Ils ont fait l’électricité : Oersted et l’interaction électricité/magnétisme - L'EnerGeek

Ils ont fait l’électricité : Oersted et l’interaction électricité/magnétisme

Physicien et chimiste danois, Oersted est à l’origine de la découverte de l’interaction entre électricité et magnétisme. Professeur de physique à l’Université de Copenhague, c’est lors d’une expérience devant ses étudiants qu’il découvre cette interaction. Il écrira ensuite un mémoire, sur lequel Ampère s’appuiera pour fonder sa théorie sur l’électromagnétisme.

Né en 1774 à Rudkioebing au Danemark, Hans Christian Oersted (ou Ørsted) fit des études de pharmacie, sous l’influence de son père apothicaire. Il obtient le diplôme en 1797, puis celui de médecin en 1800. L’année suivante, il commence un voyage en Europe, où il rencontre de nombreux savants. Il travailla notamment en collaboration avec Ritter, qui avait fait des travaux sur le galvanisme (création d’un courant électrique par réaction chimique, que l’on peut voir par exemple lors de la contraction d’un muscle stimulé par un courant électrique), qui avaient beaucoup intéressé Oersted. De retour à Copenhague en 1803, il y obtient la chaire de physique en 1806.

[stextbox id=”info”]La découverte de l’électromagnétisme[/stextbox]

C’est en 1820, devant ses étudiants, qu’Oersted conduit une expérience qui prouve l’interaction entre électricité et magnétisme. Il démontra ainsi qu’un fil transportant du courant à proximité d’une boussole faisait bouger l’aiguille aimantée de celle-ci : il y a donc une interaction entre les forces électriques et les forces magnétiques. Après avoir repris méthodiquement ses expériences, il publie le 21 juillet 1820 un mémoire de quatre pages en latin, sur ses résultats expérimentaux : Experimenta circa effectum conflictus etectrici in acum magneticam.

Le texte fût ensuite traduit et diffusé dans toutes les communautés scientifiques européennes. Les résultats d’Oersted furent tout d’abord critiqués. En effet, cette expérience met à mal les théories de l’époque, selon lesquelles il n’y aurait d’interaction qu’entre des entités de même nature. Ainsi, étant fondamentalement différents, il ne devrait y avoir aucune interaction possible entre l’électricité et le magnétisme. De plus, Oersted s’était inspiré pour ses travaux de la Naturphilosophie, un mouvement de pensée qui affirme l’unité profonde des phénomènes. Or, ce courant philosophique suscite un profond scepticisme dans la communauté scientifique (tout comme les travaux de Ritter sur le galvanisme, qui remet en cause les mêmes théories).

Cependant, ces travaux ont ensuite été repris par Ampère, qui s’en est servi de base pour fonder la théorie de l’électromagnétisme.

[stextbox id=”info”]Postérité[/stextbox]

L’année suivante, Oersted a parcouru différentes capitales d’Europe pour montrer ses expériences. Il fut ainsi élu associé par l’Institut de France et la Société royale de Londres. Il a ensuite été décoré par le roi du Danemark de l’ordre de Danebrog, qui l’a également nommé conseiller d’État.

Plus tard, son nom a été donné à une médaille, qui récompense les contributions notables dans le domaine de l’enseignement de la physique. Et le premier satellite artificiel scientifique danois, chargé de mesurer le champ magnétique terrestre, porte également le nom d’Oersted.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 6 Jan 2014
La plupart des barrages hydroélectriques n’ont pas vocation à écrêter une crue. Toutefois les barrages de retenue peuvent, dans certaines circonstances, permettre de limiter l’impact d’une crue. En effet, si le lac de retenue n’est pas rempli jusqu’à son niveau…
lun 8 Fév 2016
Si la France accuse toujours à ce jour un léger retard, par rapport à d’autres pays de l’Union européenne, pour atteindre sa cible de 23 % d’énergie verte d’ici à 2020, les nouvelles ambitions affichées tant par le gouvernement que…
lun 16 Sep 2013
Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue mercredi dernier, Shunichi Tanaka, le président de l'autorité nucléaire japonaise, s'est voulu rassurant concernant les effets sur l'environnement des fuites d'eau radioactive qui émanent actuellement de la centrale accidentée de Fukushima. « On…
mer 10 Déc 2014
Le chercheur russe Andreï Kazantsev a mis au point un nouveau moyen d'exploiter l'eau contenue dans les nuages afin de produire de l'eau potable et de l'électricité. Baptisée Air HES, son invention pourrait selon lui apporter un source d'énergie éternelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.