Projets de centrale nucléaire : état des lieux mondial - L'EnerGeek

Projets de centrale nucléaire : état des lieux mondial

Si l’accident de Fukushima en mars 2011 a relancé le débat sur la sécurité de la filière nucléaire, celle-ci ne semble pas être réellement affaiblie. De nombreux réacteurs sont actuellement en construction et d’autres en projet.

Selon les chiffres de l’Autorité Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), 436 réacteurs nucléaires sont actuellement en fonctionnement sur la planète. Depuis le début de l’année 2013, deux centrales nucléaires ont été définitivement arrêtées aux États-Unis, mais deux chantiers ont également commencé outre-Atlantique. Ces deux nouveaux réacteurs américains disposent d’une capacité unitaire de 1117 MW contre 860 MW et 586 MW pour les deux centrales stoppées. Parallèlement à cela, le réacteur de Hongyanhe (Chine) d’une puissance de 1.000 MW a été relié au réseau en février 2013.

[stextbox id=”info”]68 réacteurs en construction[/stextbox]

Les 436 réacteurs en fonctionnement représentent 372 686 MW en capacité installée. De plus, 68 réacteurs sont actuellement en construction dans le monde. D’après les chiffres de l’AIEA, c’est en Asie que se trouve la majorité de ces réacteurs. En effet, 28 sont en construction en Chine pour une capacité totale de 27.844 MW, 7 réacteurs verront bientôt le jour en Inde et 4 en Corée du Sud.

En Amérique du Sud, 2 réacteurs sont actuellement en construction. Le premier en Argentine, le second au Brésil. La capacité de ces deux installations est de 1937 MW. En Amérique du Nord, les États-Unis supervisent la construction de 3 réacteurs pour une puissance totale de 3399 MW.

Dans l’Union Européenne, seuls deux sites sont en construction. Il s’agit de deux réacteurs EPR, le premier à Flamanville (Manche), le second en Finlande. Leur puissance unitaire est de 1600 MW.

[stextbox id=”info”]Des projets qui fleurissent[/stextbox]

Cette croissance du nombre de réacteurs nucléaire est loin d’être terminée. Le directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano a en effet estimé une augmentation de 20% de la capacité nucléaire mondiale d’ici 2030. Ce dernier a également déclaré que « le nucléaire n’est uniquement destiné aux pays développés ».

D’autres pays asiatiques ont en effet souligné leur souhait de voir se développer des réacteurs nucléaires sur leur territoire. C’est le cas de la Thaïlande et du Bangladesh.

De nombreux projets de réacteurs devraient également voir le jour dans des pays d’Europe centrale et orientale comme la Pologne, la Biélorussie et la République Tchèque. En Grande-Bretagne, le gouvernement conservateur a approuvé au mois de mars 2013 le projet d’une centrale nucléaire, à Hinkley Point. Il s’agit du premier projet de ce type en Grande-Bretagne depuis 1995.

La filière nucléaire devrait également se développer en Afrique du Nord et au Proche-Orient. La Turquie a récemment commandé 4 réacteurs, dont la mise en service est prévue aux alentours de 2025. L’Algérie compte également construire sa première centrale d’ici 2025, la Tunisie d’ici 2020. Enfin, l’Egypte et la Jordanie envisagent aussi de se tourner vers le nucléaire.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 10 Oct 2014
Les travaux d'aménagement se poursuivent sur le chantier de la centrale nucléaire de Flamanville, où la mise en place des deux derniers moteurs diesels principaux du bâtiment Nord vient d'être réalisée avec succès. Tous les facteurs semblaient en effet réunis…
mer 11 Mar 2015
Alors que les États-Unis se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, l'administration Obama s'intéresse de plus en plus la question de l'énergie nucléaire. Le département américain de l'Énergie, organe fédéral dédié aux questions énergétiques, songe en effet…
jeu 17 Oct 2013
Mercredi 16 octobre, sur le chantier de construction de l’EPR de Flamanville 3, une pièce du moteur de l’un des chariots du pont de manutention a rompu et est tombée.  L’incident s’est produit au cours d’une phase de tests de…
ven 16 Sep 2016
Jeudi 15 septembre, le gouvernement britannique a confirmé son intention de construire deux EPR à Hinkley Point. Avec cette décision, le Royaume-Uni relance la filière nucléaire en Europe, selon Jean-Bernard Lévy, et renforce sa stratégie bas-carbone. (suite…)

COMMENTAIRES

  • 10 millions n’en veulent pas de cette énergie, restes les ignorant de cette énergie et les sans scrupule qui en veulent.

