La CRE choisit 9 dossiers pour le projet "bac à sable réglementaire" - L'EnerGeek

La CRE choisit 9 dossiers pour le projet “bac à sable réglementaire”

La CRE choisit 9 dossiers pour le projet "bac à sable réglementaire"

Le 24 mars, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a officiellement annoncé les dossiers sélectionnés dans le cadre du projet “bac à sable réglementaire”. Les 9 projets choisis bénéficieront d’une autorisation pour se soustraire temporairement aux contraintes réglementaires pour l’accès aux réseaux d’énergie. Leurs conclusions doivent servir pour développer de nouvelles solutions innovantes.

Le projet « bac à sable réglementaire » de la CRE

C’est sans aucun doute l’un des projets au titre le plus évocateur. Le “bac à sable réglementaire” a été instauré en 2020 par la CRE. Il vise à soutenir des initiatives innovantes dans le domaine de l’énergie. Comment ? En s’affranchissant des certaines contraintes réglementaires. Le dispositif prévoit que les projets validés auront des dérogations temporaires. Ils pourront ainsi passer outre la réglementation existante qui encadre l’accès et l’utilisation des réseaux d’électricité et de gaz.

La CRE lance ce projet pour la première fois sur le territoire français. Et elle espère en retirer plusieurs bénéfices. Tout d’abord, le projet “bac à sable réglementaire” doit inciter les entreprises et les collectivités locales à déployer de nouveaux projets. Ensuite, il s’agit de promouvoir des initiatives innovantes, tant du point de vue des technologies que des services. Et surtout, la CRE espère que ces phases de tests grandeur nature permettront d’obtenir des données utiles. L’idée, c’est que l’analyse de chaque projet permette de cibler des points d’amélioration et des axes de travail pour l’avenir. Un cercle vertueux doit ainsi se mettre en place où la recherche nourrit l’innovation.

Seulement 9 dossiers sélectionnés en 2021

Entre le 15 juin et le 15 septembre 2020, les porteurs de projets ont déposé leurs dossiers auprès de la CRE. Au total, la Commission a reçu 41 projets. Une récolte pas aussi importante que prévue puisque seulement 19 dossiers répondaient aux critères d’éligibilité. Au final, la CRE, conjointement avec la Direction Générale de l’Energie et du Climat (DGEC), a sélectionné 9 projets.

La CRE va suivre les projets pendant un an avant de dresser le bilan du retour d’expérience. Les résultats seront publics, et la CRE devrait publier un premier bilan avant la fin d’année 2021. Selon les conclusions de ces projets tests, la CRE pourrait par la suite recommander de faire évoluer certaines réglementations énergétiques. Le but de l’exercice est avant tout de faciliter le déploiement de solutions innovantes. Il est déjà prévu que la seconde session du projet “bac à sable réglementaire” aura lieu au second semestre 2021.

Le méthane de synthèse intéresse de nombreux acteurs

Sur les neuf projets validés par la CRE, pas moins de six s’intéressent au méthane de synthèse. Entreprises privées (GDL, Storengy, Energo, Hymoov) et collectivités territoriales (Perpignan Méditerranée communauté urbaine ainsi que la communauté d’agglomérations de Pau Béarn) s’intéressent en particulier à l’injection le biogaz dans les réseaux de distribution urbains.

Ce fort intérêt va dans le sens du développement de la méthanisation sur l’ensemble du territoire français. La question est maintenant de réfléchir aux meilleurs procédés pour inclure le potentiel du méthane de synthèse dans les réseaux. D’après GRTGaz, la France devrait atteindre 10% de méthane de synthèse dans son réseau de gaz d’ici à 2030. Mais pour soutenir cet essor, il faudra développer le raccordement des unités de méthanisation au réseau de gaz. Il est aussi question, dans certaines zones comme en Auvergne-Rhône-Alpes, de déployer des “rebours”. Ces infrastructures permettront de faire remonter le méthane de synthèse présent dans les réseaux de distribution vers les réseaux de transport pour l’acheminer vers d’autres zones.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 11 Déc 2018
A l'heure de la transition énergétique, l'hydrogène tente toujours de trouver sa place. Plusieurs pays, à l'instar du Japon, croient à son potentiel pour remplacer les énergies fossiles. Souvent associé aux nouvelles mobilités douces, l'hydrogène pourrait aussi s'intégrer dans le…
jeu 7 Déc 2017
Après la fermeture programmée des centrales à charbon d’ici 2025, c’est au tour des célèbres "Black cabs" londoniens de s’adapter aux nouvelles réglementations anti-pollution mises en place au Royaume-Uni. Les premiers taxis de la capitale britannique dans une version tout…
mer 17 Jan 2018
Déjà engagé dans le déploiement d'un réseau de stations de recharge à l'échelle nationale, via sa filiale Sodetrel, le groupe EDF poursuit ses efforts pour améliorer l’accès des usagers à la mobilité électrique. L’électricien public a annoncé, lundi 15 janvier…
mer 24 Mai 2017
Annoncée mercredi 10 mai 2017 la publication du décret relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire, n’est pas du goût de tous les professionnels. Le patronat du secteur, réuni au sein de la Fédération…

COMMENTAIRES

  • Le développement de centrales à biogaz de production d’électricité disséminées dans toute la France proches des centres urbains consommateurs sera un appui considérable à l’hydraulique pour l’équilibre du réseau avec les productions variables des renouvelables solaires et éoliens.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.