Nucléaire : l'Arabie Saoudite va ouvrir sa 1ère centrale en 2022 - L'EnerGeek

Nucléaire : l’Arabie Saoudite va ouvrir sa 1ère centrale en 2022

Riyadh_city_crédits_photo_MuhaidibL’Arabie Saoudite a annoncé mardi 2 septembre la construction de sa première centrale nucléaire. Cette dernière devrait être mise en service en 2022 et ne sera utilisée qu’à des fins “pacifiques”, soulignent les responsables du projet. Le chantier doit débuter à la fin de l’année.

Ce réacteur nucléaire ne sera pas le seul de l’Arabie Saoudite. D’après un rapport de l’Association nucléaire mondiale mis à jour en mai 2014, le pays prévoit de se doter de 16 réacteurs au cours des vingt prochaines années.

Le coût de ce projet pharaonique s’élève à plus de 80 milliards de dollars (environ 60 milliards d’euros). L’objectif chiffré du roi saoudien est de disposer d’une capacité de production d’énergie nucléaire de 17 GW en 2032.

Le pays, soutenu dans ce projet par une multitude de partenaires internationaux dont la Chine, la Finlande, la Corée du Sud et la France, entame ainsi sa propre transition énergétique en essayant de diminuer sa consommation d’électricité produite grâce au pétrole et au gaz. A côté du nucléaire, le pays prévoit également la construction de 41 GW de panneaux solaires, ce qui représente la production de 25 réacteurs nucléaires.

Les nouvelles centrales photovoltaïques et nucléaires vont permettre de répondre à une demande domestique qui, selon l’Association nucléaire mondiale, augmente de 8% tous les ans, notamment à cause des grands projets de désalinisation. La consommation en électricité de l’Arabie Saoudite devrait atteindre 120 GW par an d’ici 2030, fragilisant ainsi la manne pétrolière du pays. En effet, les barils de pétrole saoudien doivent être vendus sur le marché domestique à 5$, contre 100$ à l’international, ce qui, comme nous l’explique un article de l’Usine Nouvelle, a de lourdes conséquences financières :

“Sur la production journalière de plus de 10 millions de barils, 3 millions sont consommés dans le pays. S’ils étaient vendus sur les marchés, ils le seraient aux cours internationaux à plus de 100 dollars par baril. Soit une perte théorique de 285 millions de dollars par jour,… plus de 100 milliards de dollars par an..”

 

Crédits Photo : Muhaidib

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 13 Avr 2017
Fin mars 2017, la Société Française d’Energie Nucléaire (SFEN) organisait sa convention 2017 sur le thème : « le nucléaire accélère sa transformation numérique ». Les nouvelles technologies offrent une opportunité pour renforcer la transversalité et la compétitivité de la filière française, tandis…
mer 17 Avr 2013
Le rapport annuel de l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) évoque un bilan 2012 « assez satisfaisant » de la sûreté nucléaire du parc français. Si les incidents sont en légère augmentation par rapport à 2011, l’autorité souligne les efforts mis en œuvre…
lun 6 Mai 2019
En Belgique, plusieurs partis politiques militent activement pour une prolongation du parc nucléaire. Si le pays valide cette nouvelle stratégie énergétique, les sept réacteurs belges seront en activité au-delà de 2025. Et la décision serait notamment profitable à Electrabel, la…
lun 23 Mar 2015
Située à quelques 5 kilomètres de la commune de Thionville, dans le département de la Moselle, la centrale nucléaire de Cattenom affiche une puissance de près de 5.500 MW grâce à ses 4 réacteurs mis en service entre 1986 et 1991.…

COMMENTAIRES

  • On voit que la production de pétrole n’est pas extensible, même dans ce pays. Par contre, une consommation intérieure en expansion, c’est autant de moins pour l’exportation et pour les autres pays.

    La nucléaire est la plus mauvaise solution pour produire de l’électricité dans un tel pays.

    Sa situation est comparable avec celle des pays du sud de la Méditerranée, avec un petit supplément de production solaire par rapport à l’Egypte ou au Maghreb.

    Le coût de l’électricité sortant d’une centrale photovoltaïque serait de l’ordre de 5,4 c€/kWh en 2014 et de 4 c€/kWh en 2020.

    http://energeia.voila.net/electri2/mediterranee.htm

    Pour le nucléaire, c’est plutôt 10,7 c€/kWh pour l’EPR en France (2016/2017) et 11,4 c€/kWh pour l’EPR en Angleterre (2023 ou +). En Turquie, il a été annoncé 9,1 c€/kWh (en 2023 ou +) pour un réacteur qui n’est même pas conçu dans le détail sur le papier.

    Une grande centrale photovoltaïque se construit en 12-18 mois, un réacteur nucléaire en 5-6 ans après 3-4 ans d’études et de préparation (total 8-10 ans).

    Aussi, le solaire PV produit lors de la plus grande activité économique (le jour) et lorsque les climatiseurs sont au plus fort.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.