Internity : la chaudière numérique qui recycle l’énergie - L'EnerGeek

Internity : la chaudière numérique qui recycle l’énergie

Alors que le parc informatique mondial ne cesse d’augmenter, une start-up française a eu l’idée de mettre au point une chaudière numérique. Son but ? Chauffer l’eau grâce à la chaleur des centres de stockage informatiques. Loin d’être une utopie, cette innovation 100% française est déjà mise en pratique pour des collectivités et des habitations de particuliers. Cette chaudière numérique permet non seulement de faire des économies d’énergie mais elle prouve aussi que le secteur des nouvelles technologies peut offrir des solutions intéressantes à l’heure où le secteur des énergies est en profonde mutation.

La chaudière numérique : comment ça marche ?

C’est en 2013 que la société Stimergy, basée à Grenoble, invente sa chaudière numérique baptisée Internity. L’idée est toute simple : utiliser la chaleur dégagée par les serveurs informatiques pour couvrir une partie des besoins énergétiques du bâtiment dans lequel ils se trouvent. Habituellement, l’énergie calorifique dégagée par ces serveurs est inutilisée, et les systèmes de refroidissement sont même installés dans le but de la faire baisser au maximum. De fait, l’énergie calorifique dégagée par les data centers est donc une ressource dont le potentiel n’était jusqu’alors pas exploité. Pire : les refroidir engendre une grosse consommation énergétique et donc un surcoût pour la maintenance.

La chaudière numérique inventée par Stimergy permet de recycler la chaleur des serveurs informatiques.

Le système, mis au point par Stimergy, propose une installation qui raccorde les serveurs de stockage avec une chaudière qui produira de l’eau chaude.  La baie de stockage (il faut compter une trentaine de serveurs environ) doit être mise en place au sein même du bâtiment. Les serveurs sont plongés dans un bain d’huile qui permet d’absorber l’énergie calorifique dégagée. Ce système transfère ensuite les calories dans le circuit d’eau chaude du bâtiment. Une fois le raccordement effectué, Internity peur fournir de l’énergie pour chauffer l’eau tout au long de l’année, sans problème de saisonnalité.

Des serveurs informatiques pour chauffer une piscine

Avec cette technologie de recyclage énergétique, Stimergy s’adresse en priorité aux immeubles d’habitation, et particulièrement aux bailleurs sociaux qui souhaitent mettre en place de nouvelles solutions énergétiques. Mais ce système innovant de chaudière numérique peut aussi séduire des copropriétés car nombre d’entre elles sont de plus en plus séduites par les énergies renouvelables et toutes les autres solutions qui permettent de faire baisser la facture énergétique tout en respectant les normes environnementales. Selon Stimergy, l’installation du système Internity dans un immeuble d’habitation permet d’économiser environ 28 m³ d’eau chaude chaque année pour une famille de trois personnes. Avec autant d’économie sur la facture d’électricité.

La piscine de la Butte-aux-Cailles à Paris (XIIIe arr.) va être équipée du système de Stimergy : son eau sera désormais chauffée grâce à des serveurs informatiques installés dans l’ancienne chaufferie à charbon.

Pour l’instant, le déploiement du système de chaudière numérique est encore timide sur le marché des particuliers. Mais Stimergy espère bien attirer l’attention grâce à ses différentes réalisations en partenariat avec des collectivités. Fin 2016, l’entreprise grenobloise a d’ailleurs décroché un marché très symbolique : elle a été choisie par la ville de Paris pour mettre en place le nouveau système de chauffage de l’eau dans la piscine de la Butte-aux-Cailles, dans le XIIIe arrondissement. Cette piscine historique va bénéficier d’un vrai coup de jeune puisque Stimergy va installer une centaine de serveurs informatiques dans l’ancienne chaufferie à charbon. Grâce à ce système, la piscine sera chauffée de manière quasiment autonome tout au long de l’année.

Une ressource énergétique d’avenir

Avec sa chaudière numérique, l’entreprise française Stimergy a réussi à se placer sur un secteur énergétique novateur. Les spécialistes en stockage de données estiment que le nombre de serveurs informatiques est multiplié par deux tous les quatre ans. Par ailleurs, ce parc informatique représente à lui seul 4% de la consommation mondiale d’énergie. Le recyclage de son énergie calorifique est donc appelé à devenir un véritable enjeu énergétique dans les prochaines années afin de limiter la déperdition d’énergie. Pour Stimergy, cette progression constante de la taille du parc de data centers est une formidable aubaine : leur système de chaudière numérique ne craint pas le risque de pénurie énergétique. Et à l’heure où les autorités veulent établir de plus en plus de normes pour encourager l’économie d’énergie, Internity propose une ressource d’énergie immédiatement exploitable, capable de s’adapter à tous types de structures.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 17 Août 2015
Le projet Midi-Provence de RTE prévoit une nouvelle liaison électrique de 210 km entre les postes de La Gaudière, dans l’Aude, et de Ponteau, dans les Bouches-du-Rhône. Il permettra une sécurisation du réseau électrique d'une zone sensible au risque de blackout en renforçant…
ven 29 Jan 2016
A partir du mois de mai 2016, la Commission de régulation de l'énergie, autorité administrative indépendante, sera compétente pour fixer les tarifs réglementés de l'électricité appliqués aux clients particuliers.  (suite…)
lun 10 Avr 2017
Transition énergétique, déploiement des smart grids… La redistribution des cartes dans l’industrie énergétique n’a jamais été aussi importante, et elle implique désormais une évolution majeure pour les gestionnaires de réseau. C’est cette évidence qui a poussé les deux opérateurs français…
jeu 26 Sep 2013
La production d’électricité du Nigeria provient essentiellement des énergies fossiles, avec le gaz naturel comme combustible le plus utilisé. En 2011, les centrales thermiques ont ainsi fourni environ 80% de la production électrique du pays. Les centrales hydrauliques apportaient quant…

COMMENTAIRES

  • Très bonne chose mais on peut s’interroger sur le bilan global sur tout le cycle de tout le secteur numérique, pas seulement au niveau des serveurs mais des utilisateurs et utilisations comprises, plus la production des équipements et recyclages.

    En terme de consommation c’est déjà l’équivalent de 60 réacteurs nucléaires et sauf erreur ce sera en 2030 l’équivalent de la consommation mondiale électrique de 2008. Donc beaucoup de progrès à faire dans ce secteur.

    Par exemple les véhicules autonomes peuvent permettre la suppression des feux rouges et des ronds-points mais augmentent par ailleurs la consommation (étude du MIT)

    Répondre
  • Les intéressés risquent d’être encore un peu frileux à l’installation de ce système. Ce qui n’enlève pas le bon sens de ce type de chaudière : récupérer l’énergie dégagée à un endroit pour l’utiliser à un autre en déficit en vue de faire baisser la facture énergétique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *