Bataille judiciaire en vue autour du charbon américain

Bataille judiciaire autour du charbon américain

charbon donald trump

À l’approche des élections présidentielles aux Etats-Unis, le combat fait rage entre démocrates et républicains. L’environnement n’échappe pas à cette lutte et c’est une fois encore le charbon qui est au centre des tensions. Ce mardi 13 août 2019, 28 Etats et villes attaquent en justice la décision de l’administration Trump, qui a annulé le Clean Power Plan voté sous Barack Obama. La bataille judiciaire s’engage autour du recours facile ou non au charbon, mais le juge de paix pourrait bien être le prix de cette source d’énergie…

Un front contre Donald Trump

Quel est le point commun entre l’Etat de Washington, la Californie ou encore les villes de New York et de Chicago ? Ils sont tous partis en guerre contre la politique du président Trump dans le domaine de l’environnement. Un des principaux points d’achoppement est la volonté de l’actuelle administration présidentielle d’effacer des tablettes le Clean power plan. Ce texte, jamais entré en application, visait à contraindre chacun des Etats à baisser de 32 % les émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2030. Un objectif atteignable avec la fermeture des centrales à charbon les plus polluantes. Une politique jugée inacceptable par le président Trump qui a abrogé le texte, après avoir rejeté l’Accord de Paris.

Finalement remplacé par l’Affordable clean energy (ACE), la nouvelle réglementation américaine doit permettre aux ouvriers de la Rust Belt de conserver leur emploi. Seulement, dans la perspective des prochaines échéances électorales, un bras de fer est désormais enclenché, car 22 Etats accompagnés de 6 villes ont décidé d’attaquer en justice afin de bloquer la nouvelle législation. L’ACE est critiqué notamment parce qu’il laisse une totale liberté aux Etats de fixer leurs propres normes anti-pollution pour les centrales à charbon. Les 28 Etats et villes en appellent à la cour fédérale de Washington, car ils estiment que l’ACE est contraire aux obligations fixées par l’Agence de protection de l’environnement. Ainsi, il reprennent à leur compte la formule de l’OCDE : « Pas d’emplois sur une planète morte ».

Le « charbon propre » déjà dépassé ?

Climato-sceptique revendiqué, Donald Trump n’a jamais caché son hostilité à tout texte contraignant en matière de pollution. Par ailleurs, le nouveau directeur de l’EPA, Andrew Wheeler, est aussi l’ancien lobbyiste de l’industrie du charbon. Des dirigeants qui n’hésitent pas à présenter le charbon de nouvelle génération comme un « charbon propre ». Un message qui trouve un certain écho dans l’opinion. En effet, reprenant l’article de Sylvestre Huet, la présidente de l’Université Paris Dauphine, Isabelle Huault, souligne que les climatosceptiques bénéficient de « surfaces médiatiques inverses à [leur] crédibilité scientifique ».

Néanmoins, selon le ministère de l’Energie américain, la consommation de charbon n’a jamais été aussi basse depuis 40 ans. Une baisse qui s’explique notamment par le développement des énergies vertes, mais aussi du gaz de schiste. L’âge d’or du charbon américain semble être derrière lui surtout dans un pays qui privilégie la culture du rendement… Une tendance qui pourrait aussi inspirer l’Allemagne. En effet, selon Bernard Durand, pour répondre à l’urgence climatique, « l’Allemagne doit fermer ses centrales à charbon ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 9 Oct 2017
Nous passons environ 80 % du temps dans des lieux fermés, en particulier dans les logements, et l’air que l’on y respire n’est pas toujours de bonne qualité. Pire encore, il est bien souvent de moins bonne qualité que l’air…
ven 7 Avr 2017
C’est un projet qui n’a rien de nouveau : l’oléoduc Keystone XL fait débat depuis presque dix ans aux Etats-Unis. Mais après huit années de blocage par l’administration Obama, le président Trump vient enfin de donner le feu vert pour que…
mar 9 Avr 2019
Les vents venus de Russie se confirment au sujet de la stratégie à adopter dans le secteur pétrolier. Alliée à l’Arabie Saoudite et à l’ensemble de l’OPEP dans le cadre d’un accord conclu en 2017, la Russie est de plus…
mar 18 Août 2015
D’ici 2018, la Nouvelle-Zélande ne produira plus d’électricité à grande échelle à partir du charbon. Genesis Energy, principal producteur d’électricité du pays, a annoncé la fermeture de ses tranches de charbon  encore en fonctionnement à la centrale de Huntly. Ces…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.