Transition énergétique : des îles du Finistère lancent un projet pilote 100 % renouvelable - L'EnerGeek Transition énergétique : des îles du Finistère lancent un projet pilote 100 % renouvelable - L'EnerGeek

Transition énergétique : des îles du Finistère lancent un projet pilote 100 % renouvelable

île_ouessant_finistère_transtion_énergétique_photo_oli44Trois îles du Finistère non raccordées au réseau électrique du continent ont lancé officiellement, mardi 6 septembre dernier à Molène, le coup d’envoi d’un ambitieux programme de transition énergétique. Ce projet pilote unique en France a pour objectif d’alimenter ces territoires à 100 % en énergies renouvelables d’ici à 2030 et de garantir leur autonomie énergétique tout en réduisant leur empreinte carbone.

Un objectif 100 % renouvelable

Particulièrement vulnérables au réchauffement des températures et à la montée progressive des eaux, les trois îles du Finistère, Ouessant, Molène et Sein, envisagent leur avenir sous le signe des énergies renouvelables, et entament cette semaine un programme spécifique de transition énergétique censé leur permettre de se défaire des énergies fossiles à l’horizon 2030.

« Nous lançons aujourd’hui le processus de transition énergétique sur les trois îles », a annoncé Daniel Masson, le maire de Molène lors d’une présentation devant la presse de cet ambitieux programme soutenu par la région Bretagne et le gouvernement. A l’heure actuelle, ces trois îles sont encore largement alimentées via des sources d’énergie fossile mais prévoient à court terme l’installation d’éoliennes, de panneaux photovoltaïques, et d’hydroliennes.

Lire aussi : La seconde hydrolienne inaugurée en Bretagne

Les îles de Sein et Molène dépendent exclusivement de centrales au fioul, tandis que l’île d’Ouessant dispose d’ores et déjà d’un mix énergétique plus équilibré grâce notamment au projet d’hydrolienne installée non loin de là par la PME bretonne Sabella. Cette turbine, testée en 2015, fut la première hydrolienne raccordée au réseau, et a permis d’injecter plusieurs mois d’électricité sur l’île d’Ouessant. Elle a été relevée le 13 juillet dernier et ramenée à terre, après une première année d’expérimentation réussie durant laquelle elle a démontré toutes les vertus de l’exploitation des courants marins dans la production d’électricité. L’entreprise bretonne prévoit d’ailleurs de l’immerger de nouveau à l’automne et d’installer à terme dans la zone du passage du Fromveur une ferme pilote.

Améliorer l’efficacité énergétique

Cela étant, l’investissement dans de nouveaux moyens de production plus propres et durables ne suffira pas, et ces territoires doivent également viser une réduction progressive de leur consommation d’énergie.

Le plan détaillé par le maire de Molène prévoit dans ce cadre plusieurs mesures d’économie d’énergie comme l’amélioration des performances énergétiques du bâti existant, la modernisation de l’éclairage public, la réduction de la consommation d’énergie dans l’habitat privé, l’installation de bornes de recharge autonomes pour les véhicules électriques ou encore la distribution des kits poules poulaillers à moindre coût pour diminuer la part des déchets dans les ordures ménagères.

L’île de Molène compte aussi restaurer d’anciennes cabanes de goémoniers situées sur l’îlot de Ledenez, uniquement accessible à marée basse, afin de les transformer en refuges de mer, à l’instar des refuges de montagne, totalement autonomes au niveau énergétique, grâce à des panneaux photovoltaïques.

A terme, cet ambitieux programme a vocation à être décliné dans les autres îles de Bretagne dont celles réunies au sein de l’Association des îles du Ponant qui regroupe quinze îles de la Manche et de l’Atlantique habitées à l’année, mais non reliées au continent par un pont ou une route submersible.

Lire aussi : La liaison électrique France-Irlande entre en phase d’étude

Crédits photo : Oli44

Rédigé par : lucas-goal

lun 28 Oct 2013
Le parc solaire de Saint-Antonin-du-Var, implanté par SolaireDirect sur le Domaine de Salgues, a été inauguré vendredi 25 octobre. D'une puissance de 7,7 MW, le coût total du projet s'élève à 12,1 millions d'euros. Le site produira 12 GWh d'électricité…
mer 5 Mar 2014
Le troisième plus grand parc éolien terrestre, d’une puissance installée de 75 mégawatts, va être construit à Seine-Rive-Gauche Nord (Aube) par un partenariat de l’expert de l’éolien H2air et de Nordex. L’installation des 30 éoliennes du parc prendra 1 an…
ven 2 Oct 2015
Le premier producteur d’électricité au monde entame une revue stratégique de ses actifs dans les énergies fossiles, conformément au souhait de son PDG, Jean-Bernard Lévy. Le 28 septembre dernier, la sous-secrétaire d'Etat au ministère de l'Industrie italien, Simona Vicari, a…
mer 21 Sep 2016
A la tête de Total depuis presque deux ans, Patrick Pouyanné a livré récemment une interview au journal Jeune Afrique. Tout en revenant sur ses ambitions pour la rive sud de la Méditerranée, il affirme que son groupe reste « le leader du…

COMMENTAIRES

  • Je suis très intéressé par les résultats de la mise en service des hydroliennes dès qu’ils seront rendus publics, et espère bien que ce soit le plus rapidement possible, tant pour celle d’Ouessant que pour celle de Bréhat:
    Réglage des pales de la roue, définition des périodes de fonctionnement, mode de réglage de la fréquence et de la tension.
    Puissance développée et énergie produite en fonction de la vitesse du courant de marée, et du temps.

    Où puis-je avoir des renseignements sur les caractéristiques des hydroliennes, tant des dimensions que du fonctionnement?

    Une prompte réponse m’obligerait

    Répondre
  • En bref, une usine à gaz, une qualité de courant très incertaine, un cout non évalué car probablement très élevé financé par les contribuables et tous les abonnés à l’électricité, des nuisances et un bilan carbone pas fameux là encore. Tout cela pour quoi ? Pour une lubie de prétendue transition écologique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *