Belgique : 2 réacteurs peuvent être prolongés jusqu'en 2025 - L'EnerGeek

Belgique : 2 réacteurs peuvent être prolongés jusqu’en 2025

Centrale_nucléaire_de_DoelSi les difficultés d’approvisionnement redoutées pour l’hiver prochain ont remis à l’ordre du jour la place de l’énergie nucléaire dans le mix énergétique belge, celle-ci reste pour le gouvernement indispensable à la stabilité du réseau à court et moyen termes. Une stabilité que devrait garantir la reconduction pour une décennie supplémentaire des réacteurs Doel 1 et 2 approuvée ce mercredi 17 septembre 2014 par l’Agence fédéral de contrôle nucléaire belge (AFCN).

Alors même que la Belgique est exposée pour la saison hivernale à venir à un risque réel de blackout électrique en raison d’un affaiblissement du réseau liée à l’arrêt temporaire de trois réacteurs nucléaires, l’AFCN a révélé ce mercredi ses conclusions relatives à une éventuelle poursuite d’activité des réacteurs Doel 1 et 2 dont la fermeture était prévue pour 2015.

Selon cette expertise, il est possible d’envisager une reconduction de ces réacteurs pour dix années d’activité supplémentaires si d’importants travaux sont réalisés par Electrabel, le groupe exploitant ces unités de production. Dix années supplémentaires donc qui seraient ici un minimum au regard des investissements à réaliser pour assurer la mise en conformité de ces installations. L’AFCN précise notamment que l’ensemble des matériaux peuvent être remplacés à l’exception de la cuve qui elle, présente un état satisfaisant pour fonctionner jusqu’en 2025.

Ce prolongement nécessitera toutefois une révision de la loi qui limite encore aujourd’hui la durée d’exploitation de ces réacteurs à 2015 ainsi qu’un renouvellement immédiat des commandes de combustibles dont les délais s’étalent entre 12 et 18 mois. Il incombera enfin à la société Electrabel de garantir la réalisation des travaux exigés selon un plan d’action à long terme prédéterminé.

Anticipant les nombreuses réactions parmi les associations environnementales, l’AFCN a également tenu à rappeler ici qu’un délai de fonctionnement supérieur à 40 ans avait été envisagé dès leur mise en service : “lorsqu’ils ont été mis en service en 1975, il a été dit qu’ils pouvaient tourner de manière sûre pendant 40 ans. Après, on verrait. Et maintenant, nous sommes arrivés à ce point“, a souligné la porte-parole. Plusieurs réacteurs de plus de 40 ans aux Etats-Unis ou en Suisse sont actuellement en activité et pourraient même atteindre 60 ans de service.

Crédits photo : Alexandre Jacquemin

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 29 Fév 2016
Dans son « Programme indicatif du nucléaire », la Commission européenne donne son avis sur les moyens à employer afin « d’endiguer la baisse de la part du nucléaire ». Selon elle, afin de conserver un mix énergétique largement décarboné, d’importants investissements devront être…
lun 25 Nov 2013
Réalisées par des chimistes employés par EDF, les tournées environnement consistent à effectuer des mesures quotidiennes dans l’environnement immédiat des centrales, afin de s’assurer qu’elles ne sont à l’origine d’aucun rejet radioactif anormal dans l’atmosphère.       [stextbox id="info"]Des…
Quelques jours après le dévoilement du contenu définitif de la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), une étude réalisée par l’ADEME et RTE confirme la pertinence des choix gouvernementaux dans le bâtiment.  Au terme de deux années de recherche commune, l’agence…
mer 4 Fév 2015
L'accident nucléaire de Fukushima, qui s'est déroulé en mars 2011 au Japon, a quelque peu ralenti le développement du nucléaire civil au plan mondial. Mais l'idée que cette énergie décarbonée a un rôle majeur à jouer dans la réduction des…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.