Budget 2021 : les USA renforcent leur soutien à l'énergie nucléaire

Budget 2021 : les USA renforcent leur soutien à l’énergie nucléaire

La proposition de budget 2021 déposée ce mardi 11 février 2020 par le président des Etats-Unis Donald Trump augmente les fonds alloués à la recherche et développement pour l’énergie nucléaire. Le président américain veut notamment soutenir la création de nouveaux réacteurs avancés. L’année dernière, le Congrès avait pratiquement doublé les crédits accordés au nucléaire par rapport aux propositions de Donald Trump.

Le budget USA 2021 présenté par Donald Trump augmente la recherche sur le nucléaire

Les Etats-Unis continuent de miser sur le nucléaire, leur président Donald Trump en tête. Ce mardi 11 février 2020, ce dernier a présenté son projet de budget 2021. Il augmente significativement les crédits alloués à la recherche et développement pour l’énergie nucléaire et les programmes connexes, avec 1,2 milliards de dollars (1,1 milliards d’euros), contre 824 millions de dollars (755 millions d’euros) l’année dernière. “Nous envoyons un message fort : le ministère de l’Énergie soutient sans réserve le nouveau nucléaire”, a ainsi déclaré Rita Baranwal, secrétaire adjointe du Bureau de l’énergie nucléaire,

Pour Donald Trump, cette hausse doit permettre « la revitalisation de l’industrie nationale et la capacité des technologies nationales à concurrencer à l’étranger ». Le président américain veut aussi que les USA augmentent significativement leurs stocks d’uranium, ce qui est pour lui « une question de sécurité nationale ». Le nucléaire représente aujourd’hui 20% du mix énergétique américain, et 50% de son électricité décarbonée. Avec 97 réacteurs en activité, les USA disposent du parc nucléaire le plus important du monde.

Depuis son entrée en fonction, Donald Trump a fait de l’ouverture de nouveaux réacteurs nucléaires une priorité, en soutenant notamment la recherche sur les réacteurs avancés. Son budget 2021 prévoit notamment 300 millions de dollars (275 millions d’euros) pour créer un réacteur d’essai polyvalent (VTR) destiné à tester et à développer des combustibles et des matériaux de réacteur avancés.

Le Parlement soutient également l’essor du nucléaire

Sur ce dossier, le Parlement est d’ailleurs sur la même longueur d’onde que son président, le sujet faisant consensus entre Démocrates et Républicains. L’année dernière, le Sénat avait significativement augmenté le budget dédié à la recherche nucléaire, pour le porter à 1,5 milliards de dollars (1,37 millions d’euros), soit près de 700 millions (641 millions d’euros) de plus que la proposition budgétaire de Donald Trump.

Certains défenseurs de la transition énergétique estiment d’ailleurs que le nucléaire est la solution de production d’énergie pilotable idéale pour accompagner le développement de l’éolien et du solaire : « la recherche scientifique sur l’énergie nucléaire ainsi que d’autres formes d’énergie et de stockage d’énergie devrait être une priorité pour nos laboratoires nationaux et nos universités de recherche », a ainsi déclaré à The Verge Steven Cohen, ancien directeur exécutif du Earth Institute de l’Université Columbia.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 9 Avr 2014
Les capteurs sismiques de la centrale du Tricastin (Drôme) n’ont pas enregistré d’alerte à la suite du séisme qui s’est déroulé lundi soir dans le sud-est du pays, et dont l’épicentre se situe à environ 150 kilomètres de l’installation nucléaire.…
ven 15 Sep 2017
Les tests en cours de réalisation sur des composants de réacteurs fabriqués à l’usine Areva du Creusot, en Saône-et-Loire, n’ont pour le moment montré aucun problème de sûreté, a déclaré le groupe EDF dans un communiqué publié jeudi 14 septembre…
lun 4 Mar 2013
L’activité nucléaire civile, comme la plupart des activités industrielles, génère une production d’eaux usées. Ces effluents peuvent contenir des résidus radioactifs et des résidus chimiques. Soumis à une réglementation stricte, les rejets des effluents dans l’environnement sont sous surveillance permanente…
mer 27 Nov 2013
L'expert en sécurité informatique Eugene Kaspersky, co-fondateur de la société et de l'antivirus du même nom, a déclaré que le malware (logiciel malveillant) Stuxnet avait infiltré le réseau des centrales nucléaires russes. Une information révélée lors d'une conférence en Australie…

COMMENTAIRES

  • Mais la sécurité progresse, comme dans tous les domaines. Et le charbon, combien de morts ? L’urgence n’est-elle pas à réduire drastiquement les émissions de CO2 ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.