Nouvelle loi de finances : quelles énergies renouvelables vont profiter de l’augmentation du budget ? - L'EnerGeek

Nouvelle loi de finances : quelles énergies renouvelables vont profiter de l’augmentation du budget ?

Le projet de loi de finances soutient les énergies renouvelables

Le gouvernement a présenté son projet de loi de finances pour 2021. Il prévoit d’augmenter le soutien aux énergies renouvelables avec un budget revu à la hausse. Un effort important qui doit bénéficier aux différentes filières : électricité, chaleur et biogaz.

“Un effort sans précédent” : + 1,3 milliard d’euros pour les énergies renouvelables dans la nouvelle loi de finances

Le gouvernement veut poursuivre son soutien en faveur des énergies renouvelables. Et cet “effort sans précédent” annoncé par la PPE d’avril 2020 se traduit budgétairement. Au moment de la présentation du Plan France Relance, l’état avait déjà annoncé un budget de 30 milliards d’euros en faveur de la transition écologique. Fin septembre, le gouvernement a présenté son projet de loi de finance 2021. Et là encore, un effort important est consenti pour soutenir la transition énergétique. Avec 48,6 milliards d’euros, le budget du ministère de la transition écologique atteint son plus haut niveau. Il enregistre une augmentation de 1,3 milliard d’euros qui doit soutenir en priorité le développement des énergies renouvelables.

Car si le logement représente le premier poste du budget (16,2 Md€), la transition énergétique est juste derrière. Elle capte à elle seule 15,4 Md€ du budget du ministère. Barbara Pompili, ministre de la transition énergétique, a commenté ce budget : “C’est un acquis majeur pour la résilience de notre système de production d’énergie et pour la lutte contre le réchauffement climatique.”

Plus d’électricité verte grâce à l’éolien et au solaire

Pour augmenter encore la part de l’électricité issue des énergies renouvelables, la loi de finances soutient plusieurs filières complémentaires. Il ambitionne ainsi de multiplier par deux la capacité de production de l’éolien terrestre d’ici 2028. La capacité de production du parc solaire doit pour sa part être multipliée par cinq. Barbara Pompili en a profité pour rappeler que les énergies renouvelables deviennent de plus en plus compétitives en France. Elle a précisé : “Les tarifs de soutien à l’énergie solaire photovoltaïque ont baissé de 40% depuis cinq ans, ceux de l’éolien terrestre ont connu une baisse de 20% au cours des trois dernières années.”

Le gouvernement veut aussi accélérer sur le développement d’un parc éolien offshore. Il s’engage à lancer un appel d’offres chaque année pour augmenter la capacité de production de 1 GWh. Cet effort sera-t-il suffisant ? Pour l’instant, la France est cruellement en retard en matière d’éolien en mer. Trois projets sont engagés (Bretagne, Normandie et Méditerranée), mais ils n’en sont qu’au stade des débats publics.

700 M€ en plus pour la chaleur

Le nouveau budget veut renforcer les engagements déjà pris en faveur de la chaleur bas-carbone. Une rallonge de budget de 700 M€ est ainsi débloquée pour soutenir les projets chaleur dans l’industrie.

Ce soutien supplémentaire s’inscrit dans la continuité des dispositions prises depuis un an par le gouvernement. En 2019, le ministère de la transition écologique avait présente 25 actions pour promouvoir les réseaux de chaleur bas-carbone. Dans le même temps, le Fonds Chaleur a vu son budget passer de 220 M€ à 350 M€.

Situation nuancée pour le biométhane

La filière du biométhane est sur courant alternatif. Les installations se multiplient sur l’ensemble du territoire. Elles ont été multipliées par quatre entre 2017 et 2020. La France peut désormais compter sur une capacité de production de 2,7 TWh par an. Si la progression continue au même rythme, elle devrait facilement atteindre les 6 TWh par an fixés comme objectif pour l’horizon 2023.

