Quelles sont les principales ressources d’énergies renouvelables (EnR) ?

Quelles sont les principales ressources d’énergies renouvelables ?

principales-ressources-denergies-renouvelables-EnR

À l’heure de la transition énergétique, les énergies renouvelables contribueront largement aux objectifs climatiques et énergétiques français. La France est, pour sa part, plutôt bien dotée en la matière. Petit tour d’horizon des sources disponibles et de leur potentiel. Bois énergie, solaire, éolien, biomasse, géothermie, hydraulique… La part des énergies renouvelables (EnR) a enregistré, en France métropolitaine, une croissance de 70 % entre 2005 et 2020. Leur part dans la consommation finale d’énergie était de 19,1% en 2020, soit moins que l’objectif de 23 % fixé par la directive 2009/28/CE. Mais la tendance est là.

Cap désormais sur le prochain palier : 2030. Pour « atteindre l’objectif ambitieux fixé par la loi de 33 % d’ici à 2030, une nette accélération du développement des EnR est indispensable », prévient l’Agence de la transition écologique (Ademe) dans son dossier « Assises européenne de la Transition énergétique : accélérer le développement des énergies renouvelables ». Pour ce faire, les EnR devront représenter 40 % de la production d’électricité, 38 % de la consommation finale de chaleur, 15 % de la consommation finale de carburant et 10 % de la consommation en gaz.

Un horizon tout à fait atteignable selon l’Ademe, qui, dans son rapport « Transition(s) 2050 » a établi quatre scénarios pour atteindre la neutralité carbone. Dans chacun d’eux, l’agence indique que l’approvisionnement en 2050 « repose[ra] à plus de 70 % sur les énergies renouvelables et l’électricité [sera] le principal vecteur énergétique ».

Le solaire et l’éolien

Ces derniers temps, le photovoltaïque (4,1 % des EnR en France) et l’éolien (12,3 % des EnR en France) sont au cœur de la politique énergétique du Gouvernement. D’autant plus depuis le discours qu’a tenu le Président Emmanuel Macron, le 10 février dernier, à Belfort (Bourgogne Franche-Comté). Celui-ci expliquait en substance cet intérêt croissant. « En priorité, le solaire – parce qu’il est moins cher et qu’il s’intègre plus facilement dans le paysage – fera l’objet d’un effort particulier. D’ici à 2050, nous multiplierons par près de dix la puissance installée pour dépasser 100 gigawatts, en veillant à un juste équilibre entre les installations en toiture et celles au sol. »

Les ambitions affichées se veulent également à la hauteur de l’enjeu. « L’éolien en mer sera développé pour viser de l’ordre de 40 gigawatts en service en 2050, soit une cinquantaine de parcs éoliens en mer », a-t-il déclaré. D’ailleurs, un premier parc de 80 éoliennes doit voir le jour très prochainement, au large de Saint-Nazaire, pour une mise en service prévue fin 2022. Il assurera 20 % de la consommation électrique de la Loire-Atlantique.

Si l’État entend miser gros sur ces deux EnR, c’est parce qu’elles sont de plus en plus intéressantes économiquement parlant. Dans une interview accordée au Monde, un porte-parole du ministère de la Transition écologique expliquait qu’« au cours des dernières années, les énergies renouvelables sont devenues de plus en plus compétitives, permettant de faire baisser significativement le tarif garanti, de l’ordre de 60 euros par mégawattheure pour les récents appels d’offres éolien ou photovoltaïque au sol. » Cette donnée est primordiale dans un contexte où le coût des énergies a explosé. Le prix moyen du MWh sur le marché était de 231 €/MWh en ce début d’année. Contre 109 €/MWh en moyenne en 2021 et 50€ /MWh avant la crise sanitaire.

