Cameroun : l'hydroélectricité pour résoudre la crise énergétique - L'EnerGeek

Cameroun : l’hydroélectricité pour résoudre la crise énergétique

illustration_yaounde_photo_Z.NgnogueLe projet du barrage hydroélectrique de Nachtigal, au Cameroun, passe à la vitesse supérieure. Les différents partenaires du projet, à savoir l’électricien français EDF, la Banque mondiale et les autorités camerounaises, ont en effet annoncé leur décision d’investir un milliard d’euros dans cette centrale dont la construction vise notamment à résoudre la crise énergétique qui paralyse l’économie de ce pays d’Afrique centrale.

Un projet renouvelable à un milliard d’euros

Le projet de Nachtigal prévoit la construction, à une soixantaine de kilomètres de la capitale politique du Cameroun, Yaoundé, d’un barrage hydroélectrique et d’une ligne électrique destinée à le relier au réseau électrique. Les travaux préparatoires devraient débuter en septembre prochain pour une mise en service attendue en 2021.

La rénovation et la gestion de la centrale hydroélectrique de Natchigal nécessitera un investissement de 655 milliards de Francs CFA, soit un milliard d’euros. Cette somme sera apportée au projet par la société Nachtigal Hydro Power Company, détenue à 40 % par l’électricien tricolore. L’État camerounais et la Société financière internationale (filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé) détiennent chacun 30 %.

Lire aussi : Hydroélectricité : le Cameroun se lance dans “un projet très structurant”

Une fois en phase de production, cette installation renouvelable affichera une puissance de 420 MW grâce à ses sept turbines de 60 MW. Elle devrait notamment permettre de répondre à un tiers des besoins en électricité du Cameroun. “C’est un projet très structurant pour le pays qui a aujourd’hui une capacité installée d’environ 1 000 MW”, a expliqué aux journalistes de l’AFP la directrice de la zone Afrique et Moyen-Orient d’EDF, Valérie Levkov.

Exploiter le potentiel hydroélectrique du Cameroun

Le Cameroun ne dispose aujourd’hui que d’une puissance de production de 1.292 MW, grâce à une dizaine de centrales de grande et moyenne capacité (hydroélectrique, thermique, fuel et gaz) et une vingtaine de petites centrales. Pourtant, ce pays situé entre le Nigéria, le Tchad et la République du Congo dispose du deuxième meilleur potentiel hydroélectrique d’Afrique. Ce dernier est malheureusement mal exploité.

Pour résoudre la crise énergétique qui frappe le pays et mettre fin aux incessantes coupures d’électricité qui paralyse son activité, ce ne sont pas moins de 5,6 milliards d’euros qui devront être investis au cours des 10 prochaines années. L’objectif est de porter la capacité du pays à 3.000 MW.

Lire aussi : Le défi énergétique de l’Afrique : rendre l’électricité accessible à tous

Un objectif que les autorités camerounaises comptent bien atteindre grâce à leur potentiel hydroélectrique. En plus du projet de Nachtigal, le Cameroun a contractualisé avec la société Platinum Power pour la construction d’une centrale hydroélectrique à Makay, dans le centre du pays. Cette installation affichera une capacité de 400 MW.

Crédit photo : Z.Ngnogue

Rédigé par : lucas-goal

Avatar
lun 19 Oct 2015
Si l'énergie solaire concentrée offre aujourd'hui de fortes perspectives de développement et devrait assurer près de 10% de la production électrique mondiale à l'horizon 2050 selon les experts de l’Agence internationale de l’énergie, le problème du stockage de l'électricité inhérent…
lun 3 Juin 2013
Le quatrième plus grand parc solaire français a été inauguré ce week-end dans les Landes de Gascogne (Lot-et-Garonne). Les quatre fermes photovoltaïques du parc s’étendent sur une surface de 75 hectares, ce qui représente 115 terrains de football. 180 000 panneaux…
ven 7 Jan 2022
Ce 7 janvier 2022, la Banque Africaine de Développement a approuvé l’octroi d’une subvention d’un million de dollars au Botswana pour soutenir sa transition énergétique vers les renouvelables, dans le cadre du Fonds pour l’énergie durable en Afrique. La Banque…
ven 7 Mar 2014
Publié il y a quelques semaines, un rapport secoue la Belle Province. Le document, censé guider la politique énergétique du gouvernement Québécois, est très loin de faire l’unanimité. Les 200 pistes qu'offre le texte ont été rassemblées par les deux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.