Les capacités de production nucléaire mondiales ont continué de progresser en 2016 - L'EnerGeek

Les capacités de production nucléaire mondiales ont continué de progresser en 2016

nucléaire

Selon une étude publiée cette semaine par l’Association mondiale du nucléaire (WNA), la capacité de production de l’énergie nucléaire à l’échelle mondiale a continué de croître en 2016 passant de 382,2 GW à la fin de 2015 à 391,4 GW aujourd’hui. Une tendance soutenue en grande partie par la croissance de la demande d’électricité en Asie et au Moyen-Orient, deux régions globalement favorables à l’énergie nucléaire, ainsi qu’au rôle grandissante du nucléaire dans les politiques d’atténuation du réchauffement climatique.

Malgré un léger recul en Europe ces dernières années, les capacités de production nucléaire à l’échelle mondiale ont continué de progresser. L’année 2016 aura vu en effet dix nouveaux réacteurs nucléaires supplémentaires entrer en service dans le monde dont cinq en Chine (Ningde 4, Hongyanhe 4, Changjiang 2, Fangchenggang 2 et Fuqing 3), un en Corée du Sud (Shin Kori 3), un en Inde (Kudankulam 2), un au Pakistan (Chashma 3), un en Russie (Novovoronezh 6) et un aux États-Unis (Watts Bar 2).

Lire aussi : Nucléaire : une énergie stratégique pour aujourd’hui comme pour demain?

Au total, le parc nucléaire mondial se composait fin 2016 de 446 réacteurs utilisables pour une puissance de 391,4 GW, contre 439 réacteurs fin de 2015, équivalents à une puissance de 382,2 GW. Trois réacteurs d’une puissance cumulée de 1402 MW ont été officiellement fermés cette année dont le réacteur Ikata 1 au Japon, l’unité de Fort Calhoun aux États-Unis et l’unité 3 de la centrale de Novovoronezh en Russie.

Ce parc de réacteurs a généré plus de 10% de l’électricité à l’échelle planétaire, soit environ un tiers de l’électricité à faible émission de carbone, et devra poursuivre son développement s’il veut contribuer davantage à la lutte contre le changement climatique. LA WNA se base ici sur les projections de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) selon lesquelles l’énergie nucléaire pourrait fournir 25% de l’électricité mondiale d’ici 2050, via la construction de 1000 GW de nouvelles capacités supplémentaires.

Lire aussi : « Tous les pays qui souhaitent décarboner leur mix électrique utilisent le nucléaire »

Selon ce scénario, le développement de l’énergie nucléaire sera principalement tiré par la Chine, la Corée du Sud, et les pays d’Extrême-Orient. La Chine par exemple soutient à ce jour pour une large part l’expansion de la filière nucléaire avec près de 24 réacteurs en construction et l’Extrême-Orient pourrait augmenter sa capacité de production nucléaire de 93,8 GW à 132,2 GW au cours des 15 prochaines années afin de réduire sa dépendance aux hydrocarbures.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 4 Déc 2013
La toiture d’un bâtiment de la tranche nucléaire numéro 3 de la centrale de Gravelines (Nord) a été le théâtre d’un départ de feu, mardi aux alentours de 16h50.  Le feu a été maîtrisé à 18h02, grâce à l’intervention des…
lun 3 Août 2015
Le groupe énergétique japonais, Kyushu Electric, exploitant de la centrale de Sendai dans la préfecture de Kagoshima, a annoncé la réalisation des derniers exercices de contrôle et de sécurité avant redémarrage du réacteur 1. Ces tests supervisés par l'Autorité de…
mar 13 Oct 2015
Le gouvernement suédois vient de confirmer son intention d’abandonner les énergies fossiles. Pour y parvenir le pays scandinave compte notamment augmenter le budget dédié aux énergies renouvelables, tout en conservant son parc nucléaire. Une stratégie conforme aux dernières recommandations du…
mer 21 Oct 2015
La Chine se prépare à investir 69 milliards d’euros dans l’énergie nucléaire. A l’horizon 2030, elle pourrait alors compter sur 110 centrales en activité, soit plus que les Etats-Unis. Dans ce contexte, les entreprises China General Nuclear (CGN) et China National…

COMMENTAIRES

  • Si l’on construit,d’ici 2050, 1000 GW de nouvelles capacités nucléaires supplémentaires dans le monde,il faudra passer rapidement aux réacteurs 4 G surgénérateurs(avec aussi du thorium) pour avoir suffisamment de matières fissiles à la fin du siècle en cours(ou dans la première partie du siècle prochain),pour pouvoir alimenter un tel parc nucléaire… Sauf si on trouve de nouvelles mines,suffisamment abondantes .

    Répondre
  • Remarque tout à fait juste de Open-Mind. Vue la localisation actuelle des sites, cela risque de créer assez vite des tensions.

    Cela justifie d’autant plus une plus grande part d’énergies renouvelables comme prévu dans le mix mondial puisque ces dernières contribuent mieux et plus rapidement (sans les risques, dissémination, déchets, coûts etc) à la lutte contre le changement climatique comme plusieurs universités indépendantes dans le monde notamment l’ont démontré précisément :

    http://www.ecowatch.com/mark-jacobson-to-james-hansen-nukes-are-not-needed-to-solve-worlds-cli-1882141790.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.