Valérie Faudon compare le nucléaire à la conquête spatiale - L'EnerGeek Valérie Faudon compare le nucléaire à la conquête spatiale - L'EnerGeek

Valérie Faudon compare le nucléaire à la conquête spatiale

nucleaire_conquetespatialePour la déléguée générale de la Société française d’énergie nucléaire (SFEN), Valérie Faudon, le développement de l’industrie nucléaire représente une aventure technologique à l’instar de la conquête spatiale. Malgré la relative jeunesse de l’énergie atomique, elle ouvre en effet de multiples perspectives pour la recherche française. 

Dans une tribune publiée par le quotidien La Croix, la déléguée générale de la SFEN, Valérie Faudon, souhaite battre en brèche les trop nombreuses « idées reçues » associées à la filière nucléaire. Dans cette perspective, elle rappelle que d’importants progrès « ont été accomplis en matière de transparence », soulignant au passage le rôle de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), ainsi que celui des commissions locales d’informations.

Des efforts de communication jugés par ailleurs indispensables par la sociologue de l’Ecole des Mines de nantes, Sophie Bretsché, qui explique que « le monde nucléaire a longtemps entretenu une culture du secret », en raison de ses premières applications militaires. Toutefois, avec le développement du nucléaire civil, la transmission des connaissances est désormais aussi assurée par l’énergéticien EDF qui dispose déjà de 150 kilomètres d’archives.

Surtout, la DG de la SFEN souligne que « le nucléaire est une énergie très jeune comparée au charbon ou à l’éolien ». Tout comme la conquête spatiale, elle a débuté dans la seconde moitié du XXème siècle. Mais la ressemblance ne s’arrête pas là : Valérie Faudon insiste particulièrement sur l’importance de transmettre les connaissances et les savoir-faires, tout en promettant d’importantes externalités positives grâce à l’innovation.

Selon elle, les recherches entreprises par les scientifiques sur l’atome pourraient prochainement déboucher sur des découvertes stratégiques, notamment dans le secteur de la santé et plus particulièrement sur la maladie d’Alzheimer ou sur le traitement des cellules cancéreuses.

          Lire aussi : La Société Française d’Energie Nucléaire récompense l’innovation

Crédit Photo : @Hitek.fr

 

Rédigé par : lucas-goal

jeu 21 Mar 2013
Dans le cadre d’un accord signé en octobre avec Areva et le groupe chinois CGNPC, EDF planche sur la conception d’un réacteur de troisième génération de 1.000 MW. Selon Hervé Machenaud, directeur de la division production et ingénierie du groupe,…
mar 1 Mar 2016
Dans le secteur de la production d'électricité, le suivi de charge désigne la pratique qui consiste à faire varier la puissance de production d'une centrale afin de l'adapter aux pics de consommation. Les unités de production qui affichent de fortes…
lun 13 Juin 2016
En visite officielle aux Etats-Unis le 7 et 8 juin derniers, le premier ministre indien a confirmé son intention de développer massivement le nucléaire civil. Le fabricant américain Westinghouse mènerait en effet des « négociations avancées » avec le gouvernement pour…
mar 26 Nov 2013
Le groupe nucléaire français Areva a annoncé en septembre dernier avoir remporté un contrat d'assistance auprès d'EDF. Cet accord de services et de solutions d'une durée de 5 ans (plus deux années supplémentaires optionnelles) consistera à accompagner l'électricien hexagonal dans…

COMMENTAIRES

  • seulment le nucleaire de 4° generation comme LFR sont comparable a’ la conquete spatiale,mais le III EPR+ cèest comparable a le missile NASA avec explosion et perde de monnaie 9 billion une centrale EPR + c’est fou
    and Areve maintenant c’est praticament en faillement.Votre IVgeneration reactor nucleair c’est encore en mer… pour pecheur

    Répondre
  • Ouai, enfin quand il y a gros pepin, c’est quand même plus pénible que quand une Ariane se pete la gueule….

    Chaque techno est une avanture technologique. Une bagnole de série actuelle est bien plus fiable et bien plus sophistiquée qu’une fusée spatiale des annes 60.

    Concernant l’éolien, je sais pas si on peut appeler ça une science jeune, ça fait un moment qu’on en fait. Les contines sur « le meunier qui dort », ça vous rappele rien? ça avait disparu supplanté par le charbon. C’est réapparu grace aux subventions ( quelques progrés depuis, mais la production reste trés aléatoire) .

    Bon aprés si le sens de votre article c’est de dire que le nucléaire a de l’avenir, pour le moment, on ne peut pas vous contredire, ça reste un bon cheval.

    Mais de toute façon, la prédiction de l’avenir est une science assez complexe, pas guère plus fiable que les prévisions météo à 30 jours…
    Cdlt,

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *