Qu’est-ce que le thorium ?

Qu’est-ce que le thorium ?

thorium-atome-nucleaire

Souvent appelé le nucléaire vert, le thorium pourrait incarner l’énergie de demain. Avec des ressources naturelles abondantes et une production de déchets moindre, ce minerai pose la question d’une nouvelle orientation de la production d’énergie nucléaire.

Le thorium est un métal lourd, identifié en Norvège en 1830, il a reçu son nom en référence à Thor, dieu scandinave du tonnerre. Abondamment présent dans la croûte terrestre, le thorium pourrait bientôt devenir un combustible alternatif à l’uranium dans la production d’énergie nucléaire.

Le thorium : un nucléaire vert ?

Après absorption d’un neutron, le thorium se transforme en uranium 233 dont la fission produit plus de neutrons que celle de l’uranium 235, actuellement utilisé dans nos centrales. En d’autres termes, le cycle thorium-uranium 233 produirait davantage d’énergie avec moins de matière au départ.

De plus, l’association thorium-uranium 235 produirait des déchets en quantité moindre. Selon les scientifiques, le volume de déchets radioactifs serait divisé par 200, et leur durée de vie ne dépasserait pas 500 ans. Si dans les années 1950, les scientifiques s’étaient intéressés à ce cycle thorium-uranium dans le cadre des programmes du nucléaire civil, c’est l’association uranium-plutonium qui avait été préférée.

Contrairement à ce dernier cycle, la production d’énergie thorium-uranium se réalise à basse température. Si la chaleur augmente, le rythme de la fission diminue, ce qui réduit le risque d’explosion. En d’autres termes, cette exploitation à basse température empêche une utilisation militaire de l’énergie nucléaire, réduisant l’exploitation du thorium à des programmes civils.

Cependant, en 2008, l’Autorité norvégienne de Sûreté Nucléaire a déclaré que l’exploitation de thorium comportait un risque d’accident pouvant aller jusqu’à la fusion du cœur du réacteur.

Le thorium dans le monde aujourd’hui

De nombreux gisements de thorium existent sur la planète. Le plus grand d’entre eux est celui de Bayan Obo en Chine. D’autres pays comme les Etats-Unis, l’Australie et le Canada possèdent des gisements de thorium sont pour autant les exploiter dans le cadre de la production d’énergie.

Ces dernières années, plusieurs pays ont annoncé leur volonté d’accentuer leurs recherches sur la production d’énergie grâce au thorium. En 2007, l’Inde a confirmé son intention de développer des réacteurs fonctionnant grâce à l’association thorium-uranium, le pays possédant d’importantes ressources du minerai.

Les ressources norvégiennes sont également  extrêmement abondantes, c’est d’ailleurs là-bas que le programme Thor Energy s’est développé. Au mois de mars 2013, le thorium sera utilisé comme nouveau combustible nucléaire dans le réacteur expérimental de Halden.

En misant sur le thorium, ces pays font le pari d’une nouvelle orientation du nucléaire qui pourrait devenir nécessaire avec  une prévisible augmentation des prix de l’uranium à l’horizon 2020-2030.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
dim 24 Jan 2016
Une équipe de chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) a mis au point une nouvelle technologie de batterie capable d'exploiter et de mettre à profit l’énergie cinétique de vos mouvements pour produire de l'électricité et se recharger. Une innovation…
jeu 28 Fév 2013
 La centrale de Losse, dans les Landes, est la deuxième centrale photovoltaïque de France en puissance et en superficie, après celle de Toul-Rosière (Meurthe-et-Moselle). Elle affiche une puissance-crête de 67,5 MWc.    La centrale photovoltaïque de Losse permet d’éviter l’émission…
ven 12 Sep 2014
Le premier terrain de football renouvelable vient d'être inauguré par le célèbre footballeur brésilien Pelé dans la favela de Mineira à Rio. Sa particularité : être alimenté en électricité grâce à l'exploitation énergétique des déplacements des joueurs. C'est bien connu, de…
dim 7 Août 2016
Dans leur rapport intitulé « State of the climate », 450 scientifiques internationaux nous alertent sur l’aggravation du réchauffement climatique.  Pour établir ce constat, les chercheurs relèvent que plusieurs indicateurs sont au rouge et dénombrent les phénomènes climatiques qui sont survenus en 2015.  (suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.