Projet européen Elsa : quand l'énergie locale est stockée à l'aide de batteries recyclées - L'EnerGeek

Projet européen Elsa : quand l’énergie locale est stockée à l’aide de batteries recyclées


Alors que les projets de quartiers durables et autonomes en énergie se multiplient à l’échelle locale, l’intermittence des énergies renouvelables et les progrès limités des technologies de stockage freinent pour le moment leur développement. Plusieurs initiatives sont en cours dans ce cadre afin de proposer de nouvelles alternatives de stockage d’énergie de proximité. C’est notamment le cas du programme de recherche européen Elsa pour lequel le groupe français Bouygues Energie & Services développe actuellement un nouveau système de stockage à base de batteries de voitures électriques usagées.

Une solution de stockage décentralisée et de petite taille

Les systèmes de stockage d’énergie décentralisés, de petite et moyenne tailles, offrent une flexibilité opérationnelle beaucoup plus grande que les systèmes énergétiques actuels. Ils assurent un approvisionnement énergétique fiable pour les bâtiments et les quartiers, et permettent ainsi d’intégrer une part importante des sources d’énergie renouvelable intermittentes. Pourtant, peu de ces solutions de stockage sont techniquement matures et économiquement viables à l’heure actuelle.

ELSA (pour “Energy Local Storage Advanced”) est un projet de stockage d’énergie financé par l’Union européenne (UE), dans le cadre du programme Horizon 2020 portant sur le thème du stockage à petite échelle. De 2015 à 2019, ELSA a pour objectif de développer des solutions de stockage en combinant des batteries de deuxième vie avec un système de gestion de l’énergie locale novateur basé sur les nouvelles technologies numériques.

Lire aussi : « Le stockage électrique c’est le graal » d’après Jean-Paul Chabard

Si ce système de stockage d’énergie à la fois économique, évolutif et facile à déployer, est encore aujourd’hui au stade expérimental, il devrait entrer prochainement en phase de démonstration. Des prototypes sont en cours d’installation dans six sites à travers l’Europe, représentant plusieurs contextes d’application et couvrant des services divers tels que l’atténuation de la congestion du réseau, l’équilibrage local du réseau, le soutien de la tension ou la régulation.

Une technologie à maturité

Ces différents prototypes reprendront les caractéristiques de la première et la seule installation en test actuellement au sein de Challenger, le siège de Bouygues Construction situé à Guyancourt dans les Yvelines. Ce premier modèle stocke le courant produit par les panneaux solaires posés en toiture du bâtiment et se compose de cinq batteries lithium-ion provenant de véhicules électriques de marque Renault (quatre de Kangoo et une de Zoé), et une issue d’une voiture Nissan Leaf. Les deux constructeurs automobiles sont partenaires du projet. “Notre approche consiste à récupérer des batteries après trois ou quatre ans de circulation. Leur capacité se monte alors à 75 % de sa valeur initiale. Ces performances sont bien suffisantes pour un usage stationnaire”, explique au site “le Moniteur” Eric Portales, directeur de projets au sein de la direction Innovation & Technologie de Bouygues Energies & Services.

Lire aussi : IssyGrid : des batteries de Kangoo Z.E pour stocker l’énergie solaire

Le prototype de Challenger possède une capacité de 12 kWh, et aucune baisse de capacité n’a été constatée jusqu’à présent. “Dans un bâtiment, les cycles de fonctionnement sont très réguliers. La batterie est moins sollicitée que dans un véhicule. Sa durée de vie s’en trouve augmentée”, ajoute Eric Portales. Bouygues entend d’ailleurs profiter de cette stabilité pour vendre non pas un produit, mais une capacité de stockage garantie pour une dizaine d’années. “Si une des batteries montre des signes de faiblesse, nous la remplacerons”, conclut le directeur de projets.

Outre le groupe français Bouygues Energie & Services, qui est ici coordinateur du projet, le programme de recherche Elsa regroupe une dizaine de partenaires de cinq pays différents, dont les constructeurs automobiles Renault et Nissan, l’université de Aachen en Allemagne, ou le centre de recherche technologique UTRC en Irlande.

Crédits photo : Bouygues Energie & Services

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 4 Nov 2014
La République populaire du Bangladesh, située entre l'Inde et la Birmanie, a subi samedi 1er novembre une panne généralisée d'électricité. L'ensemble du pays, du palais présidentiel aux zones les plus reculées, s'est en effet retrouvé privé d'électricité à partir de la mi-journée…
sam 24 Juin 2017
Pas besoin d'être une mégalopole aux budgets pharaoniques pour se lancer dans la transition énergétique. Depuis 2016, la petite commune bretonne de Saint-Sulpice-la-Forêt peut se targuer d'être l'une des plus petites smart cities du monde. Les moyens limités de la…
ven 15 Juin 2018
Leader sur le marché européen des voitures électriques, via son modèle phare Zoe (32.000 exemplaires vendus en 2017), le groupe automobile Renault n'entend pas s'arrêter en si bon chemin et prévoit de renforcer ses positions par de grands investissements dans…
jeu 4 Juil 2019
Le 3 juillet 2019, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a publié son rapport annuel. Dans ce document, on retrouve notamment les chiffres actualisés du mix électrique français, mais aussi une interview du Président de la CRE, Jean-François Carenco.…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.