Le problème de l'intermittence du renouvelable résolu grâce à la rhubarbe ? - L'EnerGeek

Le problème de l’intermittence du renouvelable résolu grâce à la rhubarbe ?

rhubarbe_electricite_photo_Dieter WeberUne étude menée par l’université d’Harvard, aux Etats-Unis, a permis d’améliorer les performances d’une batterie à flux grâce à l’utilisation de la quinone, une molécule organique utile à la photosynthèse de nombreuses plantes. Selon les scientifiques en charge de ces recherches, ce nouveau type de batterie serait une solution économique qui permettrait de résoudre le problème de l’intermittence des énergies renouvelables.

En effet, les énergies éoliennes et photovoltaïques présentent aujourd’hui un problème majeur, rendant leur intégration à nos mix électriques assez complexe : leur caractère intermittent. Cette imprévisibilité de leur production est étroitement lié au fait que les moyens de production concernés sont dépendants des conditions climatiques. Seul moyen de palier ces aléas, stocker l’énergie produite pour la redistribuer lorsque la demande en électricité est supérieure à la production.

[stextbox id=”info”]Une molécule en charge de transporter des charges électriques[/stextbox]

Dans un article publié le 9 janvier dernier dans le magasine Nature, un groupe de chercheurs d’Harvard affirment avoir mis au point une batterie capable de charger et de décharger de l’énergie électrique beaucoup plus rapidement que les batteries actuelles. Ce groupe de scientifiques a eu l’idée de chercher du côté de Dame nature un composant chimique qui remplacerait les ions métalliques (coûteux) utilisés pour le transport des charges électriques dans les batteries traditionnelles

Abondantes dans la nature et donc peu coûteuses, les quinones sont des molécules qui servent à capter les électrons nécessaires à la photosynthèse de nombreuses plantes. Et qui sont donc capables de transporter des charges électriques. C’est finalement sur un produit dérivé de la quinone de la rhubarbe que le choix du groupe s’est posé, après le test des performances de près de 10.000 quinones différentes.

“Le monde entier utilise des ions métalliques dans différents états de charge, mais peu d’entre eux sont solubles et utilisables pour stocker de l’énergie. Et aucun d’entre eux ne peut stocker des quantités massives d’énergie renouvelable, pour un coût moindre. Avec les molécules organiques, nous présentons un nouvel ensemble de vastes possibilités. Quelques-unes de ces molécules sont terriblement inefficaces alors que d’autres sont formidables. Avec les quinones, on obtient des premiers résultats qui semblent excellents”, estime Roy-Gordonsaid, un des co-auteurs à la base de l’étude.

[stextbox id=”info”] 20 euros par kWh stocké [/stextbox]

L’autre avantage de la quinone est qu’elle est soluble dans l’eau. Une propriété qui, selon les chercheurs d’Harvard, permettrait de concevoir des batteries sous forme de grands réservoirs capable de stocker d’importantes quantités d’électricité. Un dispositif qui remplacerait à terme les piles à l’état solide, comme celles que l’on trouve dans les voitures ou les smartphones.

“Imaginez un système de la taille d’une cuve de fioul domestique installée au sous-sol de votre maison. Il serait en mesure de stocker la quantité d’une journée de soleil à partir des panneaux solaires exposés sur le toit, soit potentiellement assez pour alimenter votre foyer en fin de journée, toute la nuit,  et jusqu’au petit matin, sans brûler une seule goutte de combustible fossile”, a déclaré Michael Marshak, un autre co-auteur de l’étude.

Selon les données du magazine Nature, les batteries élaborées grâce à la quinone seraient en mesure de stocker 1 kWh d’électricité pour 20 euros. Soit un tiers du prix des solutions de stockage d’électricité actuelles. Plus stable, ces batteries ont également moins de chance de réagir violemment “si elles entraient accidentellement en contact l’une avec l’autre”.

Ces scientifiques américains espèrent pouvoir commercialiser leur batterie à base de quinone au cours des 3 prochaines années.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 15 Fév 2024
Durant la célébration de son cinquantième anniversaire, organisée au siège de l'OCDE à Paris du 13 au 15 février 2024, Fatih Birol, le président de l'AIE, a révélé l'initiation d'un processus d'adhésion visant à intégrer l'Inde comme le trente-deuxième État…
mar 9 Jan 2024
Dans la quête infatigable d'une source d'énergie illimitée, des chercheurs islandais se lancent dans un projet hors du commun : le Projet Krafta Magma Testbed (KMT). Celui-ci vise à percer un tunnel jusqu'à une chambre magmatique, nichée à quelques kilomètres…
ven 21 Oct 2022
Adieu Midcat, bienvenue Barmar. Après des années de négociations qui n’aboutissaient pas autour du gazoduc Midcat, qui devait relier la France à l’Espagne en traversant les Pyrénées, c’est finalement un autre projet qui est placé sur les rails par les…
mar 1 Nov 2022
La situation est paradoxale sur le front du gaz en Europe. Pendant quelques heures, à la fin du mois d’octobre, le prix du gaz sur le marché spot européen est passé en territoire négatif ! On payait des clients pour…

COMMENTAIRES

  • 20€, c’est probablement pour 1 MWh, parce que pour un kWh… ça paraît énorme, sachant qu’un kWh d’électricité éolienne coûte 8 centimes !

    Répondre
    • Non vous confondez cout de production et cout d’investissement du stockage. C’est bien 20 euro par kwh. Je vous laisse le plaisir de calculer le cout de stockage de 10 jours de consommation électrique en plein hiver.

      Répondre
  • En 2014,ils espéraient pouvoir commercialiser leur batterie à base de quinone au cours des 3 prochaines années.Or, on est maintenant,en 2017,donc 3 ans après.Et elle est toujours pas commercialisée.Quelque chose a dû foirer…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.