Méthatec : le méthaniseur domestique qui transforme vos déchets en électricité - L'EnerGeek

Méthatec : le méthaniseur domestique qui transforme vos déchets en électricité

Si le processus de méthanisation est bien connu pour la revalorisation énergétique des déchets verts en provenance de l’agriculture ou de l’industrie agroalimentaire, il n’avait encore jamais été appliqué à l’échelle du consommateur. C’est ce que propose aujourd’hui aux ménages l’entreprise française SCTP Industries via son nouveau dispositif de méthanisation domestique capable de produire de l’électricité. L’appareil, installé dans votre jardin, produira du biogaz ainsi qu’un digestat susceptible de servir d’engrais sur la base de vos simples déchets organiques. Explications.

La valorisation des déchets domestiques

Exploiter les déchets ménagers pour produire du biométhane, une énergie renouvelable décarbonée et substitut possible au gaz naturel, constitue un des grands enjeux de la transition énergétique actuelle. Cette revalorisation permettrait en effet de répondre à la fois aux besoins énergétiques croissants de la population et aux problèmes de stockage des déchets, en forte augmentation en raison de la hausse de la population, de l’urbanisation et de l’élévation des niveaux de vie. En France, une personne jette en moyenne 391 kg de déchets par an à la poubelle, dont 152 kg de déchets organiques (épluchures, restes alimentaires, huiles de friture, herbe, etc.) qui représentent à eux seuls environ 700 m3 de biogaz (après fermentation, les déchets produisent un biogaz composé à 60% de méthane exploitable pour l’approvisionnement en gaz naturel ou la production d’électricité).

Lire aussi : Waga Energy réalise une première injection de biogaz issu de déchets ménagers sur le réseau

Si des dispositifs de valorisation de ce potentiel énergétique se développent progressivement à grande échelle dans les décharges ou les incinérateurs, la société SCTD Industries propose en parallèle de traiter le problème à la source, via l’installation à domicile d’un méthaniseur domestique capable de digérer les déchets du quotidien pour les transformer en gaz et alimenter en continu un groupe électrogène automatique de 1,2-1,8 kW.

Ce dispositif baptisé M-300 Méthatec permettrait, selon les calculs de SCTD sur la base d’un foyer de quatre personnes, de produire 800 m3 de biogaz par an, soit l’équivalent de 4.800 KWh d’électricité. « C’est une production d’énergie renouvelable qui réduit les transports de certains déchets. Il s’agit d’une solution de traitement de proximité pour les déchets organiques qui permet de réduire sa dépendance aux énergies fossiles« , explique dans Batiactu Denis Leturgie, le concepteur du système.

Le méthaniseur domestique : un dispositif simple et rapide

Intérieur cuve

Sur le plan technique, ce méthaniseur est présenté sous la forme d’un kit facile à installer (prévoir deux heures pour deux personnes), et composé de deux gros cylindres et d’un instrument électrogène. Le premier cylindre est muni d’un entonnoir, d’un broyeur et d’une vanne de vidange, et sert à recueillir les déchets organiques qui seront fermentés via des bactéries vers le second cylindre. Ce dernier dispose d’un dispositif de sécurité et d’un réservoir de stockage du biogaz relié au groupe électrogène.

Lire aussi : Recherche : une nouvelle méthode de gazéification de la biomasse sèche

Les organes de broyage sont traités contre la corrosion (acier inoxydable) et la cuve est protégée par un traitement bactéricide contre les odeurs, précise la société SCTD qui fournit également les bactéries nécessaires à la fermentation des déchets. “Nous fournissons à nos clients une bactérie méthanogène [micro-organismes qui produisent du méthane], afin que le méthaniseur remplisse son office”, ajoute Denis Leturgie. Le groupe électrogène de 55kg est quant à lui autonome et peut être programmé pour produire de l’électricité en complément d’une autre installation renouvelable intermittente. Il est d’ailleurs fortement conseillé ici de coupler cette installation à des panneaux solaires par exemple, le méthaniseur n’étant pas suffisamment rentable à lui seul pour un particulier.

Une production d’énergie exigeante et aléatoire

Il faut dire que le coût est relativement élevé au regard de la production potentielle et que les contraintes sont nombreuses. Le méthaniseur nécessitera tout d’abord un délai compris entre 20 et 45 jours après la mise en place des premiers déchets, et l’ajout continu de 500 grammes à 1 kilogramme de déchets par jour minimum pour être vraiment efficace. « Le temps de production de biogaz reste très aléatoire suivant la température ambiante, la quantité ainsi que la qualité des déchets intégrés. Généralement, la méthanisation commence entre 20 et 45 jours », indique son concepteur. Pas question non plus de stopper trop longtemps l’apport de déchets sous peine de voir le processus de méthanisation en cours s’arrêter et les bactéries disparaître.

Lire aussi : Travaux de rénovation énergétique : panorama des aides financières en 2017

Question budget, l’investissement est de plus assez conséquent. Le système Méthatec, posé, installé et couplé à une installation solaire (comprenant réservoirs, générateur électrique, panneaux solaires en toiture, système de pilotage et raccordements) atteint les 23.000 euros dont 5.000 peuvent être remboursés sous forme de crédit d’impôt. Compte tenu de la quantité de déchets nécessaires au quotidien, ce dispositif sera donc plus rentable pour les professionnels de la restauration ou du tourisme que pour les particuliers, mais offre néanmoins une alternative accessible aux ménages qui souhaitent produire une énergie propre, durable et réduire leur dépendance aux combustibles fossiles.

Crédits photo : SCTD

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 6 Fév 2015
La société Tropical Power Kenya Limited (TPKL) procédera bientôt au lancement de la première centrale biogaz d'Afrique connectée à un réseau de distribution d’électricité. Baptisée Gorge Farm Energy Park, cette usine de digestion anaérobie (qui valorise la matière organique en…
lun 7 Avr 2014
Unique en France, la première filière de recherche en géothermie profonde a vu le jour  le 4 avril dernier à l’Université de Strasbourg. Destinée à approfondir nos connaissances en la matière, dans l’optique d’une  future exploitation industrielle, et de former…
jeu 23 Jan 2014
Selon une étude réalisée par le groupe financier américain Bloomberg New Energy Finance, les investissements dans les énergies renouvelables auraient reculé de 12% à travers le monde pour l'année 2013 : ils ont été de 254 milliards de dollars contre…
ven 14 Juil 2017
Si nos besoins en hydrocarbures ne devraient pas commencer à diminuer avant plusieurs décennies, compte tenu notamment de leur domination dans le secteur des transports, la filière connaît malgré tout un ralentissement significatif du fait des faibles prix du pétrole…

COMMENTAIRES

  • Le bilan d’émissions du biogaz est toujours plus favorable que la simple décomposition des matières premières et que le nucléaire comme amplement plusieurs fois scientifiquement démontré.

    A l’échelon d’un immeuble ou d’un quartier le processus s’avère intéressant comme notamment en GB.

    Il existe des digesteurs à domicile autour de 1000 euros seulement, il faut simplement une température externe correcte :

    https://homebiogas.com/shop/buy-the-homebiogas-system/

    .

    Répondre
  • Déchets organiques 150 kg/p/an = 600 kg/famille/an
    Potentiel électricité 120 kWh/famille/an (5 à 7 kg de biomasse par kWh)
    Tarif EdF : 0.15 € TTC
    Economie : 18 €/an
    Amortissement de l’investissement après subvention : 1000 années (et hors maintenance !)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *