La centrale de Losse : deuxième centrale solaire de France - L'EnerGeek

La centrale de Losse : deuxième centrale solaire de France

 La centrale de Losse, dans les Landes, est la deuxième centrale photovoltaïque de France en puissance et en superficie, après celle de Toul-Rosière (Meurthe-et-Moselle). Elle affiche une puissance-crête de 67,5 MWc.   

La centrale photovoltaïque de Losse permet d’éviter l’émission de 5000 tonnes de CO2 par an. Elle produit l’équivalent de la consommation électrique d’environ 37 000 habitants, soit une production annuelle de 84 GWh.

Construction

EDF Energies Nouvelles (EDF EN) a construit et développé cette centrale géante : elle a été mis en service progressivement de juin 2010 à septembre 2011.

La centrale de Losse a été inaugurée le 4 octobre 2011. Elle est équipée d’environ 872 300 panneaux fixes représentant 300 hectares. Ces panneaux photovoltaïques nouvelle génération, dits à « couches minces », à base de tellure de cadmium, ont été produits par l’entreprise First Solar.

La centrale solaire comprend un projet pilote de 2 MWc utilisant 11 100 panneaux fixés sur « trackers », des structures mobiles, et conçus par la société girondine Exosun. Cette première tranche de construction a été inaugurée le 8 juillet 2010. Ce projet pilote a bénéficié d’une aide financière du Conseil Régional d’Aquitaine, de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie et du Fonds européen de développement régional.

« Nous sommes fiers de cette réalisation, qui allie production d’électricité verte et réhabilitation d’une parcelle forestière détruite par les tempêtes », souligne Yvon André, Directeur Général d’EDF EN France.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 27 Nov 2015
Avec son importante démographie, les choix énergétiques de l’Afrique seront déterminants dans la lutte contre le réchauffement climatique. Avec des initiatives comme celle de la Banque Africaine de Développement ou celle de Jean-Louis Borloo, la communauté internationale redécouvre l'urgence à électrifier…
lun 12 Jan 2015
L’Omniprocessor, drôle d’engin mis au point à Seattle par l’entreprise Janicki Bioenergy avec le soutien de la fondation Bill and Melinda Gates, pourrait nous faire voir les boues d’épuration d’une autre manière. Cette machine est en effet capable de transformer…
lun 13 Mai 2013
Les datacenters, ou centres de stockage et de traitement des données informatiques, deviennent de plus en  plus indispensables aux professionnels comme aux particuliers. Mais ces installations posent de vrais problèmes énergétiques de part l’importance de leur consommation électrique. Le constat est…
ven 3 Juin 2016
Le groupe Suez et le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP) ont présenté, le 9 mai dernier à la station d'épuration de Valenton (Val-de-Marne), un démonstrateur industriel de production de biocarburant à base d'eaux usées. Cet équipement pilote…

COMMENTAIRES

  • Il y a une erreur au début de cet article.

    La centrale photovoltaïque de Losse permet d’éviter l’émission de 5000 tonnes de CO2 par an.

    C’est faut ! Pour assurer la continuité de la fourniture d’énergie il faut pouvoir produire l’énergie équivalente à cette centrale lorsque sa production ralentie ou s’arrête pendant la nuit. Les centrale nucléaire, ne produisent pas de CO2 mais ne sont sont pas modulables pour assurer cette relève. Il faut donc construire une centrale thermique, de 67,5 MW qui assurera la continuité de fourniture d’énergie. Cette centrale produira les 2/3 de l’énergie fournit, soit deux fois la consommation de la centrale solaire et deux fois la quantité de CO2 qu”elle fait économiser.

    Donc la centrale de LOSSE, comme toute énergie solaire, entraîne une production 10000 tonnes de CO2 par an.

    Techniquement c’est vrais, mais c’est sans doute un blasphème écolo.

    Répondre
  • Les énergies renouvelables, solaire ou autre, n’ont pas besoin de centrales thermiques pour les compléter.

    Pour une raison bien simple, c’est qu’elles viennent se substituer aux combustibles fossiles dont l’utilisation diminue à production totale d’électricité totale.

    Démonstration : http://energeia.voila.net/renouv/electri_renouv_fr_de.htm

    Pour l’Union européenne de 27 pays, la proportion d’électricité renouvelable a augmenté (de 14,7% à 20,8%) entre 2000 et 2010. La proportion d’électricité nucléaire a diminué (de 31,2% à 27,4%) et celle des combustibles fossiles a aussi diminué (de 53,7% à 51,1%).

    On voit clairement que les énergies renouvelables remplacent à la fois le nucléaire et les combustibles fossiles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.