Les capacités de production nucléaire ont continué de progresser Les capacités de production nucléaire ont continué de progresser

Les capacités de production nucléaire mondiales ont continué de progresser en 2016

nucléaire

Selon une étude publiée cette semaine par l’Association mondiale du nucléaire (WNA), la capacité de production de l’énergie nucléaire à l’échelle mondiale a continué de croître en 2016 passant de 382,2 GW à la fin de 2015 à 391,4 GW aujourd’hui. Une tendance soutenue en grande partie par la croissance de la demande d’électricité en Asie et au Moyen-Orient, deux régions globalement favorables à l’énergie nucléaire, ainsi qu’au rôle grandissante du nucléaire dans les politiques d’atténuation du réchauffement climatique.

Malgré un léger recul en Europe ces dernières années, les capacités de production nucléaire à l’échelle mondiale ont continué de progresser. L’année 2016 aura vu en effet dix nouveaux réacteurs nucléaires supplémentaires entrer en service dans le monde dont cinq en Chine (Ningde 4, Hongyanhe 4, Changjiang 2, Fangchenggang 2 et Fuqing 3), un en Corée du Sud (Shin Kori 3), un en Inde (Kudankulam 2), un au Pakistan (Chashma 3), un en Russie (Novovoronezh 6) et un aux États-Unis (Watts Bar 2).

Lire aussi : Nucléaire : une énergie stratégique pour aujourd’hui comme pour demain?

Au total, le parc nucléaire mondial se composait fin 2016 de 446 réacteurs utilisables pour une puissance de 391,4 GW, contre 439 réacteurs fin de 2015, équivalents à une puissance de 382,2 GW. Trois réacteurs d’une puissance cumulée de 1402 MW ont été officiellement fermés cette année dont le réacteur Ikata 1 au Japon, l’unité de Fort Calhoun aux États-Unis et l’unité 3 de la centrale de Novovoronezh en Russie.

Ce parc de réacteurs a généré plus de 10% de l’électricité à l’échelle planétaire, soit environ un tiers de l’électricité à faible émission de carbone, et devra poursuivre son développement s’il veut contribuer davantage à la lutte contre le changement climatique. LA WNA se base ici sur les projections de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) selon lesquelles l’énergie nucléaire pourrait fournir 25% de l’électricité mondiale d’ici 2050, via la construction de 1000 GW de nouvelles capacités supplémentaires.

Lire aussi : « Tous les pays qui souhaitent décarboner leur mix électrique utilisent le nucléaire »

Selon ce scénario, le développement de l’énergie nucléaire sera principalement tiré par la Chine, la Corée du Sud, et les pays d’Extrême-Orient. La Chine par exemple soutient à ce jour pour une large part l’expansion de la filière nucléaire avec près de 24 réacteurs en construction et l’Extrême-Orient pourrait augmenter sa capacité de production nucléaire de 93,8 GW à 132,2 GW au cours des 15 prochaines années afin de réduire sa dépendance aux hydrocarbures.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 16 Avr 2015
C'est en 2008 que le projet ITER débute avec un objectif aussi clair qu'ambitieux : mettre au point le premier réacteur de fusion nucléaire au monde. Des scientifiques européens, américains, chinois, japonais, coréens, indiens et russes forme un comité scientifique…
lun 23 Fév 2015
Envoyés sur site pour une nouvelle mission de contrôle et de vérification, les experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique ont salué, dans un rapport rendu public le lundi 16 février dernier, les efforts réalisés par l'exploitant TEPCO dans les…
mar 19 Mar 2013
Lundi à 18 h 57  (10 h 57 en France) les systèmes de refroidissement des piscines de stockage du combustible usagé des réacteurs 1,2 et 3 de la centrale accidentée de Fukushima ont du être arrêtés suite à une coupure…
ven 6 Nov 2015
L’Australie est le 3ème producteur mondial d’uranium, derrière le Kazakhstan et le Canada. Paradoxalement, le pays est aussi le 1er émetteur de gaz à effet de serre par habitant. C’est pourquoi, l’ancien Premier ministre Tony Abbott proposait de développer le nucléaire civil,…

COMMENTAIRES

  • Si l’on construit,d’ici 2050, 1000 GW de nouvelles capacités nucléaires supplémentaires dans le monde,il faudra passer rapidement aux réacteurs 4 G surgénérateurs(avec aussi du thorium) pour avoir suffisamment de matières fissiles à la fin du siècle en cours(ou dans la première partie du siècle prochain),pour pouvoir alimenter un tel parc nucléaire… Sauf si on trouve de nouvelles mines,suffisamment abondantes .

    Répondre
  • Remarque tout à fait juste de Open-Mind. Vue la localisation actuelle des sites, cela risque de créer assez vite des tensions.

    Cela justifie d’autant plus une plus grande part d’énergies renouvelables comme prévu dans le mix mondial puisque ces dernières contribuent mieux et plus rapidement (sans les risques, dissémination, déchets, coûts etc) à la lutte contre le changement climatique comme plusieurs universités indépendantes dans le monde notamment l’ont démontré précisément :

    http://www.ecowatch.com/mark-jacobson-to-james-hansen-nukes-are-not-needed-to-solve-worlds-cli-1882141790.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *