EDF présente un bilan 2014 solide - L'EnerGeek

EDF présente un bilan 2014 solide

logo_edf_photo_ OllieDLe groupe énergétique français EDF a publié, jeudi 12 février, un communiqué de presse centré sur son bilan opérationnel et financier pour l’année 2014. Une année qui permet à l’énergéticien d’afficher des résultats “solides” grâce aux “excellentes” performances des énergies décarbonées ainsi que des émissions de CO2 qui ont atteint leur “plus bas niveau historique”.

Au cours de l’exercice 2014, le parc nucléaire exploité par EDF à travers le territoire français a permis de générer un volume de 415,9 TWh d’électricité décarbonée. La production nucléaire tricolore enregistre ainsi une hausse de 3% par rapport à ses performances de 2013. Une hausse qui s’explique notamment par une réduction de 9% du nombre d’arrêts automatiques de réacteurs (variable considérée comme un indicateur de la qualité d’exploitation du parc).

La production renouvelable des centrales hydrauliques françaises est en baisse de 12% avec 37,5 TWh d’électricité produits en 2014. Un résultat toutefois considéré comme un simple “retour à la normale” après une année 2013 marquée par une production exceptionnelle en raison de conditions hydrologiques très favorables.

À l’heure où le secteur énergétique est en pleine mutation, le groupe EDF met en avant sa contribution à la réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’Hexagone grâce aux performances records de ses énergies décarbonées. Les émissions de CO2 d’EDF en France atteignent d’ailleurs un niveau historiquement bas : 17 grammes de dioxyde de carbone émis pour un kilowattheure d’électricité produit, soit un total de 8 millions de tonnes pour 2014.

Ces performances environnementales s’inscrivent dans une tendance générale de réduction des émissions du groupe qui a notamment procédé à la modernisation de plusieurs unités de production  de son parc thermique à flammes.

La production globale d’électricité en 2014 s’élève à 460,3 TWh, soit 1,5 TWh d’électricité de moins qu’en 2013. Cette baisse est toutefois raisonnable car elle s’inscrit dans un contexte où la consommation des ménages a baissé de 7% en raison d’une météo particulièrement clémente. Ce niveau de production permet en outre à la France de rester un important exportateur d’électricité vers ses voisins européens. Le groupe EDF affiche un bénéfice net en hausse de 5,2% par rapport à 2013, avec un total de 3,7 milliards d’euros.

Enfin la branche distribution d’EDF, sa filiale ERDF, enregistre également une performance opérationnelle “exceptionnelle” : en 2014, le temps moyen de coupure d’électricité atteint 64 minutes, soit son plus bas niveau depuis 9 ans.

Crédit photo : OllieD

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
ven 12 Juin 2015
Dans l’Océan Indien, l’île de la Réunion constitue une « zone non interconnectée » (ZNI), c’est-à-dire qu’elle n’est pas connectée au réseau électrique continental, ce qui peut poser la question de la sécurité de l’approvisionnement énergétique. Toutefois, les énergies renouvelables constituent une…
jeu 7 Avr 2016
Si l'objectif de 40 % d'électricité renouvelable en 2030 prévu dans la loi de transition énergétique reste tout à fait possible aujourd'hui, il nécessitera néanmoins un développement rapide de l'énergie éolienne marine, plus coûteuse, mais aussi plus régulière dans la production d'électricité…
mer 9 Déc 2015
En Afrique du Sud, l’opérateur national d’électricité, Eskom, est obligé d’organiser des coupures de courant à cause des pannes récurrentes de ses centrales électriques. Pour mettre fin à ces « délestages », le pays a l’intention de développer les énergies renouvelables et…
lun 28 Jan 2019
Deux mois après avoir dévoilé les grandes lignes de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), le gouvernement a publié le vendredi 25 janvier 2019 l’intégralité de sa stratégie pour l’énergie. La feuille de route revient sur les périodes 2019-2023 et…

COMMENTAIRES

  • Bonjour,

    Cette phrase issue de l’article : “EDF présente un bilan 2014 solide” me pose problème.
    “Ce niveau de production permet en outre à la France de rester un important importateur d’électricité vers ses voisins européens. ”

    Si c’est “importateur” c’est depuis les pays voisins, sinon c’est “exportateur”.

    La différence est conséquente !

    Merci de votre précision.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.