L’hydraulique et le bois déjà bien installés

L’hydraulique et le bois tirent également leur épingle du jeu. Pourquoi ? Parce qu’ils occupent déjà une place de premier choix dans le mix énergétique français. Le bois énergie et l’hydraulique représentent respectivement 32,9 % et 18,7 % des énergies renouvelables les plus utilisées en France, selon des statistiques du ministère de la Transition énergétique.

Bien que deuxième source d’approvisionnement en électricité après le nucléaire, l’hydraulique pourrait bien être affecté par les sécheresses, de plus en plus fréquentes et intenses. Dans un article des Echos, Pierre-Jean Grangette, directeur de la valorisation de l’énergie CNR (Compagnie nationale du Rhône), expliquait : « On ne rattrapera pas le retard de pluviométrie cette année. Compte tenu du printemps sec et chaud qui vient de s’écouler, nous avons peu de réserves de neige non fondue qui pourraient accroître nos réserves. Par ailleurs, les mois qui viennent sont traditionnellement plutôt secs. » Et il y a fort à parier que les choses n’iront pas en s’arrangeant avec le réchauffement climatique.

Le constat est plus encourageant du côté du bois énergie. Porté par les réformes et plus particulièrement par la Réglementation environnementale 2020, il devrait voir sa part augmenter dans les prochaines années, à la faveur d’une gestion durable des écosystèmes forestiers.

Les promesses de la biomasse liquide

Plus modeste, mais en plein essor, la biomasse liquide se fraie peu à peu un chemin dans le mix énergétique tricolore. Elle regroupe toute la biomasse (matière organique) basée sur la filière huile végétale comme le colza ou sur la filière alcool comme la betterave. En France, elle sert, entre autres, à la production de biocarburants (10,3 % des EnR utilisées en France).

La biomasse liquide trouve de nombreux débouchés dans les outre-mer, pour remplacer les énergies fossiles. A la Réunion, la filiale d’EDF dédiée à la production d’électricité dans les territoires insulaires, EDF PEI, va convertir la centrale de Port-Est. Ceci permettra de remplacer le fioul ; actuellement utilisé, par de la biomasse liquide en 2023, donnant lieu à une production d’électricité 100% renouvelable, garantie et pilotable, sans mettre en péril la qualité d’approvisionnement. Le recours à la biomasse liquide présente aussi un avantage pour améliorer la qualité de l’air, car elle réduit significativement les émissions de poussières et d’oxyde de soufre.

La discrète géothermie

Moins développée, la géothermie devrait aussi offrir quelques débouchés. Elle consiste en l’exploitation de la chaleur présente dans la couche terrestre. Avec le solaire thermique, les énergies marines et les résidus agricoles, elle ne représente que 3,6 % des EnR utilisées en France. « L’énergie géothermique en France est principalement exploitée sous forme de chaleur (2,0 TWh de chaleur livrée en 2019). Celle-ci est produite en métropole, notamment en Île-de-France, en Nouvelle-Aquitaine et, depuis juin 2016, dans le bassin rhénan avec la nouvelle centrale de Rittershoffen », détaille le ministère de la Transition énergétique. Des débuts qui sont, pour l’instant, plutôt timides.
Quant à son utilisation pour produire de l’électricité, elle est, disons-le, anecdotique. Elle se concentre essentiellement en Guadeloupe avec la centrale électrique géothermique de Bouillante et en Alsace sur le site de Soultz-sous-Forêts.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 11 Sep 2018
Alors que le gouvernement fédéral des Etats-Unis continue à soutenir les énergies fossiles, plusieurs états ont pris sur eux de s’engager en faveur des énergies renouvelables. C’est le cas de la Californie. Le riche état du sud-ouest des Etats-Unis avance…
lun 4 Nov 2013
Le plus grand parc éolien d'Afrique a été inauguré samedi 26 octobre à Ashegoda, dans le nord de l’Éthiopie. D'une puissance installée de 120 MW, le projet représente un investissement total de 210 millions d'euros. Située dans la région du…
lun 19 Mai 2014
Partie prenante avec EDF EN et Alstom du consortium perdant lors de la récente attribution par Ségolène Royal des deux champs d’éoliennes offshore d’Yeu-Noirmoutier et du Tréport, le groupe WPD Offshore France conteste devant le tribunal administratif l’avis rendu par la…
lun 25 Mai 2015
Alors qu’Alstom vient d’annoncer la livraison d’ici à la fin de l’année 2015 de sa première éolienne offshore Haliade 150 fabriquée en France, c’est le constructeur éolien danois MHI Vestas qui vient d’être pré-sélectionné pour équiper la future ferme éolienne…

