Qu’est-ce que le thorium ?

Qu’est-ce que le thorium ?

thorium-atome-nucleaire

Souvent appelé le nucléaire vert, le thorium pourrait incarner l’énergie de demain. Avec des ressources naturelles abondantes et une production de déchets moindre, ce minerai pose la question d’une nouvelle orientation de la production d’énergie nucléaire.

Le thorium est un métal lourd, identifié en Norvège en 1830, il a reçu son nom en référence à Thor, dieu scandinave du tonnerre. Abondamment présent dans la croûte terrestre, le thorium pourrait bientôt devenir un combustible alternatif à l’uranium dans la production d’énergie nucléaire.

Le thorium : un nucléaire vert ?

Après absorption d’un neutron, le thorium se transforme en uranium 233 dont la fission produit plus de neutrons que celle de l’uranium 235, actuellement utilisé dans nos centrales. En d’autres termes, le cycle thorium-uranium 233 produirait davantage d’énergie avec moins de matière au départ.

De plus, l’association thorium-uranium 235 produirait des déchets en quantité moindre. Selon les scientifiques, le volume de déchets radioactifs serait divisé par 200, et leur durée de vie ne dépasserait pas 500 ans. Si dans les années 1950, les scientifiques s’étaient intéressés à ce cycle thorium-uranium dans le cadre des programmes du nucléaire civil, c’est l’association uranium-plutonium qui avait été préférée.

Contrairement à ce dernier cycle, la production d’énergie thorium-uranium se réalise à basse température. Si la chaleur augmente, le rythme de la fission diminue, ce qui réduit le risque d’explosion. En d’autres termes, cette exploitation à basse température empêche une utilisation militaire de l’énergie nucléaire, réduisant l’exploitation du thorium à des programmes civils.

Cependant, en 2008, l’Autorité norvégienne de Sûreté Nucléaire a déclaré que l’exploitation de thorium comportait un risque d’accident pouvant aller jusqu’à la fusion du cœur du réacteur.

Le thorium dans le monde aujourd’hui

De nombreux gisements de thorium existent sur la planète. Le plus grand d’entre eux est celui de Bayan Obo en Chine. D’autres pays comme les Etats-Unis, l’Australie et le Canada possèdent des gisements de thorium sont pour autant les exploiter dans le cadre de la production d’énergie.

Ces dernières années, plusieurs pays ont annoncé leur volonté d’accentuer leurs recherches sur la production d’énergie grâce au thorium. En 2007, l’Inde a confirmé son intention de développer des réacteurs fonctionnant grâce à l’association thorium-uranium, le pays possédant d’importantes ressources du minerai.

Les ressources norvégiennes sont également  extrêmement abondantes, c’est d’ailleurs là-bas que le programme Thor Energy s’est développé. Au mois de mars 2013, le thorium sera utilisé comme nouveau combustible nucléaire dans le réacteur expérimental de Halden.

En misant sur le thorium, ces pays font le pari d’une nouvelle orientation du nucléaire qui pourrait devenir nécessaire avec  une prévisible augmentation des prix de l’uranium à l’horizon 2020-2030.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 16 Jan 2024
Les saisons froides sont des périodes assez rudes. Elles sont surmontables grâce au confort thermique installé à l’intérieur des résidences. Le fioul domestique appartient à cette catégorie de source de chauffage fiable, utilisée par la majorité des foyers occidentaux. Cependant,…
lun 7 Nov 2022
L’information est jugée suffisamment importante dans le contexte énergétique actuel pour qu’Enedis, gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France, pousse un cocorico. Concrètement, l’Open Data d’Enedis dénombre un total de près de 600 000 installations photovoltaïques en fonctionnement en…
mer 17 Jan 2024
La Norvège change son fusil d'épaule. Mardi 16 janvier 2024, le pays scandinave a annoncé l'octroi d'un nombre record de nouvelles licences pétrogazières dans le but de garantir sa souveraineté énergétique.   Gaz : la Norvège veut assurer sa position…
jeu 2 Mai 2024
176 pays se sont réunis à Ottawa, au Canada, au sujet du plastique. Malgré des efforts timides et des discussions, aucun accord sur une baisse de production n’a été conclu. Pas d’accord sur la production plastique Le sommet d’Ottawa, rassemblant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.