Voiture électrique : le marché de l'occasion peut-il faire décoller la transition ?

Voiture électrique : le marché de l’occasion peut-il faire décoller la transition ?

voiture électrique, marché occasion, prix, voiture thermique, décote, vente, transition, électromobilité

Malgré l’essor de la voiture électrique, son adoption massive en France se heurte à plusieurs obstacles dont en premier lieu le prix de ce type de véhicules. Le marché des véhicules électriques d’occasion s’ouvre, mais cette progression est-elle suffisante pour accélérer la transition vers l’électromobilité ? 

 

Marché d’occasion : la voiture électrique peine à séduire les Français

 

Le marché de l’occasion a augmenté de près de 45 % depuis 2020, avec un prix médian de 22 000 euros pour un véhicule. Selon une enquête de Caradisicac, le marché des voitures électriques a progressé d’environ 22 % en 2023, tandis que le prix des véhicules d’occasion a quant à lui baissé de 13 %. La bataille entre les voitures thermiques et les voitures électriques dépend-elle de leur dépréciation ? Le prix moyen des véhicules électriques a baissé de 13 % sur le marché de l’occasion en 2023. Malgré ces perspectives encourageantes, le marché de l’occasion des voitures électriques n’arrive pas à décoller. Il a même chuté de 30 % en avril 2023.

Les véhicules thermiques conservent leur cote auprès des Français : plus d’un véhicule sur deux vendu sur le marché de l’occasion est une voiture diesel, et seulement 1,6 % des ventes concernent des voitures électriques. Cette préférence persistante pour les voitures thermiques malgré l’augmentation des prix sur le marché de l’occasion (+ 35 % depuis 2020) souligne les défis auxquels sont confrontés les véhicules électriques en termes de perception du marché et de préférences des consommateurs.

 

Le manque d’autonomie, premier frein à la transition

 

Malgré un contexte réglementaire favorable et une prise de conscience écologique croissante, l’électromobilité en France ne décolle pas. Le coût élevé des véhicules électriques constitue l’un des principaux obstacles pour de nombreux Français, mais c’est surtout l’autonomie de ces véhicules qui est pointée du doigt. La plupart des modèles d’entrée de gamme offrent moins de 300 km d’autonomie !

La route vers l’électromobilité risque donc d’être longue. Elle nécessite une approche globale. Reste à voir quel sera l’impact du déploiement de 400 000 bornes de charge rapide, annoncé par le gouvernement, sur le marché des véhicules électriques, et par conséquent, de la transition vers l’électromobilité.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 23 Jan 2024
Les variations des prix de l'énergie en Europe suscitent de vives discussions. En pleine reprise économique post-Covid et dans un contexte géopolitique tendu, les tarifs de l'électricité et du gaz sont au cœur des préoccupations des ménages. Hellowatt vient de…
mar 20 Déc 2022
Soupirs de soulagement à tous les étages en France, avec le retour de températures plus clémentes, avec l’espoir que ce redoux dure le plus longtemps possible pour réduire la consommation d’électrice, et soulager les réserves de gaz. Dans le même…
ven 20 Jan 2023
S’il fallait envoyer un signal pour dissuader les automobilistes de passer à la voiture électrique, c’est réussi. Depuis début janvier, les tarifs de plusieurs réseaux ont considérablement augmenté, parfois doublé.   La voiture électrique, toujours économique ? C’est de moins…
jeu 26 Oct 2023
D'après les estimations de France Eau Publique, le prix de l'eau pourrait doubler d'ici 2030. Prix de l'eau : une hausse inévitable La situation économique actuelle révèle une tendance inquiétante : les tarifs de l'eau, comme ceux du gaz et…

COMMENTAIRES

  • Faut pas être devin pour voir que la voiture électrique à part limité comme 2 voiture pour faire des peits trajets n’aura jamais de succès.
    La faute à une autonomie tellement ridicule neuf que d’occasion elle fond comme neige au soleil.
    Ma voisine à une Zoe vers 2017 je dirai. Son autonomie ne dépasse jamais les 100 km une fois chargée à bloc !!!
    Ce qui va se produire c’est du reconditionné comme pour les smartphones.
    Mais pour cela il aurait fallu que les industriels prévoient le cycle de vie de la voiture et eux la pollution ou l’empreinte carbone ils s’en tapent comme de l’an 40. Alors qu’on aurait pu faire des électriques avec des batteries dont les cellules sont accessibles et peuvent être changés simplement et repartir comme si son autonomie était neuve.
    Parce que le moteur électrique lui est fait pour durer 1 million de km. Ce serait dommage que les batteries soient le maillon faible.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.