Renouvelables : Bruxelles donne son feu vert à 3 nouveaux régimes d'aides français Renouvelables : Bruxelles donne son feu vert à 3 nouveaux régimes d'aides français

Renouvelables : Bruxelles donne son feu vert à 3 nouveaux régimes d’aides français

renouvelables

La Commission européenne a donné son feu vert vendredi 10 février à trois nouveaux mécanismes de soutien aux énergies renouvelables mis en place en France dans le cadre de la transition énergétique. Ces mécanismes, appliqués aux filières solaire et hydroélectrique, permettront de produire au minimum 2.600 MW supplémentaires dans le respect des règles communautaires de la concurrence.

Finalement validés par la Commission européenne, les trois régimes d’aide en question doivent aider la France à atteindre son objectif pour 2020 de couvrir 23% de ses besoins énergétiques à partir de sources renouvelables. Ils permettront « d’augmenter la part d’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables, conformément aux objectifs environnementaux de l’UE, tandis que les distorsions de concurrence engendrées par l’aide publique seraient limitées », explique la Commission.

Lire aussi : Bruxelles valide 4 mesures de soutien aux renouvelables en France

Dans le détail, les deux premiers mécanismes de soutien portent sur la filière solaire via le paiement de deux prix préférentiels de rachat. Un premier pour les exploitants d’installations solaires à petite échelle (inférieures à 100 kilowatts), placées sur les toits d’habitations ou de commerces, et un second garanti pendant vingt ans pour les exploitants d’installations solaires de plus grande taille. Au total, ces deux nouveaux régimes permettront à la France d’augmenter sa capacité solaire d’environ 2.600 MW pour un budget prévisionnel de 439 millions d’euros, par an, soit 8,8 milliards d’euros sur vingt ans.

Lire aussi : Éolien : le mécanisme de soutien 2017 n’est pas à la hauteur des attentes des professionnels

Le troisième et dernier régime d’aide concernent quant à lui la filière hydroélectrique, et prévoit l’octroi d’aides à de nouvelles centrales pour une capacité pouvant aller jusqu’à 60 mégawatts. Si aucun objectif en termes de capacités installées n’a été précisé ici, un budget de 25 millions d’euros par an, soit 500 millions d’euros sur 20 ans, est d’ores et déjà prévu pour cette aide.

Crédits photo : Lenulenac

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 30 Nov 2016
Dans un communiqué daté du 25 novembre dernier, la Caisse des dépôts (CDC) annonce sa volonté de renforcer ses investissements dans l'éolien terrestre en France via l'acquisition de 49,9% du capital de trois sociétés de projets menés par la Compagnie du…
sam 20 Août 2016
D’après le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD), le rythme de développement des énergies renouvelables en France serait « insuffisant ». En effet, alors que le pays ambitionne d’atteindre 23% d’ENR dans son mix énergétique en 2020, les dernières statistiques publiées au…
mar 11 Juin 2013
Le groupe français GDF Suez et ses partenaires, Investec et Kagiso Tiso Holdings, ont finalisé le financement du projet de parc éolien West Coast One, situé à 130 km du Cap (Afrique du Sud), et d’une capacité de production de…
mer 18 Jan 2017
Créée en 2014 par Amundi et EDF, la société de gestion Amundi Transition Energétique est destinée à lever plus de 1,5 milliard d'euros d'ici la fin de l'année 2017 pour le financement de projets de production renouvelable et d'efficacité énergétique.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *