer ses centrales au charbon d’ici 2030 pour respecter ses engagements

charbon

Si l’Union européenne souhaite atteindre les objectifs fixés dans le cadre des Accords de Paris en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, elle devra avant tout fermer l’ensemble des centrales électriques au charbon encore en activité sur le vieux continent d’ici 2030. C’est en tous cas ce que préconise le dernier rapport de l’institut Climate Analytics selon lequel la décarbonisation du secteur énergétique doit être accélérée sans attendre.  

Les objectifs fixés à l’occasion de la COP21 de Paris en décembre 2015, visant à maintenir la hausse moyenne des températures à moins de 2°C par rapport au niveau pré-industriel, exigeront, selon une étude publiée le 9 février dernier par l’institut Climate Analytics, « une décarbonation rapide du secteur mondial de la production d’énergie et la fin graduelle des centrales à charbon dans l’UE autour de 2030″.

Lire aussi : La Banque européenne d’investissement réaffirme son engagement pour le climat

L’institut a estimé pour cela le budget carbone de l’UE, c’est-à-dire la quantité de CO2 que l’Union peut émettre sans provoquer de réchauffement supplémentaire de la température, à 6,5 gigatones d’ici 2050. Or, ce chiffre pourrait être largement dépassé (de plus de 85%) si l’on continue à suivre le rythme actuel des opérations programmées pour les centrales à charbon.

En effet, si la part du charbon dans la production électrique de l’UE a baissé de manière significative depuis les années 1990 (elle représente aujourd’hui moins de 25% contre plus de 40% en 1990), des efforts supplémentaires dans les énergies renouvelables doivent être encouragés  de manière globale et les pays membres à la traîne doivent rattraper leur retard, explique l’institut. « Il y a une disparité croissante entre les Etats membres dans leur approche de l’avenir du charbon », notent les auteurs, déplorant la construction ou les projets de centrales à charbon dans certains pays comme la Pologne ou la Grèce.

Lire aussi : Malgré le smog qui l’asphyxie, la Pologne s’accroche à son charbon

A ce jour, seuls deux pays européens, l’Allemagne et la Pologne, sont responsables de plus de 51% des capacités installées et de 54% des émissions issues des centrales à charbon en Europe.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 28 Avr 2017
Considéré comme un projet non prioritaire par Bruxelles qui y voit surtout le moyen pour la Russie de renforcer son poids dans l'approvisionnement européen en gaz, le projet de gazoduc Nord Stream 2 avance progressivement. Le groupe russe Gazprom et…
ven 9 Déc 2016
Encore relativement chers, les biocarburants ne permettent pas de proposer une alternative durable aux combustibles fossiles, bien moins onéreux. Un défi économique que les groupes Suez et Total pourraient bien relever en valorisant les huiles alimentaires usagées. Les deux groupes français ont annoncé mardi 6…
ven 3 Fév 2017
En 2016, le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles a gagné énormément de terrain, au point d’inquiéter les entreprises pétrochimiques fragilisées financièrement. Né il y a seulement quelques années, ce mouvement mondial fait pression auprès des fonds d’investissement, des banques…
lun 19 Oct 2015
Mi-octobre, Ségolène Royal a proposé d'instaurer un « prix plancher du carbone pour le secteur électrique en France », avant d’adopter un « prix mondial et unifié ». Une volonté qui est soutenue par EDF et le prix Nobel d’économie, Jean Tirole, à la…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *