Le Chili, nouvel eldorado des énergies renouvelables ? - L'EnerGeek

Le Chili, nouvel eldorado des énergies renouvelables ?

trackers_exosun_chiliTandis que l’Amérique latine est la région du monde où l’énergie renouvelable se développe le plus rapidement, le Chili, gros producteur d’énergie solaire, participe aujourd’hui pleinement de cette croissance exponentielle. Le pays a vu son nombre d’installations renouvelables augmenter considérablement en l’espace de quelques années, grâce à des conditions climatiques favorables et à des politiques incitatives. Problème, ce développement accéléré semble avoir manqué de cohérence et se retrouve aujourd’hui freiné par des cas de plus en plus fréquents de surproduction.

Volonté politique et prix records

Entre 2002 et 2012, l’électricité produite en Amérique latine grâce à l’éolien a augmenté de 51 % – contre une croissance moyenne de 26 % dans le monde – et les capacités solaires ont fait l’objet d’importants investissements. Un contexte favorable que l’on retrouve notamment au Chili, où le gouvernement de Michelle Bachelet a fait du secteur de l’énergie une priorité de développement. La capacité solaire a quadruplé depuis 2013 dans ce pays et plus de 29 fermes ont été connectées au réseau national.

Les dernières enchères lancées par le gouvernement à la mi-août, portant sur environ 20 % de la consommation d’électricité du pays, ont vu s’intensifier la concurrence et entraîner les énergéticiens et les développeurs de projets solaires et éoliens dans une guerre des prix. L’Espagnol Solarpack a ainsi gagné un contrat en promettant de fournir de l’électricité à un prix record de 29,10 dollars par mégawattheure (MWh) à partir de 2021, soit le prix le plus bas jamais enregistré dans la filière solaire.

Comme l’explique dans Les Echos Jean-Philippe Salomé, directeur industrie d’EDF Energies Nouvelles, “avec un prix moyen sur le solaire à 40 dollars/MWh, cette enchère est dans la continuité de ce qui s’est passé à Dubaï ou au Pérou ces derniers mois. Le Chili bénéficie d’un très fort ensoleillement et la ressource est facile à modéliser”.

Lire aussi : Le métro de Santiago du Chili se met au vert

De son côté, l’énergie éolienne a également atteint un prix exceptionnellement bas, à 38,10 dollars/MWh. Les candidats pouvaient proposer à cette occasion des projets purement solaires ou éoliens, mais aussi des alliances entre renouvelables et énergies conventionnelles (gaz et charbon) afin d’offrir de l’électricité en continu. Grâce à ces prix planchers moins chers que ceux proposés pour les centrales au gaz ou au charbon, le solaire et l’éolien ont remporté les deux tiers des volumes proposés.

Une électricité solaire gratuite

Mais cette émergence accélérée des renouvelables peut également avoir des effets pervers et tous les projets renouvelables qui s’engagent à vendre au prix du marché, prennent aujourd’hui le risque de devoir produire à perte. Un excès d’offre d’énergie renouvelable a récemment entraîné au Chili une chute des prix à zéro pendant plusieurs semaines, forçant les producteurs à distribuer leur électricité gratuitement.

Au mois d’avril dernier par exemple, l’énergie solaire fut distribuée gratuitement pendant plus de 113 jours dans plusieurs régions du pays, en raison de la surproduction. Les compagnies qui possèdent leur propre centrale n’arrivaient plus à générer de revenus et les promoteurs ne trouvaient plus de financements pour de nouveaux projets durables, faute de rentabilité.

Lire aussi : Le Chili distribue de l’électricité gratuitement

En cause ici, le développement irrégulier des installations et le manque de cohérence du réseau électrique national. Le Chili possède actuellement deux réseaux de transmission de l’énergie (un au centre et un au nord), qui ne sont pas connectés entre eux, et ne permettent pas de compenser les manques d’une région avec les excédents de production de l’énergie solaire d’une autre (fréquents notamment dans les régions du nord fortement ensoleillées).

La stratégie du gouvernement est également mise en cause. Le programme de développement des renouvelables aurait été envisagé à court terme par les autorités, privilégiant le maximum d’infrastructures sans prendre en compte les besoins réels ni les capacités de production de chaque région.

Crédits photo : Exosun

Rédigé par : lucas-goal

Avatar
ven 13 Jan 2017
Déjà partie prenante de nombreux projets énergétiques dans la filière hydrolienne ou éolienne flottante, le groupe naval de défense DCNS confirme sa stratégique de développement à long terme dans les énergies marines renouvelables. Le groupe français vient d'annoncer pour cela…
ven 9 Mar 2018
Après s’être alliés une première fois en 2016 pour le développement du stockage de l’énergie via la réutilisation des batteries de voitures, les groupes Engie et Suez s’engagent encore davantage pour la transition énergétique dans les territoires à travers un…
lun 12 Mar 2018
Malgré un retard significatif dans la course à l’énergie éolienne offshore, la France vient de revenir dans la course grâce à une décision de General Electric. Au début du mois de mars 2018, l’entreprise américaine a annoncé qu’elle choisissait la…
lun 12 Mar 2018
Si la promesse d’un mix électrique 100% renouvelable semble encore peu réaliste à l’échelle nationale compte tenu de l’intermittence propre aux énergies vertes, cet objectif pourrait toutefois être atteint assez rapidement dans des contextes locaux bien particuliers. A Grenoble dans…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.