Le Sommet virtuel du climat : en ligne, pour une empreinte carbone limitée

Le Sommet virtuel du climat : en ligne, pour une empreinte carbone limitée

sommet virtuel du climat empreinte carbone - L'Energeek

Depuis ce lundi 18 novembre 2019 jusqu’au jeudi 28 novembre 2019 se tient le Sommet virtuel du climat. S’articulant autour de web-conférences et de salons virtuels, cet événement francophone propose une expérience proche d’un sommet « classique ». Tout en limitant grandement son empreinte carbone, puisqu’aucun participant n’aura besoin de se déplacer.

Web-conférences et rencontres virtuelles sur le climat, autour de solutions concrètes

L’empreinte carbone des sommets internationaux est une problématique réelle pour les défenseurs de la transition énergétique. Si Greta Thunberg a décidé de rejoindre Madrid, où se déroulera finalement la COP25, à la voile, c’est pour être cohérente avec sa volonté de limiter ses propres émissions de gaz à effet de serre (GES). Mais elle rappelle ainsi que réunir des décideurs des quatre coins du globe a un impact climatique conséquent.

C’est pour s’inscrire contre cette tendance que cinq organismes francophones ont décidé de créer le premier Sommet virtuel du climat. Il est co-organisé par l’Association Bilan Carbone (ABC), l’Agence De l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (Ademe), l’Association des Professionnels en Conseil Climat (APCC), le Centre d’Etudes et d’Expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement (CEREMA) et la fédération CINOV. Il se tient en ligne depuis le 18 novembre 2019, jusqu’au 27 novembre 2019.

Le but premier de ce salon est de proposer échanges et rencontres sur la question climatique, autour de deux grands axes : une expertise technique de spécialistes à destination des entreprises, collectivités et acteurs de la finance ; un retour d’expérience concret de structures déjà engagées dans ces questions. L’ensemble est 100% en ligne, à la fois pour éviter les émissions de gaz à effet de serre liées au transport des participants, et pour le rendre plus facilement accessible à tous, puisque la participation à ce sommet francophone est gratuite.

Il s’articule autour de 30 webconférences non promotionnelles. Elles sont diffusés en direct, jour après jour, et disponibles en replay par la suite. Le dernier jour aura lieu un salon virtuel qui permettra aux participants d’échanger avec les différents intervenants. Par ailleurs, un principe de stands virtuels offre la possibilité de discussions en ligne entre exposants et participants sur des questions précises. Des salles de mini-webconférences peuvent également être ouvertes à tout moment.

Limiter l’empreinte carbone des rencontres internationales, une nécessité

Environ 3 000 organisations sont attendues pendant les dix jours que dure ce sommet. De nombreux sujets concrets sont au menu : îlots de chaleur urbains, adaptation au changement climatique, transition bas-carbone, efficacité énergétique, financement de la transition, outils et méthodologies pour avancer… Mais aussi des gros plans sur des thématiques transversales peu abordées dans les salons généralistes, comme le considérable impact carbone du secteur de la santé et des hôpitaux.

Au terme du salon, un bilan carbone complet sera effectué, afin de le comparer à un sommet plus classique. A titre de comparaison, l’impact carbone du G7 de 2018, à La Malbaie au Québec, était de 6 708 tonnes de GES – 8 600 tonnes avec les réunions préparatoires. Rappelons qu’une tonne de GES correspond au bilan carbone d’un aller-retour Paris-New York – ou à quinze jours de vie d’un Américain (ou une année d’un Indien) en 2010.

Pour autant, les lignes changent, et l’impact climatique des sommets, notamment sur la question environnementale, est désormais pris en compte. En novembre 2018, les îles Marshall ont ainsi organisé, elles aussi, un sommet virtuel de 24 heures en guise de préparation à la COP24.

La COP21 avait réussi le tour de force de limiter les émissions de GES durant la conférence à 9 200 tonnes d’équivalent CO2, soit 48 fois moins que celle de Lima en 2014. Au total, en incluant les déplacements des participants, son bilan carbone était de 41 000 tonnes de GES. Soit moitié moins que le sommet du G7 de 2018, alors que les participants étaient très nettement plus nombreux.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 21 Avr 2018
Le 1e avril 2018, une nouvelle en provenance du Bahreïn a secoué les pays producteurs de pétrole : le royaume de Bahreïn a annoncé avoir découvert un gigantesque champ de pétrole et de gaz de schiste. Une ressource inespérée pour…
lun 9 Juil 2018
Un an après l’annonce de son plan climat, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot tirait vendredi 6 juillet 2018 un premier bilan à l’occasion d’une journée de restitution, d’échanges et de réflexion sur les chantiers lancés.…
mer 28 Mar 2018
Mandaté en février dernier par le ministère de la Transition écologique dans le but de nourrir les travaux de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) et de permettre un développement plus harmonieux de la filière, le groupe de travail sur…
mer 13 Déc 2017
Co-organisatrice (avec le France et l’ONU) du Sommet de Paris pour le climat mardi 12 décembre dernier, la Banque mondiale a profité de cette occasion pour renforcer de manière significative son engagement dans la lutte contre le changement climatique. L’institution…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.