Toutefois, tout dépendra du soutien apporté par le gouvernement. Et en la matière, la filière s’inquiète de certaines décisions contradictoires. L’état s’est engagé via des contrats de soutien à l’injection de biométhane dans le réseau de gaz à hauteur de 13 MD€. Mais dans le même temps, le gouvernement a présenté, fin septembre, un projet d’arrêté et un projet de décret tarifaire concernant le biométhane injecté. L’état souhaite baisser le tarif garanti. Le Conseil Supérieur de l’Energie a rejeté les deux textes. Mais l’incertitude demeure autour de la position du gouvernement sur le long terme.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 12 Déc 2017
Trois ans après le partage de ses activités avec Veolia, la nouvelle version de Dalkia, filiale de la marque ombrelle EDF-SE spécialisée dans les services énergétiques, entend poursuivre son développement sur la scène internationale. Interrogée par l’AFP jeudi 7 décembre…
lun 16 Juin 2014
Pour répondre à des problèmes d'approvisionnement croissants, le Royaume hachémite de Jordanie a décidé de poursuivre ses investissements dans des infrastructures énergétiques. Selon des informations rapportées par l'agence de presse jordanienne Petra, le pays prévoirait d'ores et déjà de construire…
jeu 7 Jan 2016
Si la transition énergétique peut parfois s'avérer lourde à porter, pour les fournisseurs d'énergie, au regard des forts investissements de base qu'elle implique, elle serait également le terreau d'opportunités économiques considérables. Une étude publiée le mardi 5 janvier dernier par…
mar 22 Jan 2013
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault était en déplacement à Saint-Nazaire, hier lundi, pour participer au lancement des travaux de deux usines Alstom où sera construit une partie des éoliennes Haliade 150 qui équiperont les premiers parcs offshore français (trois des…

COMMENTAIRES

  • Madame la Ministre, sauf le respect que je vous dois, il me semble qu’il serait temps d’arrêter de jeter l’argent du contribuable à tout ces absorbeurs de subventions qui vous promènent …
    Nos enfants et petits enfants seront morts que vous n’aurez pas réglé le problème de l’énergie avec vos pseudos solutions.
    La priorité est de transformer les énergies renouvelables dites “fatales” en énergies “pilotables” et en suite et seulement ensuite il sera possible de les développer.
    Sans rancune.
    Ci-dessous le lien vers une solution de stockage avec gestion des flux
    https://www.flux-generator.com/solar-impark/

    Répondre
  • Tout cet argent en pur perte pour faire la fortune de quelqus’uns, c’est dramatique. Je donne rdv dans 10 à cette heure là ministre qui ‘e le sera plus et à qui ont demandera des comptes pour non réponses au changement climatique ! Si les ENRi avaient soi disant tant baissé pourquoi payent-on si chère à le Mw ? Pourquoi faire la part si belle aux promoteurs? Tremblons tous, notre avenir est plus qu’un certain avec ces politiques.

    Répondre
  • Certains ne savent pas que l’IEA, agence internationale de l’énergie, indique dans ses divers scénarios une forte prépondérance des énergies renouvelables par rapport au nucléaire.

    Ensemble, éolien et solaire ont représenté 8% de la production mondiale d’électricité en 2019 (10% pour le nucléaire). En 2030, dans le scénario central, éolien + solaire représenteraient 30% de la production d’électricité.

    L’IEA voit le solaire devenir le nouveau roi du marché mondial de l’électricité. Le solaire photovoltaïque est maintenant moins cher que les nouvelles centrales à charbon ou à gaz dans la plupart des pays.

    Pour les projets avec un faible coût financier et une ressource de haute qualité (beaucoup de soleil), le solaire PV est maintenant la source d’électricité la moins chère de l’histoire.

    D’ici 2030, l’augmentation de la production d’électricité devrait provenir à 80% des énergies renouvelables.

    Pour ce qui est du CO2, l’électricité seule ne compte que pour 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) et ce n’est pas le nucléaire qui va changer les choses.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.