    Nous les tunisiens on veux l’énergie solaire POINT

    Répondre
  • Sur les 436 réacteurs officiellement en fonctionnement, 48 sont arrêtés au Japon, plus quelques autres dans diiférents pays. Par exemple, les deux réacteurs de San Onofre en Californie sont à l’arrêt depuis plus d’un an et pourraient bien l’être de façon définitive.

    Pour les réacteurs en construction, certains le sont depuis plus de vingt ans, d’autres sont de très faible puissance (32 MW) …

    http://energeia.voila.net/nucle/nucle_service_2015.htm (tableau détaillé)

    Enfin, à côté d’une soixantaine de réacteurs devant être mis en service au cours des prochaines années, une trentaine seront retirés du service.

    Une comparaison intéressante concerne aussi la quantité d’électricité produite par ces nouveaux réacteurs et celle produite par les nouveaux équipements éolien et solaire. L’hydraulique n’étant pas en reste par ailleurs.

    Répondre
  • Mettre en avant une faute d’orthographe pour cacher le fond d’un propos serait risible si des millions d’enfants, de femmes et d’hommes ne voyaient aujourd’hui leurs ADN massacrés par les rejets chroniques ou accidentels de la merveilleuse filière atomique civile et militaire !
    L’AIEA, pieuvre atomique mondiale aux abois, croit encore pouvoir faire avaler ses fadaises à l’humanité toute entière : elle se trompe car, avec les tunisiens, des milliards d’êtres humains ont vu – grâce au miracle de la toile – une des premières puissances industrielles au monde échouer en matière atomique à travers les images des terribles explosions des 4 réacteurs de Fukushima en mars 2011.
    Tunisiens, turcs, égyptiens, indiens, chinois, sud-africains… c’est de notre propre argent que l’AIEA se nourrit pour financer sa propagande et nous asservir à l’atome : travaillons tous ensembles à assécher ses budgets !…

    Répondre
  • A propos
    .Alors là dire sans sourciller que le Bangladesh souhaite développer une centrale nucléaire sur son territoire!” On comprend mieux votre slogan:Une plateforme qui traite sans tabous l’actualité de la production électrique et les débats énergétiques au coeur de notre société”!!!
    Mais avez vous quand même conscience des risques du nucléaire ou vous dites vous qu’ils ne sont plus à ça prés. A-t-on déjà rayer ce peuple de la carte? Car après tout avec l’amiante et autres déchets toxiques il ne leur manquait peut-être que le nucléaire dans ce pays ou catastrophes naturelles, misère et aucune norme de sécurité se côtoient pour en faire un cocktail explosif!
    D’autres points : Le reportage sur Arte montre l’échec du démantèlement entre autre aux États-Unis!
    Et j’ai lu sur l’observatoire du nucléaire que le projet anglais et même d’autres seraient assez mal partis. Alors information ou désinformation.
    En tout cas revoyez votre copie sur le Bangladesh! Et calculez en terme de déchets l’avenir ou plutôt le non avenir que nous laissons aux générations futurs vu le nombre de réacteurs annoncé dans votre article!

    Répondre
  • L’énergie nucléaire reste une des énergies de l’avenir car son coût st le plus bas (avec l’hydraulique), ses accidents minimes (aucun mort ni blessé à court, moyen et long terme ) à Fukushima.

    Ce développement se fait essentiellement dans les pays en cours de développement rapide (Chine (26 réacteurs en construction), Russie (10), Inde (7), Corée du Sud (6), Turquie (4), Brésil (6), Afrique du Sud (4) mais aussi Thaïlande, Vietnam, ERA, Arabie, Argentine, Royaume Uni, Pologne, Ukraine, Tchéquie, USA après épuisement des huiles et gaz de schistes après 2030.

    Certes les énergies dites renouvelables se développeront aussi, particulièrement l’hydraulique en Asie et Afrique et plus modestement l’éolien à terre et off shore et le solaire (très cher).

    Répondre
  • L’énergie nucléaire est une des énergies de l’avenir, en particulier dans les pays en cours de développement important : Chine (26 réacteurs en construction), Russie (10), Inde (7), Corée du Sud (6) et aussi Brésil, Argentine, Thaïlande, Vietnam, Turquie (4), Arabie, ERA, mais aussi Pologne, Royaume Uni, Tchéquie, Roumanie etc.

    Les énergies dite renouvelables, en particulier l’hydraulique se développeront en Asie et Afrique et plus modestement l’éolien à terre et sur mer et encore plus modestement le solaire qui reste cher et trop dilué.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.