Les Etats-Unis continuent d’investir dans la recherche sur le nucléaire - L'EnerGeek

Les Etats-Unis continuent d’investir dans la recherche sur le nucléaire

us_department_of_energy_logoLes Etats-Unis ont beau disposer d’une nouvelle manne, les pétroles et gaz de schiste, et développer rapidement les énergies nouvelles, ils ne renoncent pas pour autant à l’énergie nucléaire. Le département américain de l’énergie (DOE) vient d’allouer une somme de 67 millions de dollars supplémentaires à la recherche sur l’énergie nucléaire. La semaine dernière, on apprenait également que l’Etat de l’Utah envisageait de faire construire sa première centrale nucléaire.

83 projets de recherche bénéficieront de cette enveloppe qui doit permettre d’aboutir à des ruptures technologiques dans le domaine de l’énergie nucléaire, perçue par l’administration Obama comme un moyen de renforcer la sécurité énergétique du pays et de réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Le secrétaire d’Etat américain à l’Energie Ernest Moniz a précisé que ses financements bénéficieront également à la formation de la prochaine génération des travailleurs du nucléaire  qui renforcera la position de leader mondial des Etats-Unis dans l’énergie nucléaire (La France est le pays qui produit le plus de son électricité à partir de l’atome, mais les USA comptent le plus de réacteurs en service sur leur territoire : 100).

En incluant cette nouvelle enveloppe, le département américain a désormais injecté 350 millions de dollars dans la recherche sur l’énergie nucléaire, fonds dont ont bénéficié 98 Universités américaines.

Des investissements, bien plus conséquents, se préparent également pour un projet industriel. L’entreprise spécialisée dans le nucléaire Westinghouse vient de signer un accord avec l’électricien Blue Castle portant sur la construction d’une centrale nucléaire de 1.500 MW dans le comté d’Emery.

La centrale devrait comporter deux réacteurs AP1000 à eau pressurisée, les mêmes qui sont utilisés dans deux chantiers d’extension de centrales nucléaires outre-Atlantique.

Selon les porteurs du projet, le chantier permettrait de créer quelques 2.500 emplois, alors que l’exploitation de la centrale, prévue sur 60 ans, emploierait directement et indirectement un millier de travailleurs. Mais la réalisation du projet est encore conditionnée à l’obtention de plusieurs autorisations administratives.

Rédigé par : arthur-leroy

mer 7 Jan 2015
Le ministre irlandais de l'énergie Alex White, a exprimé lors d'une interview dans le journal Irish Independant du mercredi 31 décembre dernier, sa volonté d'intégrer pleinement l'énergie nucléaire dans le débat sur l'avenir énergétique du pays. Des déclaration qui n'auront pas…
lun 7 Déc 2015
Alors que les ENR montrent leur limite pour lutter contre le réchauffement climatique, la solution de la fusion nucléaire serait sur le point de s’imposer comme une évidence. Tandis que le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives planche sur…
mer 13 Jan 2016
Si les réserves terrestres d'uranium sont limitées, ce combustible précieux pour la production d'énergie à l'échelle internationale est également présent en abondance dans l'eau de mer. Une réserve jusqu'à présent inexploitée faute de technologies adéquates mais qui fait l'objet d'une…
mer 27 Sep 2017
Si la quantité de déchets nucléaires a relativement peu augmenté ces dernières années selon les chiffres de l'édition 2015 de l’Inventaire national de l'Andra (1,46 million de mètres cubes de déchets radioactifs en France), le démantèlement progressif des centrales nucléaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *