Encore un triste record pour le démarchage à domicile - L'EnerGeek

Encore un triste record pour le démarchage à domicile

Les années se suivent et se ressemblent pour le médiateur national de l’énergie, chargé de régler les litiges entre les fournisseurs de gaz et d’électricité et les consommateurs. Cette année encore, le nombre de litiges lié au démarchage à domicile est en hausse selon le nouveau médiateur Olivier Challan Belval et ses équipes, qui viennent de publier leur rapport d’activité 2019. Décryptage.

Une nouvelle hausse des litiges

« La concurrence augmente, les pratiques de démarchage se développent, et j’ai constaté malheureusement que les démarchages agressifs ou abusifs se sont également multipliés », avance Olivier Challan Belval dans un communiqué de presse publié ce mercredi 17 juin. En effet, depuis plusieurs années, le nombre de fournisseurs sur un marché de la fourniture d’électricité ouvert à la concurrence pour les particuliers depuis 13 ans a fortement augmenté.

Ils sont, aujourd’hui, plus de 70 à se partager le secteur. Et, pour conquérir des parts de marché à l’opérateur historique EDF, tous les coups semblent permis : en parallèle de l’augmentation du démarchage, les litiges se sont eux aussi multipliés. En effet, 36 % des ménages avaient été sollicités pour changer d’offre de fourniture d’énergie en 2017. Ils étaient 56 % en 2018. Un ratio qui grimpe à 61 % pour l’année 2019, selon les données du dernier baromètre Energie-Info.

Quant aux litiges, les services du médiateur n’en avaient comptabilisé « que » 1 140 en 2016, 1 519 en 2017 et 1416 en 2018. En 2019, tous les records sont battus puisque pas moins de 1 883 litiges ont été traités, soit une augmentation de 35 % en un an. « En trois ans, c’est une hausse de 65 % », regrettent les services du médiateur.

Chaque année, les mêmes acteurs reviennent systématiquement dans les rapports du médiateur pour être au cœur de la grande majorité des litiges entre consommateurs et entreprises. 37 % des litiges pour les démarchages abusifs concernent ainsi Engie et 33 % ENI. À signaler, les mauvaises pratiquent gagnent aussi des opérateurs de plus petite taille, comme Total Direct Énergie, pour 12 %, ou encore Iberdrola pour 6 % des litiges, « alors même que ce dernier n’a commencé le démarchage qu’en milieu d’année » précise le rapport.

Pourtant, les opérateurs affirment avoir changé leurs pratiques commerciales pour mieux protéger les consommateurs des formes abusives de vente. L’année dernière, Engie a été en effet condamné par la DGCCRF à une amende de près de 900 000 euros. Puis, en début d’année, ce fut au tour d’ENI, avec une amende s’élevant à 315 000 euros, « pour non-respect du droit de rétractation des consommateurs ».

Mais ces récentes sanctions infligées par les services de l’État ne semblent pas avoir entamé la tendance des opérateurs aux mauvaises pratiques. Et ce même si les opérateurs avancent que les litiges demeurent très minoritaires, par rapport au volume global des ventes. Des estimations largement sous-estimées, selon le médiateur de l’énergie, qui affirme que les litiges remontés à ses équipes « ne sont que la partie émergée de l’iceberg ».

Le risque d’une perte de confiance des Français dans le secteur 

Outre les atteintes faites aux droits des consommateurs, le démarchage semble entamer la confiance des Français dans le marché de l’électricité. « Un certain nombre de fournisseurs expliquent que le démarchage contribue à une meilleure information des consommateurs sur l’ouverture à la concurrence. Cet argument mérite d’être sérieusement relativisé, car il est trop fréquemment l’occasion de harceler les consommateurs et de leur faire souscrire des contrats en les trompant », explique ainsi le médiateur de l’énergie. En effet, les Français sont d’ores et déjà très acculturés à l’ouverture de la concurrence du secteur : 9 Français sur 10 savent que le marché est libéralisé et 87 % sont parfaitement au courant qu’ils sont en droit de changer de fournisseur.

En revanche, ils n’en saisissent pas toutes les nuances. Des failles dans lesquelles s’engouffrent bien souvent les démarcheurs en prétendant, par exemple, agir pour le compte d’EDF pour faire signer au consommateur des contrats qui, dans les faits, les engagent avec un autre opérateur. « Dans les litiges que nous recevons, on relève des pratiques étonnantes », affirme Catherine Lefrançois-Rivière, en charge du service médiation. « Ainsi, certains démarcheurs remplissent les contrats à la place des consommateurs, ou se font passer pour des techniciens venant poser le compteur LINKY », affirme-t-elle.