COMMENTAIRES

  • Ce serait bien de mieux faire connaître le site “je décarbone” qui concerne l’industrie et toutes les parties prenantes de la décarbonation et de l’efficacité énergétique car on avance plus efficacement en regroupant tout le monde et toutes les solutions

    Aujourd’hui le secteur industriel français est à l’origine de 19% des émissions de CO2 (y compris la construction). Atteindre la neutralité carbone à horizon 2050 nécessite de poursuivre cette dynamique.

    Le site « Je décarbone » (pleinement opérationnel le 07 septembre 2022), vise à rassembler l’ensemble des parties prenantes de la décarbonation et de l’efficacité énergétique. Son objectif est double : soutenir et faciliter la décarbonation des filières industrielles et aider les industriels français et européens de l’offre de décarbonation à atteindre leur marché.

    Construite en lien étroit avec l’Etat, « Je décarbone » est structurée autour d’une plateforme digitale d’échange et de mise en relation des entreprises , et animée à travers des ateliers régionaux et nationaux.

    La première rencontre de la filière, IDécarbone Experts, aura lieu le 7 septembre 2022 à Paris. Le référencement sur la plateforme est nécessaire pour prendre part à cette rencontre entre experts

    Les services proposés par la plateforme Je décarbone

    – Le référencement des solutions de décarbonation à fort contenu national,

    – La possibilité de mise en relation entre offreurs de solutions de décarbonation et les entreprises souhaitant décarboner leurs sites industriels,

    – L’animation de communautés industrielles autour d’ateliers nationaux et régionaux.

    Cette initiative contribue à transformer la décarbonation en une opportunité de développer l’industrie en France.

    Economies d’énergie, énergies et chaleur bas carbone, capture et valorisation du carbone : toutes les solutions seront encouragées pour permettre aux entreprises de la décarbonation de changer d’échelle et structurer un marché solide.

    https://systemesenergetiques.org/jedecarbone/

    .

    Répondre
  • A faire connaître aussi le projet Domotherm d’une meilleure utilisation de l’énergie solaire thermique des rues, avenues et routes (on évite les tuyaux comme pour la route solaire thermique d’Eurovia et autres, on capte plus de chaleur à des degrés supérieurs et on la stocke à bas coût en inter-saisonnier, la pompe à chaleur, éventuellement couplée à du solaire PV pour une autonomie maximale fait le reste en hiver)

    Les routes constituent un gisement d’énergie solaire thermique très important : moins de 5 % de leur surface reçoivent une énergie solaire équivalente au besoin total de chaleur du territoire

    Le dispositif est adapté aux variations de températures saisonnières :

    – En été, le revêtement Dromotherm recharge le stockage thermique. Une partie de l’énergie stockée durant la journée permet de produire de l’eau chaude sanitaire. La collecte énergétique de l’été devrait se traduire par un abaissement de la température de chaussée d’environ 5°C par rapport à la même chaussée sans circulation de fluide à l’intérieur, ce qui permettrait au dispositif de contribuer à la réduction des îlots de chaleur.

    – En hiver, la chaleur stockée sert à chauffer les bâtiments et à produire de l’eau chaude sanitaire via la pompe à chaleur.

    – En intersaison, si les conditions le permettent, le Dromotherm recharge partiellement le stockage thermique

    https://www.cerema.fr/fr/actualites/route-recuperatrice-energie-solaire-alimenter-batiment

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.