Parfois, les pratiques tournent même à l’absurde. « On a même vu un contrat signé par une personne mineure et un autre souscrit par une personne en vacances… », déplore Catherine Lefrançois-Rivière. Et ces pratiques semblent contribuer à amoindrir la confiance des Français dans le secteur. Alors qu’ils étaient 70 % en 2015, ils ne sont plus que 60 % à souhaiter un marché libéralisé. 81 % des consommateurs considèrent désormais que l’ouverture à la concurrence du secteur n’a pas entraîné de baisse des prix ou d’amélioration notable du service.

Interdiction du démarchage dans le secteur : le médiateur maintient ses positions

Olivier Challan Belval s’était fait remarquer par ses prises de position sur le sujet en annonçant, en février dernier, désirer l’interdiction pure et simple du démarchage à domicile. Une position réaffirmée dans son rapport 2019. Si l’interdiction totale ne semble pas à l’ordre du jour,  Olivier Challan Belval milite pour un encadrement beaucoup plus strict, fondé sur quatre positions.

D’abord, l’interdiction d’une signature directement sur les lieux du démarchage, pour éviter les méthodes les plus agressives et laisser un nécessaire temps de réflexion au consommateur. Ensuite, l’interdiction de mise en œuvre d’un nouveau contrat sans un délai de 14 jours de rétractation. L’annulation du contrat si les règles de procédure ne sont pas respectées est aussi exigée. Enfin, le médiateur souhaite, en plus des amendes, une sanction administrative du retrait de l’autorisation de fourniture d’énergie pour les fournisseurs se livrant à des pratiques frauduleuses.

Mais, comme le rappelle Olivier Challan Belval dans des propos rapportés ce mercredi 17 juin par l’UFC – Que Choisir, la faute est d’abord celle des fournisseurs alternatifs, incapables de respecter les règles pourtant très claires déjà mises en œuvre. « Il n’est pas normal que je sois saisi d’autant de litiges qui auraient pu, et surtout dû, se régler sans mon intervention, si les opérateurs du secteur de l’énergie avaient appliqué strictement les règles et procédures qui s’imposent à eux », affirme ainsi le médiateur.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 11 Avr 2013
Si la technologie des éoliennes flottantes en est encore à ses balbutiements, plusieurs projets au large des côtes françaises pourraient voir le jour dans les prochaines années. L’association entre le constructeur naval DCNS, Nass&Wind Industrie et Vergnet donnera naissance en…
mer 28 Oct 2015
Depuis le 18 septembre, un centre d’information a été ouvert à Truyère pour faire découvrir le fonctionnement des barrages et des centrales hydrauliques. Imaginé par EDF, il est situé à côté de la centrale hydraulique de Couesques et s’intègre au…
mer 10 Déc 2014
Le chercheur russe Andreï Kazantsev a mis au point un nouveau moyen d'exploiter l'eau contenue dans les nuages afin de produire de l'eau potable et de l'électricité. Baptisée Air HES, son invention pourrait selon lui apporter un source d'énergie éternelle…
mar 7 Mai 2013
Le barrage de Turcurui est situé au Brésil, sur le Rio Tocantins, un affluent de l’Amazone. Avec une puissance de 8.370 MW, c’est la quatrième plus grande centrale hydroélectrique au monde. De type barrage-poids, il mesure 11km de large, et…

COMMENTAIRES

  • Le démarchage ; quelques soit
    La formes est financé par l´Entreprise
    Bénéficièrent ?

    Le démarcheurs qui conclu le dossiers
    Est rémunéré sur le dossiers clients.

    Le clients ; victimes de pratiques
    Douteuses Doit pouvoirs obtenir
    Réparation de l’entreprise.

    Le démarcheur Qui apporte la preuve
    Que sa formations reposent sur
    Un argumentaire de l’entreprise /
    Qui lui impose la pratique de la méthode de vente ! Ne doit pas être partie à
    L’infractions ( il est victimes !)

    La responsabilité de la pratique
    Commercial de démarches de la
    Ventes dites à l’arraché est un
    Délits de l’entreprise / qui utilisent
    Des moyens douteux pour impliquer
    Des Jeunes recrutés Dans des responsabilités opérationnelles qui
    Ne les concernent pas !

    La seules manières de réduire le
    Démarchage intempestif et de
    Toucher au portefeuille l’entreprise
    Bénéficiant dû dossiers clients finalisé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.